Savez-vous comment agit l’hormone des câlins ?

22 février 2017 dans Emotions 476 Partagés

Vous avez sûrement déjà entendu parler de l’ocytocine, une hormone liée à nombre de nos gestes de tendresse, comme les câlins. Sa réputation est tout à fait méritée. Il y a une découverte scientifique très précieuse, qui corrobore ce que nous savons tous depuis toujours : les câlins nous réconfortent, nous guérissent et rendent notre vie plus heureuse.

Depuis plusieurs décennies, on a découvert que lorsque les femmes mettent un enfant au monde, elles sécrètent de fortes quantités d’ocytocine. Cette hormone atténue la douleur de l’accouchement et en échange, facilite le sentiment intense d’affection pour le nouveau-né. Cela se traduit en un désir de prendre dans ses bras, de donner des baisers, de câliner.

Mais le meilleur vient ensuite. Avec plusieurs expérimentations qui ont été réalisées dans le monde entier, il a pu être démontré que les situations qui activaient la production de cette hormone était bien plus nombreuses. On a découvert, par exemple, qu’un câlin de 5 secondes la stimule, mais qu’un câlin de 20 secondes l’active et équivaut à un mois de thérapie. Merveilleux non ? Mais ce n’est pas tout ; les baisers qui sont perçus comme une manifestation d’amour libèrent aussi de l’ocytocine.

« Je te prends dans mes bras et les mandarines coulent à flot ; je t’embrasse et tous les raisins relâchent le vin caché de leur cœur sur ma bouche. »

-Gioconda Belli-

Le bien-être émotionnel n’est pas l’unique conséquence positive de la sécrétion de cette hormone. Il a aussi une incidence sur le bien-être physique. Il permet de tomber moins malade et de guérir plus vite, si quelque chose nous affecte. Il renforce le système immunitaire et améliore le fonctionnement du cœur. C’est un petit prodige chimique qui enrichit votre vie.

Comment activer l’hormone des câlins ?

L’ocytocine est une hormone qui s’active via le contact physique. Elle se libère facilement à travers les câlins et les baisers, mais répond aussi à d’autres stimulations comme un mot affectueux ou même une simple tape dans le dos.

gif-calin-1

Nous avons tou-te-s sur la peau des récepteurs qui s’appellent corpuscules de Meissner. Ces composants nous permettent de percevoir la température, la texture des choses, les caresses, les pincements etc. Dès que l’on reçoit la stimulation, ils envoient un signal au cortex cérébral qui interprète le type de stimuli. Et nous avons plus de corpuscules au niveau des mains et des lèvres.

Lors d’une expérience menée à l’Université de Californie, on a testé le fonctionnement du cerveau d’un groupe de volontaires à travers les résonances magnétiques fonctionnelles.  Il a donc été démontré qu’un câlin stimulait notablement la production d’ocytocine. Dans le groupe étudié, le câlin devait provenir d’une personne pour laquelle on ne ressentait aucune attirance sexuelle, ni dont on était amoureux-se. Cette étude a aussi montré que plus il y a d’ocytocine, moins il y a de cortisol, qui est l’hormone du stress.

Informations sur l’hormone des câlins

Pour que vous compreniez mieux le fonctionnement de l’hormone des câlins, nous allons vous donner quelques informations à son sujet. Cela vous permettra de comprendre pourquoi l’ocytocine est devenue le centre d’intérêt de nombreuses études.

cerveau-fleurs

  • L’hormone des câlins est produite dans la glande pituitaire. Elle est régulée par les cellules de l’hypothalamus, qui a aussi une incidence sur toutes les glandes de l’organisme. Il a un lien avec le corps dans son intégralité.
  • Quand l’ocytocine est produite, elle apparaît dans le sang. Si cela arrive, l’amygdale déclenche une série de réactions qui se traduisent dans un comportement plus généreux et tranquille.
  • En 1998, on a découvert que les enfants autistes ont des niveaux moins élevés d’ocytocine. En 2003, on a fait une expérience dans laquelle on leur administrait cette hormone par voie intraveineuse et on a observé une baisse des comportements automatisés de ces enfants.
  • L’ocytocine est un excellent antidote contre les peurs et les phobies sociales. En d’autres termes : si vous êtes dans une situation sociale qui vous fait peur, le câlin de quelqu’un de proche de vous vous réconfortera sûrement.
  • Les câlins contribuent à diminuer la tristesse et à améliorer le fonctionnement de la pression artérielle. D’autre part, les baisers ont un effet similaire à celui d’un analgésique, mais ils contribuent à brûler des calories et à diminuer les rides.
  • L’hormone des câlins contribue aussi à produire plus de sérotonine et de dopamine. En substance, elle réduit le tresse et aide à avoir une attitude plus positive face à la vie.

couple-calin

L’industrie pharmaceutique permet d’augmenter les niveaux d’ocytocine via des médicaments. Mais pourquoi se priver des câlins et des baisers ? Vous n’avez pas besoin d’aller les chercher à la pharmacie, ils sont gratuits et ils vous aident à briser les barrières de la solitude. Des barrières qui sont souvent les stimulateurs de vos angoisses.

A découvrir aussi