L'incitation à la cruauté : dévaloriser l'autre pour paraître intelligent

Avez-vous déjà rencontré quelqu'un qui critiquait votre façon de faire pour paraître plus compétent ? Certaines personnes ont besoin d'avoir un statut intellectuel plus élevé et pour ce faire, elles attaquent les autres. Voici ce qui se cache derrière ce comportement.
L'incitation à la cruauté : dévaloriser l'autre pour paraître intelligent
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 17 avril, 2023

Il existe une règle non écrite. C’est la référence au fait que de nombreux environnements de travail ressemblent à une jungle, des scénarios complexes dans lesquels la “faune” la plus variée habite. Dans ces environnements, nous rencontrerons, bien sûr, des collègues fabuleux et des leaders inspirants. Cependant, on trouvera aussi des profils très compétitifs, fourbes, parfois narcissiques, et peut-être un incompétent qui ne vit que des apparences.

Plongeons-nous dans cette dernière typologie, c’est-à-dire ceux qui se savent moins compétents que les autres, mais qui veulent survivre à tout prix et même accéder à des postes d’influence. Il y a des gens qui, moins ils ont de compétences, plus ils sont agressifs. C’est un mécanisme de défense, une stratégie un peu ignoble qui attire notre attention.

La recherche sociale nous indique que souvent, lorsqu’une personne adopte un comportement critique ou abusif, elle recherche le pouvoir et semble même plus intelligente. D’une manière ou d’une autre, la réminiscence du “cadre agressif” continue d’apparaître dans de nombreux milieux de travail. Ils sont comme des os de dinosaures dont il est difficile de se débarrasser. Approfondissons un peu ce comportement.

La violence verbale qui est souvent vécue au travail est une façon de gagner du pouvoir sur les autres. Ce sont des comportements que nous ne devrions pas autoriser.

homme faché
Porter un jugement négatif sur quelqu’un est une stratégie pour montrer à un auditoire une détermination apparente et une fausse compétence.

L’incitation à la cruauté : qu’est-ce que c’est ?

Vous vous êtes peut-être déjà vu dans la situation suivante. Nous faisons partie d’une équipe de travail dans laquelle des idées novatrices et des approches originales sont nécessaires pour atteindre les objectifs du groupe et de l’entreprise. À un moment donné, nous faisons une proposition et, peu de temps après, quelqu’un la réfute durement. Ceci est répété maintes et maintes fois.

Il est vrai que les regards critiques peuvent être enrichissants. Cependant, ce que fait cette figure, c’est nous dévaloriser comme quelqu’un qui écrase une boule de papier avec la semelle d’une chaussure. Il y a de la méchanceté et il y a du mépris. Ce que recherchent souvent ceux qui émettent un jugement négatif, c’est de renforcer devant les autres une image de soi résolue et autoritaire. Aussi de —apparente— concurrence.

Peu importe la qualité de notre idée. Certaines personnalités peuvent le piétiner avec les arguments les plus insolites, pour donner l’image de “j’en sais plus que vous et vos propositions sont des plus ridicules”. L’incitation à la cruauté définit le comportement agressif et dévalorisant qu’une personne peut infliger à une autre, afin de paraître plus brillante.

L’incitation à la cruauté est un phénomène qui apparaît fréquemment sur les réseaux sociaux.

Machiavélique en quête de reconnaissance

Le terme « cruauté incitative » a été inventé il y a plus de quarante ans par le docteur Teresa Amabile de l’Université de Stanford. C’est grâce à diverses enquêtes à travers lesquelles il a démontré quelque chose d’intéressant. Dans les milieux de travail, les personnes peu sûres d’elles essaient souvent de démolir les autres pour acquérir un statut intellectuel.

À cette fin, ce qu’ils font, c’est de juger négativement qui fait preuve de plus d’aptitudes ou de compétences, afin de l’invalider. A son tour, par cette stratégie, il veut acquérir une certaine notoriété dans le milieu, un certain charisme et une fausse résolution. Quelque chose que le Dr Amabile souligne, c’est que parfois il se peut que, effectivement, cette forme de machiavélisme donne une image de faux brillant.

Ce sont sans doute des situations très faussées, mais qui, hélas, continuent de se voir. Ils illustrent le directeur ou la direction d’une entreprise qui attaque la performance d’un employé pour renforcer son pouvoir. Face à l’entreprise cela peut sembler fantaisiste, mais à court et long terme ces comportements ont un coût.

Un phénomène fréquent sur les réseaux sociaux

Il est possible que ce phénomène semble typique d’une autre époque. Celle dans laquelle de nombreux cadres ou managers ont usé d’un leadership autoritaire. Cependant, il convient de noter que s’il existe un terreau fertile pour l’incitation à la cruauté, ce sont bien les réseaux sociaux. Presque chaque jour, nous trouvons des utilisateurs qui dénoncent, piétinent et critiquent les commentaires et les contributions des autres.

Il est courant que lorsqu’une personne ayant autorité, dans n’importe quel domaine de la connaissance, publie des nouvelles ou fournisse des données, une horde de commentaires agressifs apparaît bientôt. Nous soulignons, une fois de plus, qu’une critique fondée et respectueuse est utile. Or, ce qu’on cherche souvent, c’est à mépriser l’expert, à le vilipender pour gagner en autorité.

Nous l’avons vu dans la pandémie. Du coup, des utilisateurs sont apparus sur les réseaux sociaux qui semblaient en savoir plus que les scientifiques. Cela se produit, tour à tour, dans chaque événement actuel. Qu’il s’agisse d’aspects économiques, de catastrophes naturelles ou d’aspects de guerre, ceux qui attaquent avec des tweets pour atteindre la pertinence ne cessent de croître.

L’incitation à la cruauté prévaut dans les scénarios dominés par des mentalités fixes qui bloquent leur propre croissance.

Parfois, nous sommes dans un travail que nous n'aimons pas par nécessité
Celui qui dévalorise l’autre juste pour gagner du pouvoir nuit au bon fonctionnement d’un environnement de travail.

Avec un comportement agressif, nous perdons tous

L’incitation à la cruauté a la voix du père autoritaire qui éduque ses enfants dans la peur. Ce sont des présences qui veulent saper l’estime de soi des autres pour exercer un contrôle sur les autres et obtenir une visibilité. Il va de soi que celui qui crie le plus, celui qui met le plus de coups dans les roues des autres, obtient plus de succès dans un environnement de travail.

Cependant, la réalité est différente. C’est un comportement plus dangereux que l’effet Dunning-Kruger (personnes peu compétentes, mais qui agissent comme si elles étaient des experts). Car dans ce cas, ce que nous avons, ce sont des hommes et des femmes qui, en plus d’agir violemment, mettent leur veto et entravent la croissance d’une entreprise.

La créativité ne coule pas lorsqu’il y a des attaques et des rabaissements. Les progrès et les objectifs ne sont pas atteints lorsque quelqu’un vit d’attaques pour obtenir des avantages privés. Ce sont des « pommes pourries » dans une organisation qui doivent être jetées.

Conclusion

Les obstructionnistes, ceux qui connaissent leurs faibles compétences et cherchent à abattre les autres pour se démarquer, ont toujours existé. Le problème réside dans les scénarios qui permettent et, plus encore, qui valorisent ce type de comportement. Ce sont des environnements à mentalité fixe voués à l’échec et à la création d’un environnement de travail très épuisant.

Ce n’est ni logique, ni éthique. Toute organisation réussira si elle privilégie un bon climat de travail basé sur le respect, la coexistence, l’innovation et une bonne dose d’intelligence émotionnelle.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique



Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.