5 conseils avisés qu’ont semés mes grands-parents dans mon coeur

6 février 2017 dans Psychologie 72 Partagés

Mon grand-père était un homme courageux, à l’âme humble et au regard malicieux. Derrière sa peau tannée se cachaient des années de travail et, cependant, sa main me paraissait toujours douce lorsqu’il m’accompagnait à l’école. De nombreux souvenirs de lui se sont réfugiés dans mon cœur, en particulier ses conseils avisés. Ceux que j’évoque chaque jour.

Il se peut que nos générations aient été très différentes. Il est possible que ces années où nos grands-parents construisaient les fondations de leur vie aient eu des vents et des voix distincts des nôtres. Notre présent est marqué par des stimulations différentes et des nouvelles modes. Cependant, les essences sont toujours les mêmes. C’est pour cela que leur héritage de sagesse murmuré au cours de longues promenades ou à côté d’une tasse de chocolat continue à être aussi précieux.


« Dis-moi ce que tu fais et je te dirai qui étaient tes grands-parents. »

-Alejandro Jodorowsky-


Les grands-parents donnent forme à cet ancrage émotionnel et significatif auquel on veut toujours retourner. Nous savons que nos mères et nos pères disposent de tout un “arsenal” en matière de conseils et de directives dont nous sommes toujours reconnaissant-e-s. Cependant, évoquer ces conversations d’antan avec nos grands-parents est comme ouvrir une porte d’air apaisant vers laquelle nous aimons retourner. Parce que nous sommes des nostalgiques inconditionnel-le-s.

C’est peut-être parce qu’iels n’avaient pas l’obligation explicite “d’éduquer”, de fixer des règles. Les grands-parents accompagnent et stimulent ces découvertes apaisantes auxquelles l’esprit d’un-e enfant est toujours très réceptif. Tout cela explique pourquoi, même en voyant le monde à travers les vitres d’un adulte, nous regardons dans le rétroviseur en direction des racines de notre enfance.

Nous vous proposons de réfléchir par la suite à une série de conseils que nos grands-parents nous ont transmis à un moment donné.

abuelo-sabiduria-consejos

1. Vous n’êtes meilleur-e que personne, personne n’est meilleur que vous

L’un des sages conseils que nous ont légués nos grands-parents est d’être humble d’esprit et de cœur. Iels ont été les médiateur-trice-s de beaucoup de nos bagarres entre frères et sœurs. Iels ont apaisé nos tensions quand nous nous fâchions avec d’autres enfants et, d’une voix patiente, iels nous ont poussé-e à calmer notre ego lors de ces années où tout nous paraissait injuste.

  • Leur voix patiente et leurs mots opportuns transformaient toujours les colères en fous rire. Ce n’est qu’à ce moment que nous découvrions que nous nous fâchions pour rien et que la colère s’éteignait presque par magie quand nous focalisions notre attention sur autre chose.
  • Nos grands-parents nous ont appris que les bagarres n’apportent aucune solution aux conflits. Que se croire meilleur-e que quelqu’un signifie valoir moins que les autres.
  • Iels nous ont par ailleurs montré que personne n’est meilleur que nous et que les injustices commencent toujours quand nous mettons de côté l’humilité pour permettre au vent de l’égoïsme de nous recouvrir.

2. Vous hériterez de la Terre : prenez-en soin

Nombreuses furent les après-midi où, en donnant la main à nos grands-parents, nous avons découvert pour la première fois les cycles de la Terre.

Nous nous promenions sur des chemins recouverts par les feuilles d’automne et nous entrions dans ces bois où la rosée matinale faisait scintiller les milliers de fougères pendant l’hiver. Nous comprenions qu’entre la semence et la récolte, il fallait de la pluie, de l’engrais et de la patience. Que les arbres vivent plus longtemps que les hommes et que même ainsi, au lieu de les vénérer comme des dieux, nous les coupons.

Nos grands-parents nous ont appris à aimer les animaux, à les regarder sans perturber leur environnement et à comprendre que ce monde n’est pas un monde qui nous appartient. La Terre est uniquement un lieu de passage dont il faut prendre soin et qu’il faut respecter comme un être vivant.

ballena

3. Les livres sont un refuge merveilleux

Personne n’aime la lecture en raison d’une obligation de quelqu’un d’autre. On ouvre un livre par curiosité, par plaisir, par imitation. Un précieux conseil que nous ont transmis nos grands-parents est celui de nous amuser dans un océan de lettres. De rêver avec les yeux ouverts et plongés dans les pages d’un livre.

Ils nous ont encouragé-e à faire le tour du monde en 80 jours, à conquérir des îles mystérieuses et à nous dresser comme des héros de règnes oubliés à travers des montgolfières et des sous-marins. Les livres ont été cet héritage que nous avons découvert comme quand quelqu’un laisse un bonbon sur une table. Ils nous ont offert un refuge où les adultes ne nous dérangeaient pas et dans lequel nous pouvions nous transformer en gardien-ne-s d’un monde privé où nous étions toujours Peter Pan.

Après avoir pleuré, le monde brille beaucoup plus

Il se peut que vous ne retrouviez jamais de plus grande complicité que celle qui vous unissait à votre grand-père. Tandis que nos parents nous motivaient à “être plus grand-e-s” et à devenir plus sages, nous souhaitions de notre côté un giron où laisser s’échapper nos peurs, nos angoisses et nos frustrations.

Les adultes nous ont fait croire pendant longtemps que pleurer était une chose que faisaient les enfants faibles. Tandis que nous, qui nous sentions encore comme des petits enfants, nous contenions notre rage et retenions nos larmes par peur d’être sanctionné-e-s. Ou qu’on se moque de nous.

Malgré tout, c’est avec nos grands-parents que nous obtenions toujours la plus grande consolation. Leur “ça ne fait rien, tu vas voir que le monde brille plus maintenant” aidait toujours. Nous savions que nous pouvions le faire, que nous pouvions pleurer sans que personne ne nous juge et qu’une fois que l’on s’était calmé-e-s, les choses prenaient une autre perspective.

abuelo-abrazando-nina

5. Vous pouvez réaliser tout ce que vous voulez

À leurs yeux, nous méritions tout ce que nous souhaitions. Loin de mal nous éduquer, nos grands-parents ont réussi à nous transmettre de la force, de la confiance en nous et du courage. Ils nous ont glissé de la magie dans les poches et nous ont mis des ailes dans le dos pour nous élever. Pour nous donner ce courage mêlé d’amour sincère qui laisse une marque dans le cœur et une empreinte dans nos esprits.

C’est peut-être pour cela que quand nous arrivons à un abîme sur nos chemins vitaux, nous nous souvenons des conseils de nos grands-parents. Nous nous souvenons que nous avons des ailes. Qu’elles sont bien là, même si personne ne les voit, et qu’il suffit de glisser la main dans nos poches pour que la magie nous émerveille une fois de plus et pour nous rappeler que rien n’est impossible.

A découvrir aussi