Qu’est-ce que le neurofeedback et en quoi peut-il nous aider ?

26 août 2017 dans Psychologie 419 Partagés

Le neurofeedback est un type de technique avancée qui entraîne le cerveau, de façon graduelle, à mieux se réguler. Il améliore ainsi certains problèmes psychologiques comme l’anxiété, le stress ou l’insomnie. Par ailleurs, il permet souvent de renforcer le rendement de nos processus cognitifs afin d’améliorer l’attention, la mémoire et l’apprentissage.

Il est possible que, pour beaucoup de personnes, le seul fait de prononcer le mot « neurofeedback » permet de visualiser presque immédiatement une personne avec des électrodes placées sur la tête, attendant de recevoir une décharge. Je tiens à préciser que cela n’a absolument rien à voir. Le neurofeedback n’est pas invasif, il est indolore ; il n’émet pas d’électricité et ne base ses effets sur aucun type de médicament.


« Le neurofeedback est une technologie d’avant-garde qui nous met face au miroir de la dimension la plus intime de notre être : le cerveau. »

-Barry Sterman-


Il se limite à l’usage de certains capteurs connectés à un ordinateur. Une ingénierie simple qui nous permet de nous faire une idée, en quelques secondes, de l’activité cérébrale et de sa connectivité. Grâce à ce software étonnant d’analyse cérébrale (ou QEEG brain mapping), on peut par exemple identifier les aires qui présentent une sur-stimulation ou les zones qui ne coordonnent pas leur activité avec la synchronicité que nous espérions.

Il faut préciser que la technique du neurofeedback n’est pas nouvelle. Tout a commencé à la fin des années 50 et au début des années 60 avec Joe Kamiya (docteur à l’Université de Chicago) et Barry Sterman (docteur à l’Université de Californie). Tous deux travaillaient sur un projet pour la NASA et ont formé de nombreux astronautes avec les paramètres du feedback pour améliorer l’adaptation du cerveau à l’atmosphère extérieure. Un peu plus tard, ils ont utilisé cette même approche pour réduire jusqu’à 60% les convulsions des patients souffrant d’épilepsie.

Actuellement, nous retrouvons de plus en plus de centres spécialisés dans ce type de thérapie. Il faut cependant avouer que cette approche n’est pas exempte de critiques ; malgré tout, s’il y a bien un domaine dans lequel elle atteint des résultats très positifs, c’est celui du traitement des troubles déficitaires de l’attention avec ou sans hyperactivité.

Nous allons maintenant voir davantage de choses sur ce sujet.

En quoi consiste le neurofeedback

Le neurofeedback n’est pas un remède, ce n’est pas comme un médicament qui serait capable de mettre fin à notre anxiété ou qui pourrait résoudre à lui seul les séquelles associées à l’impact d’un ictusIl s’agit plutôt d’une méthode de gestion ou de régulation des patrons du cerveau pour qu’il fonctionne de façon plus saine.

Une telle chose est atteinte avec, au minimum, 20 sessions d’entraînement répétitif, en se servant d’un programme de neurofeedback. Ce programme apprend à notre système nerveux central à réorganiser et réguler les fréquences des ondes cérébrales.

Pour mieux comprendre cette idée, étudions un exemple.

Je n’arrive pas à dormir, j’ai tout essayé : ma qualité de vie a diminué

Sarah souffre, depuis six mois, de sérieux problèmes pour dormir. Elle a atteint un point où elle peut à peine se concentrer, où elle n’ose même plus prendre sa voiture le matin pour aller travailler et où, en outre, elle sent qu’elle perd complètement le contrôle de ses émotions.

  • Son médecin lui a recommandé de commencer une session de neurofeedback.
  • Pour cela, des protocoles basiques devront être suivis : le premier pas consiste à réaliser une évaluation psychiatrique, puis un test neurologique et, enfin, une cartographie du cerveau ou QEEG.
  • Quand les spécialistes réalisent cette dernière épreuve grâce au programme informatique, iels découvrent qu’effectivement, le cerveau de Sara est en alerte maximale.
  • Les aires impliquées dans la réactivité émotionnelle et l’anxiété travaillent trois fois plus que la normale. On découvre par conséquent que c’est son anxiété sous-jacente qui consomme toutes les ressources de son cerveau et que cela l’empêche de trouver le sommeil, de se concentrer ou d’avoir un contrôle efficace sur ses émotions.

Après ce premier diagnostique, les spécialistes tracent un plan de formation de neurofeedback spécifique pour Sarah. À travers la connexion entre l’ordinateur et le système nerveux central de la patiente, on procédera à un entraînement avec lequel, grâce à une série d’images, de sons, de phrases, de musique et d’autres stimuli, on créera un patron d’activité cérébrale plus sain, plus tranquille et plus optimal pour que sa qualité de vie soit désormais celle dont elle a besoin, celle qu’elle mérite.

Neurofeedback, méditation avec haute technologie

Il ne fait pas mal, il ne gène pas, on ne nous administre rien, on ne ressent aucun picotement… Le neurofeedback peut se comparer à d’agréables sessions de méditation où nous nous retrouvons face à face avec un miroir : celui qui reflète l’activité de notre esprit, de cette entité fascinante et parfois chaotique dont nous n’avons pas toujours le contrôle.


Le neurofeedback nous aide à avoir un plus grand contrôle sur notre activité cérébrale, pour mieux gérer les processus cognitifs et notre monde émotionnel.


Il nous suffit de nous asseoir devant ces écrans pour apprendre à penser d’une autre façon, pour permettre au flux de nos ondes de varier, créant ainsi un état plus profond, plus habile et plus productif de relaxation et de concentration. Certaines personnes auront besoin de plus de sessions, mais beaucoup de patient-e-s, après une simple session de 30 minutes d’entraînement des ondes alpha, réussissent à atteindre un plus grand rendement cognitif en diminuant complètement l’effet de l’esprit erratique.

Ainsi, chaque personne aura besoin d’un protocole différent en fonction de sa situation personnelle et de ses besoins. De cette façon, le neurofeedback est très utile chez les patient-e-s atteint-e-s de dépression, de migraines, de troubles obsessionnels compulsifs, d’insomnie, de dépendance à certaines substances et, surtout, chez les enfants souffrant du TDAH.

Avec des sessions d’un peu plus de 20 minutes ou d’une demi-heure, une fois par semaine, beaucoup d’enfants ont réussi à améliorer leur attention, leur concentration et la capacité de leur mémoire de travail. Il faut bien préciser que ce n’est pas la « panacée » et que, bien souvent, comme c’est le cas pour les dépressions ou l’anxiété, le feedback ne peut que réduire les symptômes et non pas faire disparaître l’origine du problème.

Malgré tout, et d’après ce que nous expliquent les expert-e-s en la matière, ce type de thérapie continue à se développer et on espère qu’en peu de temps et qu’au fur et à mesure de son développement, son efficacité au niveau de la connaissance du cerveau s’améliorera énormément. Attendons de voir si ces progrès arrivent !

A découvrir aussi