Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir

5 octobre 2016 dans Emotions 6 Partagés

Beaucoup de mythes liés à l’âge subsistent encore aujourd’hui, bien qu’on ait démontré qu’ils étaient totalement faux. Le premier mythe que l’on pourrait remettre en question est peut-être celui de l’âge comme un dénominateur de possibilités, alors qu’en fait, personne n’est trop jeune ou trop vieux pour réaliser des rêves qui semblent faire partie du passé ou que l’on ne peut pas encore atteindre. C’est quelque chose que nous voyons tous les jours, mais nous n’arrivons pas à croire que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

On pourrait s’attendre à ce que les jeunes n’aient pas de barrière par rapport à l’âge, car ce sont justement eux qui ont fait tomber le mythe qu’il fallait des dizaines d’années d’expérience pour réussir dans la vie. Steve Jobs, Bill Gates ou Mark Zuckerberg sont la preuve que tout ceci est faux. Mais de la même manière que ces jeunes gens ont réalisé de grandes choses à un âge où personne n’aurait misé sur eux, il existe également de nombreux cas pour lesquels les personnes d’un certain âge ont exaucé leur rêve.

Pourtant, le temps qui passe, les cheveux blancs, et tout ce qui rappelle les dernières étapes de la vie n’est pas franchement à la mode. Voilà pourquoi ceux qui ont vécu plus de quatre décennies pensent généralement qu’ils n’ont plus l’âge de se fixer de nouveaux objectifs ou de pourchasser des espoirs qu’ils ont caressé à des moments plus audacieux. Mais ils ont tort. Tant qu’il y a de la vie, il n’est pas trop tard.

Les nouvelles opportunités n’ont rien à voir avec l’âge, mais plutôt avec trois qualités : la persévérance, la concentration et la passion. Les deux premières qualités sont presque toujours le produit de la maturité; mais la passion est un de ces vertus que l’on abandonne avec le temps.

C’est la raison pour laquelle beaucoup de gens d’un certain âge croient qu’ils n’ont plus le droit de rêver ou de courir après ce dont ils ont toujours rêvé, bien qu’ils soient au meilleur moment pour le faire. Nous allons vous donner quelques exemples.

Charles Darwin savait qu’il n’est jamais trop tard

La publication de L’Origine des espèces a complètement changé l’histoire de la science contemporaine. Mais saviez-vous que Charles Darwin avait cinquante ans quand il y est parvenu ? Même s’il avait débuté son aventure de chercheur à 22 ans, il a mis presque 30 ans à accomplir sa tâche. Ses recherches étaient les plus innovantes de son temps, mais on pouvait voir apparaître chez cet homme des tempes plutôt blanches.

image-2

Dans son autobiographie, Charles Darwin écrit un texte qui résume magistralement ce qu’il pense à ce sujet :

“Par conséquent, mon succès en tant qu’homme de science […] a été déterminé, pour ce que je peux en juger, par des qualités diverses et variées et des conditions mentales. Parmi celles-ci, les plus importantes ont été : a) la passion pour la science; b) une patience illimitée pour réfléchir longuement sur n’importe quel sujet; c) l’acharnement dans l’observation et la collection de données, et d) une dose égale d’inventivité et de sens commun. Avec des capacités aussi ordinaires que celles que je possède, il est vraiment surprenant que j’aie influencé à un degré aussi considérable les croyances des scientifiques par rapport à quelques points importants”

Écrivains et génies tardifs

José Saramago est un des écrivains les plus lus au monde. Ce que beaucoup ignorent, c’est qu’il a connu son premier grand succès littéraire à l’âge de 58 ans, avec le roman Relevé de terre, un succès qui a été confirmé les années suivantes par d’autres romans dont un lui permit même de gagner le prix Nobel en 1988.

image-3

L’écrivain afro-américaine Toni Morrison a publié son premier livre à 40 ans. Et 22 ans plus tard, elle a gagné le prix Nobel de littérature. Le grand écrivain britannique Penelope Fitzgerald a également publié son premier livre quand elle allait fêter ses 60 ans. Après de nombreux échecs personnels et littéraires, elle a finalement pu réaliser son rêve d’être publiée et, quelques années plus tard, elle a été récompensée par le Booker Prize, un des prix les plus prestigieux au Royaume-Uni.

Relevons un autre cas intéressant, celui de Winston Churchill, qui occupa un poste à responsabilité à l’âge de 66 ans. Ce fut l’un des chefs d’État les plus importants de l’histoire en Grande-Bretagne et il a joué un rôle déterminant dans le déroulement de la Seconde Guerre mondiale. Mais en plus de cela, il a gagné le prix Nobel de littérature à l’âge de 76 ans.

Toutes ces histoires, parmi tant d’autres, comme celle d’Alexander Flemming, l’inventeur de la pénicilline, de Walt Disney, de Raymond Chandler, d’Ang Lee prouvent que l’âge n’a rien à voir avec la réalisation des rêves. Il n’est vraiment trop tard que quand vous renoncez à rêver ou quand la mort vous tend les bras, mais ce n’est qu’à ce moment-là que vous pouvez renoncer à saisir une opportunité.

image-4

A découvrir aussi