Respectez votre rythme ainsi que celui des autres

21 avril 2017 dans Psychologie 0 Partagés

Être et laisser être. Ce principe si simple et élémentaire n’est pourtant pas tellement appliqué. Nous ne sommes pas tou-te-s conscient-e-s que chacun-e d’entre nous a un rythme, une musique intérieure et une manière de voir et de ressentir les choses. Peut-être que pour cela, nous nous sentons dans l’obligation de nous protéger de celleux qui osent nous désaccorder et jouer avec nos émotions à leur guise.

Il s’agit donc de rythme. C’est un thème aussi délicat que méconnu, dont nous ne sommes pas toujours conscient-e. Mais, pire encore : aujourd’hui, nous sommes quasiment obsédé-e-s par le fait d’accélérer ce rythme à tous les niveaux. Les enfants doivent apprendre à lire et à écrire le plus tôt possible. Les adolescent-e-s doivent se comporter comme des adultes et nous, les adultes, nous passons notre temps à nous comparer aux rythmes des autres.

« Sois toi-même, les autres sont déjà pris. »

-Oscar Wilde-

On oublie que pour aspirer à une véritable harmonie intérieure, il ne faut pas prendre comme références l’argent, le pouvoir, le prestige et encore moins passer son temps à penser à ce qui nous manque et ce que les autres ont déjà obtenu. Si l’on garde ce schéma de vie, la seule chose que l’on atteindra, c’est mendier et avancer en cercles, au rythme d’une musique grossière et chaotique.

La véritable harmonie commence par soi-même. Il n’y a que lorsque nous atteignons le calme, la connaissance de soi et cette humilité de cœur où rien n’est en trop et rien ne manque, que le monde s’équilibre comme par magie. Peu importe la vitesse de ce monde, peu importent les exigences des autres : car le phare du bonheur se trouve en notre intérieur.

Dans le livre Alice de l’autre côté du miroir, Lewis Carroll nous offre un moment de réflexion que les scientifiques et les sociologues ont utilisé pour développé la fameuse « Hypothèse de la Reine Rouge ». Quand Alice arrive au pays de ce personnage, et après une conversation, la Reine la prend par la main pour commencer une course. Elle doit le faire car dans ce monde-là tout le monde court et tout le monde court rapidement.

Alice ne tarde pas à se rendre compte que même si elle va le plus vite possible, elle n’avance pas. Au bout d’un moment, la Reine lui en explique la raison : « Ici, il est important de beaucoup courir pour rester au même endroit. Mais, pour arriver à un autre endroit, il faut courir deux fois plus vite ». Dans notre société, c’est la même chose qui se passe. Si nous accélérons le rythme de l’enfant au-delà de ce qui est bon pour son âge, nous augmentons donc les probabilités qu’il réussisse à l’école.

Si nous démontrons au reste que nous pouvons offrir et faire plus que ce qui entre dans le cadre de nos possibilités, peut-être que nous atteindrons le triomphe. Pourtant, le seule chose que nous atteignons, c’est le malheur. Nous sommes enveloppé-e-s par un environnement féroce et demandeur qui nous demande d’aller toujours plus vite, qui nous vole le temps, le calme et même la vie.

Il faut savoir que dans un monde où tout le monde court, rien ne pousse. Car tout dans la vie nécessite un moment de cuisson, un moment d’élaboration et de macération… Ainsi, pour atteindre cette harmonie intérieure, il est important d’établir une connexion intérieure avec notre être pour mettre en pratique quelque chose de très difficile : cesser d’être ce que les autres attendent que nous soyons.

Consultez aussi cet article : Savez-vous ce qui nous rend vulnérables au stress au travail ?

Respectez vos rythmes ainsi que celui des autres

Nous sommes comme des toupies qui font des tours dans un salon de danse. Certaines vont plus vite, d’autres plus lentement, d’autres s’arrêtent de temps en temps et le reste va à une vitesse si frénétique qu’elles finissent par se frapper contre les autres. Apprendre à être et à laisser être n’est pas facile et il est courant de se sentir dépassé par les événements.

Comprenez le rythme de votre cœur, faites attention aux cycles de la nature et respectez la musique intérieure qui donne de la force à chaque personne.

Mihaly Csikszentmihalyi nous explique dans son livre Le moi évolutif que les personnes qui consultent un-e psychologue à la recherche une leçon « rapide » d’épanouissement personnel sont très nombreuses. Elles arrivent avec un niveau de saturation si élevé qu’elles cherchent des solutions rapides à leur désespoir.

Mais il n’existe pas de miracles dans la manche, ni de pansements magiques pour le mal être de la vie. Il est essentiel de comprendre que même les processus de guérison et de reconstruction de l’auto-estime sont des choses qui prennent du temps. De fait, comme nous l’explique Mihaly Csikszentmihalyi, plus nous sommes anxieux-ses, moins nous avons la possibilité d’atteindre cet équilibre de vie, où tout coule de source.

Comment trouver son rythme et sa musique intérieurs ?

Il est clair pour atteindre ce calme intérieur, nous avons besoin de temps, de volonté et de dévouement quotidiens. Une fois que nous avons compris que tout changement implique de la responsabilité, on peut appliquer les stratégies suivantes :

  • Soyez conscient-e-s de votre « bagage » personnel. L’éducation reçue, le perfectionnisme extrême, le besoin de plaire ou la faible estime de soi sont des ennemis clairs dont il faut tenir compte et auxquels il faut réfléchir.
  • Analysez maintenant vos habitudes. Que faites-vous dans votre quotidien ? Quels sont les faits qui vous rendent anxieux-ses ou insatisfait-e-s ? Pourquoi les avez-vous acceptés comme des habitudes si elles vous rendent malheureux-ses ?
  • Dégagez-vous le plus de temps de qualité possible. Si la journée fait 24 heures, vous ne pouvez pas consacrer 12 heures aux autres, ni les occuper avec des choses qui ne vous sont pas tellement importantes. Sachez que le concept de « couler de source » ne s’atteint pas dans l’inactivité ou dans un état de relaxation. Il s’agit de se consacrer à des tâches qui nous identifient, qui font sens pour nous, qui nous donnent du rythme, de la satisfaction et donc du bonheur. Trouvez-les.

Pour conclure, il faut comprendre que porter son propre chemin en son intérieur se situe à une étape concrète de son épanouissement personnel. Certains mettront plus de temps que d’autres à comprendre certaines choses, et c’est pour cela qu’il n’y a pas d’autres options que la patience et le respect. Apprenons donc à laisser le monde courir pendant que nous nous focalisons sur notre propre centre.

Consultez aussi cet article : Il y a celleux qui craignent les changements, moi j’ai peur que les choses ne changent jamais

Images de Hajin Bae

A découvrir aussi