5 facteurs qui influent sur votre degré de bonheur

10 avril 2017 dans Curiosités 235 Partagés

Notre rapport au bonheur évolue tout au long de notre vie. Quand nous sommes petit-e-s, notre degré de bonheur dépend sans doute de la relation que nous entretenons avec nos ami-e-s. En revanche, quand nous grandissons, celui-ci commence à être plus sujet à nos aspirations.

Nos responsabilités changent, augmentent, ce qui accroît aussi la probabilité de nous sentir frustré-e-s, tout comme le stress et l’anxiété quand notre travail ou notre rémunération ne nous conviennent pas totalement. Mais c’est une vision générale, car pour quelques un-e-s, le degré de bonheur dépend d’un autre type de situations.

Prenons un autre exemple. Certaines personnes placent le besoin d’être en couple par-dessus tout. Si elles ne parviennent pas à être en couple ou si la relation fonctionne mal, leur bonheur sera amoindri. De cette façon, quand notre bonheur est simplement lié à la réalisation d’un désir, nous pouvons souffrir plus facilement.

Mais alors, qu’est-ce qui fait varier votre degré de bonheur ? À quoi accordez-vous le plus d’importance au cours de l’étape de votre vie dans laquelle vous vous trouvez maintenant ? Nous allons aujourd’hui découvrir 5 facteurs qui influent sur nous de manière importante, bien qu’il soit nécessaire de préciser qu’ils n’agissent pas toujours tous en même temps, mais que parfois, selon le moment, l’un acquiert plus d’importance que les autres.

image-2

1. Votre façon d’être

Vous pensez certainement aux facteurs externes qui peuvent influer sur vous, mais les plus sérieux et les moins évidents interviennent à l’intérieur de vous. Votre attitude face à la vie, et la façon dont vous faites face aux problèmes peuvent faire évoluer votre degré de bonheur.

Imaginez que vous soyez une personne qui accuse les autres d’être responsables de vos problèmes. Au final, vous allez croire que le monde est contre vous et cela ne vous rendra pas très heureux-se. Il est important que vous adoptiez l’habitude d’être responsable des actes que vous accomplissez.

Pouvons-nous changer notre façon d’être ? Bien sûr que oui. En étant aimable, patient-e, en découvrant en nous les problèmes que nous devons résoudre… Nous pouvons aller mieux si nous commençons à passer du bon temps avec nous et avec les autres.

2. L’endroit où vous vivez

Même si vous en doutez, l’endroit où vous vivez influe de manière importante sur votre état d’esprit. Le lieu parfait, celui qui vous rendra heureux-se, est celui qui répond à vos attentes et qui vous transmet des vibrations et des émotions positives.

Le gros problème est que, parfois, nous ne pouvons pas vivre là où nous le voulons. Imaginez que vous ayez passé votre enfance dans un lieu qui était près de la mer, mais pour diverses raisons, vous ayez dû déménager dans un endroit loin de la mer.

gif-felicidad

Même si vous ne le croyez pas, si la mer vous transmettait des sensations très positives, le fait d’en être éloigné-e vous rendra triste et influera sur votre degré de bonheur. La liberté que vous ressentiez auparavant – cette paix – a maintenant disparu au profit d’un certain étouffement et de la sensation d’être prisonnier-ère.

3. Votre niveau d’exigence

Si vous avez eu des parents très exigeants ou si vous avez vécu une enfance un peu compliquée, peut-être avez-vous développé des attitudes perfectionnistes. De cette manière, une fois passée cette ligne, plus vous serez perfectionniste et plus vous souffrirez, étant amené-e à ressentir une véritable angoisse à cause d’une virgule que vous avez placée dans un texte, d’un petit pli sur une chemise que vous avez repassée, ou parce que vous êtes arrivé-e une minute en retard.

Personne ne peut être parfait, et une chose est sûre ; les personnes parfaites sont presque toujours tristes, frustrées et stressées. Elles savent qu’elles ne peuvent pas atteindre les objectifs qu’elles se fixent, parce que même si elles ne le pensent pas, ceux-ci ne sont pas réalistes.

Pour que votre degré de bonheur soit satisfaisant, vous devez ajuster votre niveau d’exigence de sorte qu’il soit équilibré. Quand vous le réduirez, vous vous rendrez compte que vous pouvez apprécier les détails les plus simples, ceux que vous n’appréciiez pas auparavant.

4. Les relations interpersonnelles

La position que vous occupez à l’intérieur d’un groupe social affecte de manière importante l’estime de vous-même. Voilà pourquoi ce n’est pas la même chose d’être marié-e que d’être divorcé-e, tout comme il est très différent d’avoir beaucoup d’ami-e-s et d’en avoir peu, même si tout cela dépend beaucoup du point de vue.

Si nous cultivons des relations saines, notre degré de bonheur sera beaucoup plus grand. Malheureusement, nous devons très souvent nous battre avec des personnes toxiques ou avec des situations qui nous déplaisent. Un exemple de cela est celui dont nous avons parlé : un divorce.

image-3

En tant qu’être sociables que nous sommes, les relations ont une importance vitale pour nous. C’est pourquoi elles varient autant sur notre degré de bonheur, car sans pouvoir l’éviter, nous vivrons des déceptions, des mensonges, des abandons…

5. Vos pensées et votre degré de bonheur

Vos pensées vont toujours déterminer votre réalité. Voilà pourquoi même si vous avez un travail et un salaire précaires, même si vos relations ne sont pas au bon fixe, ce qui va véritablement compter, c’est votre façon de faire face à toutes ces situations.

Comme nous le disions au début de l’article, au cours de certaines étapes de la vie, il est probable que le travail et l’argent prendront beaucoup d’importance. Que se passe-t-il si cela n’est pas aussi satisfaisant que nous l’espérions ? S’adonner à la négativité développera forcément la négativité.

C’est vous qui choisissez si vous voulez être optimiste ou négatif-ve. Il est certain qu’être optimiste n’est pas facile, bien que cela soit contradictoire. Pourquoi être positif-ve nous paraît toujours plus difficile ? Parce qu’il est toujours plus facile de se plaindre, de se mettre en colère, que de faire tout le contraire.

On apprend à être heureux-se quand on comprend qu’être triste, c’est perdre son temps.
Partager

Il est clair que de nombreux facteurs que nous avons mentionnés ne dépendent pas que de nous pour évoluer. C’est le cas la plupart du temps avec les facteurs externes. En revanche, ce que nous pouvons faire, c’est changer notre façon de voir les choses.

image-4

Prenez ce dernier facteur qui influe sur votre degré de bonheur, les pensées, et utilisez-le à votre avantage. Une situation ne vous plaît pas ? Vous croyez que le monde est contre vous ? Vous détestez le lieu où vous vivez ? Si vous maintenez une attitude positive et que vous cultivez la patience, alors vous réussirez à changer toutes ces situations qui influent actuellement de façon négative sur votre degré de bonheur.

A découvrir aussi