Que le dernier à rêver éteigne la lune

Les rêves sont le moteur de la motivation dans nos vies. Les créer et les suivre est essentiel pour assurer le succès. Voici quelques réflexions à cet égard.
Que le dernier à rêver éteigne la lune
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 12 janvier, 2022

« Rêver n’est pas réservé qu’aux enfants .

Peu de choses définissent l’être humain autant que la capacité de rêver, d’aller au-delà de sa réalité la plus proche pour fixer ses aspirations, ses désirs.

Rêver, c’est toucher la lune au quotidien tout en ayant les pieds sur terre

Et vous… Avez-vous cessé de rêver ? Nous savons que non. Qu’il n’y a pas d’instant où ton regard se perd dans cet au-delà où l’esprit guide tes aspirations personnelles, tes désirs silencieux mais toujours rêvés.

Les enfants rêvent et mettent en scène leurs idées et leurs fantasmes dans chacun de leurs jeux. Nous sommes quant à nous obligés de garder intégrité et discrétion, de rêver en silence et les yeux ouverts.

Vous partagerez sans doute avec nous l’idée que l’être humain est fait de rêves. De plus, on pourrait tranquillement dire que notre quotidien est habité presque à chaque instant par des souvenirs et des désirs.

Qu’est ce que cela signifie? Que notre esprit, toujours agité et vorace, nous fait généralement danser parmi les événements vécus du passé pour affronter ces désirs du futur dans lesquels une partie de notre bonheur est également enfermée.

D’une certaine manière, nous aspirons toujours à réaliser certaines choses. A vivre des émotions plus positives, celles que nous abritons dans nos rêves, parfois de manière idéalisée.

Est-ce mal de rêver ? Pas du tout. Nous naissons tous avec des ailes, avec ces membres invisibles qui nous guident vers nos projets, vers nos châteaux aériens dont nous devons bâtir les fondations. Parlons-en aujourd’hui.

Rêver pour échapper à la réalité ?

Rêver pour échapper à la réalité ?… Nous l’avons tous fait à un moment donné. Il ne faut donc pas définir  cela comme un comportement immature et encore moins pathologique.

rêver

Dans ces moments de notre cycle de vie où, par exemple, nous sommes assailli, assiégés par certains problèmes, les rêves agissent comme des voies cathartiques. Comme canaux d’échappatoire.

Vivant une enfance difficile, où le lien avec notre famille n’est pas très étroit et où la souffrance apparaît, les rêves agissent souvent comme des îlots de paix dans lesquels survivre.

Pourtant, s’il y a quelque chose de positif dans le simple fait de rêver, c’est qu’ils nous aident à comprendre que, parfois, la réalité que nous vivons ne nous rend pas heureux.

Si on rêve de se réfugier c’est que l’on s’évade de quelque chose. Il faut donc en prendre conscience pour « réagir ».

Chaque créature qui vécut une enfance traumatisante aura rêvé d’un avenir meilleur, avec un contexte plus chaleureux et plus affectueux. Avec bonheur.

Le moment venu, ces rêves devraient servir de “moteurs vitaux”, de puissants engrenages pour réagir et tracer notre propre chemin selon ces souhaits, ces rêves…

Les rêves sont des havres de paix au quotidien, ainsi que de merveilleuses portes de sortie. Maintenant, nous ne devons pas être les locataires éternels de ces îles de paix, de ces paradis parfaits. Ils devraient être comme des fenêtres vers lesquelles nous regardons pour plonger en nous-mêmes. Une fois que nous comprenons ce dont nous avons besoin, le moteur du changement doit être exécuté dans notre réalité.

Rêves, aspirations qui méritent d’être atteintes

La vie est un rêve continu qui doit se construire au quotidien avec bonheur, optimisme et énergie. Lorsque nous sommes “bloqués” par la souffrance, ou par ces problèmes que la vie nous apporte parfois, la réalité devient grise et la vie cesse d’être un rêve pour devenir un cauchemar.

Que faire, se tourner vers les médicaments, vers les analgésiques de la vie ?

Nous le savons, trouver une solution unique qui nous serve tous de manière égale est impossible. Nous sommes en effet uniques dans notre tristesse, dans notre souffrance personnelle.

Cependant, il convient être clair. Il ne faut jamais cesser de rêver. C’est dans vos rêves que se cachent vos aspirations personnelles, celles qui peuvent construire votre vrai bonheur. Alors… pourquoi avoir honte ? Pourquoi dire que les rêves sont des châteaux de fumée qui sont enfants ?

Prenez note de ces conseils simples :

– Il faut rêver les ailes grandes ouvertes, l’esprit éveillé et les pieds sur terre. Qu’est ce que cela signifie? Que nos rêves doivent être réalisables. Il ne s’agit pas d’aspirer à l’inatteignable :voir une relation avec cet acteur ou cette actrice de cinéma. Vivre dans un château au bord d’un lac.

Il s’agit de rêver et d’aspirer à des choses qui correspondent à ce dont nous avons vraiment besoin et à ce qui peut nous aider à grandir intérieurement, à être heureux.

Vous rêvez d’un meilleur travail ? Concrétisez-le en mettant tous les moyens. Vous rêvez d’un partenaire qui vous rend heureux ? Commencez par être heureux vous-même, puis trouvez la bonne personne.

– Ne perdez jamais votre innocence, votre envie de vous enthousiasmer pour la vie. Celui qui arrête de rêver, qui ferme le flot de ses rêves et de ses désirs, laisse place aux peurs. Rêver, c’est s’exciter au jour le jour. C’est attendre que le meilleur se produise. C’est croire que le bonheur se cache dans n’importe quel coin.

Ne perdez pas cet enfant intérieur qui vous permet de toujours voir le côté positif, la lumière du jour, les sourires des gens. Soyez excité, ouvrez-vous au monde et laissez-le vous prendre par la main, vous montrant le meilleur de la vie.

Parce que la lune ne s’éteindra jamais

tant qu’il y a des personnes qui continuent de rêver…

rêver

“Si vous avez construit des châteaux dans les airs, votre travail n’est pas perdu. Placez maintenant les bases sous eux”

(George Bernard Shaw)

Avec l’aimable autorisation de : Amanda Clark, Karen Jones Lee

Cela pourrait vous intéresser…

Cela pourrait vous intéresser ...
Hot zone, la zone du cerveau où se forment les rêves
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Hot zone, la zone du cerveau où se forment les rêves

Cette découverte fascinante sur la hot zone suggère que la conscience ne se situe pas dans le lobe frontal et le lobe pariétal.