J'ai appris à ne pas donner mon cœur à celleux qui ne cherchent que mon corps

J'ai appris à ne pas donner mon cœur à celleux qui ne cherchent que mon corps

Dernière mise à jour : 23 mai, 2017

Avec le temps, nous finissons par nous rendre compte que l’amour ne se fait pas avec le corps, mais avec l’âme. Que la passion véritablement satisfaisante est celle qui nous permet de voyager au-delà de la peau pour nous transposer dans deux esprits qui s’ouvrent, qui se déshabillent en affection? en certitudes et en sentiments. Qui dansent en silence en ne croyant former qu’un.

Les expert-e-s nous disent que la peau est l’organe sexuel le plus important de l’être humain. Nous avons besoin d’être touché-e-s pour survivre et, parfois, il nous suffit d’une caresse pour activer des milliers de récepteurs sensoriels capables d’activer une émotion, une sensation. Pourtant, dans l’amour véritable, la symphonie des sensations intégrées dans notre peau ne sont pas toujours suffisantes. Nous voulons davantage.

Les plus belles histoires d’amour n’apparaissent pas dans les livres. Elles s’écrivent sur notre peau avec de l’encre invisible, imperceptible pour le reste du monde, mais révélatrice pour nous. Parce qu’elle est tatouée avec les empreintes de ces doigts sages qui ont su tracer dans la pénombre la forme de notre corps, qui ont réveillé notre âme pour la mouler avec la leur et ainsi, donner un véritable sens à la vie.