La lecture grandit l’âme

19 janvier 2017 dans Psychologie 437 Partagés

Peu importe à quel point tu penses être occupé tu dois trouver du temps pour lire ou t’adonner à une ignorance auto-choisie”. C’est ainsi que parlait Confucius il y a des siècles. Cependant, avec le  temps, on a découvert que la lecture est bien plus qu’une simple source de connaissances.

Philosophes, écrivains, scientifiques,  psychologues et d’autres spécialistes ont porté aux nues les grandeurs de la lecture. Des années d’étude et tests après tests, des personnages illustres nous ont démontré que lire, c’est bien plus qu’accéder à un monde simplement informatif, amusant ou imaginatif. C’est un acte qui grandit l’âme. Vous voulez découvrir pourquoi ?

La lecture selon Ángel Gabilondo

Peut-être que vous connaissez Ángel Gabilondo en tant qu’ex-ministre de l’éducation du gouvernement espagnol ou en tant que politique. Mais bien avant, il fut un professeur d’université de philosophie réputé à l’Université Autonome de Madrid. Pour lui, lire, c’est aussi important que manger ou maintenir son corps en forme. Selon le philosophe, une bonne sélection de livres est aussi importante qu’un choix d’aliments sages.

femme-prenant-un-cafe-livre

Ángel Gabilondo estime que lire est aussi important que vivre. L’acte de la lecture crée, recrée et est même capable de transformer la réalité. À tel point que les Grecs et les Romains la considéraient comme une activité que l’on devait faire chaque jour.

Ce que la lecture a de sain, selon Emili Teixidor

Emili Teixidor est un auteur qui a écrit des œuvres telles que La lecture et la vie. Pour cet écrivain, tout comme le pain alimente notre corps, les lettres alimentent le cerveau. Chaque mot écrit donne vie à l’esprit.

De plus, il parle d’autres bienfaits, peut-être plus prosaïques, mais tout aussi nécessaires. Par exemple, lire favoriserait les capacités de concentration. Car même si cela nécessite un apprentissage, notre esprit y trouve un champ fertile pour se développer.

Alors, même si parfois notre cerveau a tendance à la distraction, Teixidó estime que la lecture, puisqu’elle nécessite de la concentration, améliore les capacités humaines de survie. Nos ancêtres chasseurs avaient besoin de toute leur attention aux détails pour pouvoir manger. Et l’acte de lire faciliterait le maintien de cette attention.

La lecture et la science

Cependant, il y a aussi des recherches qui ont approfondi les effets de la lecture. Et lire active l’hémisphère gauche du cerveau, générant une activité intense dans certaines zones. Cela arrive avec un tel naturel que cela se répercute sur le développement intellectuel, puisqu’il y a plus de neurones dans les esprits lecteurs, selon Stanislas Dehaene, neurologue au Collège de France.

D’autres études étonnantes démontrent que les personnes analphabètes entendent moins bien que celles qui lisent. C’est ce qui se dégage des investigations du neuroscientifique  Alexandre Castro-Caldas, de l’Université Catholique du Portugal.

homme-livre-et-cerveau

Lorsqu’on lit, notre cerveau active les mêmes zones qui s’activeraient si nous faisions l’action littéraire dans le monde réel. C’est-à-dire qu’il recrée ce que l’on imagine. C’est ce qui ressort de l’étude de la psychologue Nicole K. Speer, de l’Université de Washington.  Ainsi, les actions enregistrées dans le texte s’intègrent dans le savoir personnel avec le même poids qu’une expérience passée.

Le psychologue Raymond Mar, de l’Université de Toronto, a démontré que les lecteur-trice-s sont des personnes plus empathiques. De fait, celleux qui lisent des romans augmentent encore plus cette habileté sociale en comparaison avec celleux qui se concentrent sur la littérature spécialisée ou qui ne lisent rien.

Autres études sur la lecture

Au sein de l’Université d’Oxford, une étude très intéressante a été menée. Les personnes qui lisent par pur plaisir ont plus de succès professionnel. De fait, celleux qui ont lu pendant leur adolescence augmentent leurs possibilités à la maturité. 

Un autre détail singulier : le lien avec les maladies neurodégénératives. La lecture est un excellent exercice pour retarder et prévenir l’avancée d’Alzheimer. C’est ce qu’affirme le docteur Pablo Martínez-Lage, de la Société Espagnole de Neurologie.

Si toutes ces raisons ne vous ont pas paru suffisantes, lisez, tout simplement. La lecture grandit l’âme, divertit, amuse et crée des mondes imaginaires pleins de passion et d’enchantement. Alors si vous ne le faites pas pour votre bien psychologique et physique, lisez pour passer un bon moment. Tout simplement !

A découvrir aussi