Pourquoi les relations finissent-elles toujours par me blesser ?

10 juillet 2017 dans Psychologie 0 Partagés

Les relations, quel monde compliqué, n’est-ce pas ? Sources de plaisir, de peur, d’espoir, de douleur, de nostalgie, de haine… Sources d’intensité et de couleurs nuancées… Les relations sont des sources dans lesquelles nous buvons depuis que nous sommes petit-e-s ; nous ne savons pas toujours bien les choisir. En fait, nous connaissons tou-te-s une ou plusieurs personnes qui sont un désastre au niveau social.

Un désastre parce qu’elles ne savent pas identifier les personnes qui méritent leur confiance et elles les confondent avec celles qui ne la méritent pas. Des personnes égocentriques qui, après leur cher moi, ne s’occupent que de leur cher moi, dans une infinie succession de hauts et de bas, comme le fait le célèbre yo-yo. Jusqu’à ce qu’elles se transforment en ce même jouet brisé, détruites par leur propre incapacité à sortir de cette boucle complice de l’équilibre des forces qu’elles ont elles-mêmes créées.

Les blessures qui naissent des relations

L’expérience nous apprend beaucoup de choses. Si nous touchons un objet et sentons qu’il nous brûle la peau, nous ne le toucherons plus le lendemain. Bon, ce n’est pas vrai. Certaines personnes le font. Des cas exceptionnels et étranges qui ont besoin de s’assurer encore une fois que leurs sensations sont normales… et, bien sûr, qui se brûlent une nouvelle fois.

Imaginons que nous ne sommes pas comme cela et qu’une brûlure nous suffit. Nous pourrions alors passer au cas contraire et commencer à nous méfier de tous les objets qui se trouvent autour de nous. Nous mettrions des gros gants, ceux qui ne laissent pas passer la chaleur. Dans ce cas, nous aurions affaire à des gens qui avancent dans la vie en étant munis d’un bouclier.

Ils cohabitent avec les autres mais s’appuient toujours sur la peur et la superficialité. Les gants qu’ils portent les empêchent de recevoir la chaleur que certaines personnes dégagent. Cette chaleur qui nous fait du bien à tou-te-s. De cette façon, deux choses peuvent se passer : que ces gens s’habituent aux gants et ne les enlèvent plus jamais, renonçant ainsi à cette chaleur pour le reste de leur vie, ou qu’ils n’arrivent pas à les enlever mais se montrent désireux de le faire.

Ce désir agira de la même façon qu’une émotion très forte que nous retenons ou comprimons beaucoup trop pour éviter que son énergie ne nous affecte. Ce sera une bombe à retardement qui explosera au moment où l’on s’y attendra le moins. Ainsi, la personne extrêmement désireuse d’enlever ces gants finira par le faire sur un coup de tête, sans réfléchir à la température du prochain objet qu’elle touchera.

Que puis-je faire pour minimiser le risque ?

Ouvrir le reste de vos sens. Voir comment les autres se traitent entre eux. Une personne qui critique d’autres personnes dans leur dos finira par faire la même chose avec nous. Une personne qui ne prendra pas en considération l’intérêt des personnes qui l’aiment ne fera pas non plus attention au nôtre. Une personne habituée à mentir pour se protéger le fera aussi avec nous. Quelqu’un qui voit les autres comme des instruments pour atteindre ses fins nous fera entrer dans sa boîte à outils si nous nous rapprochons trop.

Il s’agit de connaître les personnes en profondeur, au-delà de ce qu’elles peuvent exposer sur les réseaux sociaux ou transmettre à travers leur discours. Il faut comprendre une personne dans son ensemble et voir comment s’emboîtent les pièces que nous percevons. L’important n’est pas de rester avec la partie d’un casse-tête que l’autre a déjà résolu et maquillé : nous devons essayer de l’ébaucher nous-mêmes et voir s’il nous plaît, si nous voulons qu’il fasse partie de notre vie.

Avant de toucher une personne et de laisser notre main sur elle (en lui remettant toute notre confiance), il serait bon de connaître son histoire. Une bonne partie du fil conducteur de sa vie. La façon dont elle a affronté les épreuves qui lui sont tombées dessus, les défis qu’elle a choisis elle-même pour se développer, ses rêves et ce qu’elle serait prête à faire pour les atteindre.

Il y a des personnes qui brûlent

Oui, il y en a, malgré toute la foi que nous pouvons avoir en la bonté de l’être humain. Que ce soit en raison de leurs circonstances ou de leur génétiques, certaines personnes ont un énorme pouvoir destructeur. Dans ce groupe, malheureusement, il y a des personnes expertes en camouflage et qui connaissent l’histoire de la grenouille. Celle qui est entrée dans une casserole d’eau froide et qui n’a pas su en sortir à temps quand la température de l’eau a commencé à monter.

Beaucoup de personnes font comme si elles étaient de l’eau froide et, une fois qu’elles ont obtenu notre confiance, augmentent leur température, commençant à nous brûler sans même que nous nous en rendions compte. Ainsi, quand nous décidons d’ôter notre main… nous avons très souvent déjà subi d’importants dommages.

En ce sens, nous devons être conscient-e-s que nous sommes dynamiques et changeant-e-s, tout comme le monde qui nous entoure. Je ne vous dis pas de devenir paranoïaque et d’évaluer constamment vos relations personnelles, mais il est bon de prendre des notes pour pouvoir identifier les changements et pour qu’ils ne passent pas inaperçus, aussi graduels soient-ils.

A découvrir aussi