Lire, ce n’est pas vivre, mais c’est une façon de revenir à la vie

17, novembre 2015 dans Curiosités 1107 Partagés

Lire, ce n’est pas vivre, mais c’est l’un des meilleurs moyens d’être en vie, de nous submerger dans un océan de lettres pour nous y réfugier, de renaître et de nous libérer sur ces îles de sérénité littéraires.

Lire, qu’est-ce que ça représente, pour toi ? Certains répondent qu’on lit pour savoir que l’on n’est pas seul, et d’autres disent que la lecture rend le quotidien plus vivant et gratifiant.


Se plonger dans un livre, c’est un exercice qui nous nourrit, nous éduque et fait de nos esprits des entités plus libres, plus puissantes.


La lecture et les livres sont un bien universel qui devrait transcender les mondes et les cultures, et aller bien au-delà du temps.

Si vous êtes un grand connaisseur des nuits de lecture intense, nous sommes certains que vous allez vous sentir identifié à ces réflexions que nous vous invitons à compléter.

Les lectures de l’enfance

A partir du moment où on sait lire et écrire, on commence à se plonger dans ces premiers livres que jusqu’alors les grands ouvraient pour nous, voire même à découvrir de nouveaux livres par nous-même.


Les premières lectures de l’enfance sont des traces émotionnelles filées de fantasmes inoubliables. Ce sont les serrures sur lesquelles il faut se pencher pour la première fois afin d’expérimenter terreur, aventure, amour…


Souvent, quand on ferme les yeux, on voudrait revivre de nouveau toutes ces sensations si nouvelles et intenses, en passant les pages jaunâtres de nos livres d‘enfance.

D’une certaine façon, les vieux livres sont comme des photographies de l’âme, comme de petits univers qui contiennent de nombreuses parts de nous-même.

lectura-niños

Ce sont des émotions contenues dans des mers de lettres qui nous émeuvent, et qui nous poussent à nous demander si les enfants d’aujourd’hui se rapprochent des livres avec la même passion que nous.

Il est évident que leur monde semble différent, car la société actuelle chevauche la technologie et pas les douces pages d’un libre.

Or, loin de voir des différences, faire l’effort de lire en vaut la peine. De quelle manière ? Au travers de ces stratégies simples :

  • Nous devons sensibiliser les enfants à la lecture dès leur plus jeune âge.
  • Le meilleur moyen de le faire, c’est de leur servir d’exemple. Si pour nous, les livres représentent quelque chose d’intime et de familier, alors pour eux, ce sera la même chose.
  • Ne les obligez pas à lire un genre littéraire bien précis. On arrive à la lecture par curiosité et en liberté ; nous sommes les seuls à choisir ce que nous voulons lire.
  • Établissez des horaires de lecture, et permettez par exemple que la nuit soit cet instant de paix dont on profite en lisant.

Les livres et l’art des sens

Aussi volumineux soient-ils, les livres ne nous gênent jamais, et ne pèsent jamais trop lourd.

Parfois, on se charge avec d’énormes livres dans nos sacs pour les dévorer pendant que l’on voyage en train ou en bus : ce sont des îles sur lesquelles on se réfugie.


Les livres se lisent, se sentent, se caressent, et pour beaucoup, ils ne se prêtent pas. Ce sont des amis silencieux avec lesquels il faut tisser une relation unique et exceptionnelle. Des amis de plaisirs et d’aventures.


On profite des livres à de nombreux niveaux. De fait, il est fort probable que l’on vous ait déjà posé la question suivante :

Pourquoi les livres plus vieux ont cette odeur si particulière qui nous intrigue et nous attrape ?

– Tout cela se doit à un élément caché dans leurs pages. La raison, il faut la chercher dans la lignine (cousine germaine de la vanilline). Il s’agit d’un polymère présent dans le règne végétal et qui, dans le cas des arbres, les aide à rester solides.

– Tout livre élaboré à l’ancienne mode sera donc fait de cette essence à la vanilline si particulière, qui se renforce à mesure que les pages vieillissent et jaunissent.

Aujourd’hui, ces processus ont changé, et il n’est plus si fréquent de sentir cette enivrante odeur d’ancien, d’autant plus si on tient compte de l’essor des dispositifs électroniques.

Lire pour être libre, lire pour être heureux

Lire, c’est plus que trouver un refuge quotidien, c’est s’ouvrir à de nouveaux savoirs, c’est vivre des histoires étrangères, c’est transiter par des mondes impossibles…c’est fermer un livre et comprendre que dorénavant, on ne sera plus jamais le/la même.

Lire nous permet de revenir à la réalité quand on veut savoir qu’au fond de notre être, il y a quelque chose qui nous unit aux livres.

Même si on sait que lire, ce n’est pas vivre, car ce qui se passe dans les livres, ce n’est pas la vie réelle, ces derniers continuent malgré tout à rendre nos jours plus vivants.

mujer-leyendo

« Comment seront les gens qui n’ont jamais ouvert un livre ? » Comme le dit Gandhi :


Si vous ne lisez pas, il ne se passe rien, mais si vous le faites, alors beaucoup de choses se produisent.


La vie offre de la sagesse, indubitablement. Quiconque lit comme il respire et prend chaque jour le temps d’ouvrir ces serrures littéraires, récolte des bénéfices encore plus intenses :

– Même si nombreux sont ceux qui pensent que quelqu’un qui lit trop ne veut pas vivre dans le monde réel, ils se trompent. La lecture est un apprentissage constant, visant à rendre plus habiles les gens qui la pratiquent.

– Un bon livre nous permet de relativiser de nombreux aspects de notre vie quotidienne générant en nous stress et anxiété.

Les livres nous instruisent, nous charment, nous calment et nous ouvrent des voies vers de nouveaux savoirs.

Quiconque est habitué à lire souvent devient plus exigent et affine son sens critique.

Il a des opinions diverses et variées, mais aussi sa propre voix, car il a vécu dans de nombreux mondes et s’est mis dans la peau de nombreux personnages.


Lire, ce n’est pas seulement un moyen d’être libre. C’est aussi une arme de pouvoir à votre portée.


A découvrir aussi