La dépression chez les personnes âgées : comment se manifeste-t-elle ?

8 avril 2019
Les personnes âgées peuvent elles aussi souffrir de dépression.

La dépression n’est pas une catégorie diagnostique homogène et unitaire. Elle peut se présenter d’une manière ou d’une autre en fonction de chaque personne ou de variables plus spécifiques, comme la tranche d’âge. Par exemple, dans le cas de la dépression infantile, l’humeur se caractérise davantage par de l’irritation et de la colère que par de la tristesse. Les enfants ont aussi plus de symptômes physiologiques et de problèmes de sommeil.

Par ailleurs, les données épidémiologiques signalent que la dépression chez les personnes âgées se manifeste et se déroule d’une façon bien particulière. Ainsi, la traiter de manière généraliste conduit à des erreurs fréquentes.

Les symptômes de dépression sont parfois considérés comme quelque chose de normal chez la personne âgée et on ne leur prête pas suffisamment d’attention. En outre, les médicaments qui leur sont fournis pour leur traitement ne sont pas souvent les plus optimaux.

Il est fréquent de trouver des personnes âgées dans des maisons de retraite ou des institutions gériatriques qui souffrent de dépression clinique. La présentation est généralement atypique -si nous ne prenons pas en compte la variable de l’âge- à cause de la difficulté qu’ont ces personnes à exprimer leurs symptômes. Elles le font souvent à travers des plaintes somatiques.

Elles expriment des difficultés pour dormir, un manque d’énergie, des douleurs localisées ou non spécifiques, etc. Or, les professionnels relient davantage ces symptômes à une maladie physique qu’à un trouble dépressif. Par conséquent, en raison de cet amalgame entre maladie physique et dépression, cette dernière reste trop souvent cachée.

dépression chez les personnes âgées

Caractéristiques de la dépression chez les personnes âgées

Il existe un consensus relatif, dans la littérature scientifique, pour affirmer que la dépression chez les personnes âgées entraîne, en grande partie, la présence des caractéristiques suivantes :

  • Des épisodes plus longs qui résistent davantage au traitement pharmacologique
  • Les personnes âgées n’expriment pas autant de sentiments d’inutilité ou de culpabilité que les adultes d’âge moyen
  • Elles souffrent d’alexithymie. Il s’agit d’une difficulté à exprimer ses émotions
  • Il est fréquent de les voir souffrir d’hallucinations et de délires
  • On retrouve des symptômes de type négatif comme l’apathie, l’effondrement de l’affection, un manque de contact oculaire ou de réactivité devant leurs proches
  • Des symptômes corporels qui cachent les symptômes psychiques : anorexie, phobies, hypocondrie, anxiété…
  • Un plus grand risque de suicide, surtout chez les hommes et plus particulièrement s’ils vivent seuls
  • Une agitation psychomotrice avec une anxiété intense ou, en contre-partie, une inhibition atypique
  • Une plus grande irritabilité
  • La présence importante de troubles du sommeilen particulier d’insomnie et d’hypersomnie
  • De fréquentes somatisations anxieuses
  • De plus faibles variations diurnes de l’humeur
  • Dysfonction cognitive : cette caractéristiques est associée à l’intensité des autres symptômes et renvoie à une amélioration de l’humeur. Chez les personnes âgées, ce sont surtout les fonctions exécutives et la mémoire qui se détériorent

L’importance du soutien social dans le cas de la dépression chez les personnes âgées

La prévention de la dépression chez les personnes d’un âge avancé est fondamentale. Les chercheurs Lowenthal et Haven ont d’ailleurs réalisé un travail sur ce sujet et ont démontré l’importance, pour les personnes âgées, d’avoir un confident.

Le fait que les personnes âgées bénéficient d’un soutien social améliore leur santé psychique et physique.

Les personnes âgées qui jouissent d’un soutien social ont moins de probabilité de mourir, sur une période prolongée, que celles qui ne reçoivent pas ce soutien. On a démontré qu’il existe une relation significative entre le soutien social (être marié, relations interpersonnelles, satisfaction vis-à-vis de l’entourage, etc.) et la diminution du risque de maladies coronariennes.

Par ailleurs, comme on peut s’y attendre, le soutien social est lié à un maintien de comportements de santé adéquats et à une meilleure adhérence aux traitements médicaux. Avoir des relations sociales satisfaisantes lorsque l’on est âgé augmente l’immunocompétence et module le stress propre à cette tranche d’âge. Il faut savoir que des thérapies psychosociales pour les personnes âgées commencent à être étudiées.

Solitude et activités

Au niveau de la santé psychologique, il faut s’attarder sur un point très important : la solitudeLes personnes âgées qui sont ou se sentent seules ont beaucoup plus de risque de souffrir de dépression. Le soutien social est une véritable barrière face au stress et à l’anxiété.

Le soutien, ce n’est pas seulement le fait d’avoir des personnes autour de soi. Les études ont aussi montré qu’avoir un animal de compagnie peut être extrêmement bénéfique.

dépression chez les personnes âgées

Par ailleurs, l’amplitude du réseau d’amis avec qui partager des passions, des activités ludiques ou de loisir, et le fait de réaliser ces activités avec son conjoint sont liés à une meilleure adaptation à cette étape de retraite.

Pour conclure, les personnes qui profitent d’un temps de loisir en compagnie d’autres gens ou qui disposent d’un animal de compagnie ont moins de probabilités de souffrir de dépression. Ils sont donc en meilleure santé.

La prévention consiste, dans la mesure du possible, à faire en sorte que la personne âgée ne reste pas seule et à développer des idées de traitement capables d’élever le bien-être et la satisfaction vitale.

 

  • Belloch, A., Sandín, B. y Ramos, F (2008). Manual de psicopatología. Volúmenes I y II. McGraw-Hill.Madrid