L’inconscient collectif de Carl Jung : pourquoi devrait-il nous intéresser ?

· 29 juillet 2018

Des sensations, des pensées, des mémoires, des rituels, des mythes… L’humanité partage des éléments communs qui, selon la théorie de l’inconscient collectif de Carl Jung, configurent une sorte d’héritage psychique. Nous serions donc face à un « coffre » de sens dont nous avons hérité en tant que groupe social et qui, d’une certaine façon et selon cette théorie, a un impact sur notre comportement et nos émotions.

Nous avons tous entendu parler de ce que Jung a apporté au monde de la philosophie et de la psychologie au début du XXème siècle. Cet apport a motivé sa rupture avec la théorie psychanalytique et a mis encore plus de distance entre lui et Sigmund Freud. Ainsi, tandis que pour ce dernier l’inconscient n’était que cette partie de l’esprit permettant de garder toutes les expériences qui ont un jour été conscientes et ont ensuite été réprimées ou oubliées, Carl Jung a été beaucoup plus loin et a transcendé le plan individuel.

« Le pendule de l’esprit alterne entre le sens et le non-sens, non pas entre le bien et le mal. »

-Carl Jung-

Ce psychiatre, psychologue et essayiste ne voyait pas l’inconscient comme une manifestation personnelle de l’individu. Au contraire, à travers sa pratique clinique et sa propre expérience, il distinguait plutôt une sorte de conscience universelle beaucoup plus profonde. L’inconscient collectif était plutôt comme la nuit cosmique ou ce chaos primordial d’où émergent les archétypes et cet héritage psychique que nous partageons tous en tant qu’humanité.

Peu de théories ont été si polémiques dans le monde de la psychologie. La pensée de Jung constitue l’un des premiers essais pour dévoiler les mécanismes qui agissent, en-dessous de notre niveau de conscience, sur nos pensées et comportements.

homme et couleurs

La théorie de l’inconscient collectif de Carl Jung: a-t-elle une utilité pratique ?

Carl Jung lui-même a un jour dit que la théorie de l’inconscient collectif est l’une des ces idées qui, à cause leur transcendance et importance, donnent l’impression d’être tirées par les cheveux. Cependant, en l’approfondissant un peu, nous commençons à découvrir des éléments familiers et même révélateurs.

Nous parlons de l’une des pierres angulaires de la pensée de Jung. Mais il faut savoir qu’elle lui a aussi créé de nombreux problèmes. Comme il l’explique dans ses propres livres, il a passé la moitié de sa vie à défendre cette notion d’inconscient face à des gens qui le critiquaient pour ne pas lui avoir donné forme à travers une méthode scientifique.

Beaucoup doivent se demander ce qu’est réellement l’inconscient collectif. Ou quelle est son utilité. Pour l’expliquer de façon simple, prenons une analogie. L’inconscient collectif de Carl Jung peut être vue comme une base de données héritée. Comme un nuage d’informations où l’on stocke l’essence de notre expérience en tant qu’humanité et que nous aurions tous dans notre inconscient.

Cet inconscient collectif serait constitué de certains éléments: les archétypes. Ces phénomènes psychiques sont comme des unités de connaissance, des images mentales et des pensées que nous avons tous à propos de ce qui nous entoure et qui émergent de façon instinctive. Un exemple serait la « maternité » et le sens qu’elle a pour nous, la « personne », un autre archétype compris comme cette image de nous-mêmes que nous voulons partager avec les autres, « l’ombre » ou ce que, bien au contraire, nous voulons cacher ou réprimer.

carl jung

Archétypes, émotions et finalité de la théorie de Carl jung

En sachant cela et en reprenant la question que nous nous sommes posée à propos de l’utilité de cette théorie, il est important de réfléchir à la chose suivante. L’inconscient collectif de Carl Jung nous propose de souligner un fait. Nous ne développons jamais de façon isolée et séparée dans cette enveloppe qu’est la sociétéNous sommes les engrenages d’une machine culturelle, d’une entité sophistiquée qui nous transmet des schémas et nous inculque des sens que nous héritons les uns des autres.

Ainsi, les archétypes précédemment cités nous rappellent beaucoup de ces patrons émotionnels que nous avons tous. Quand nous venons au monde, nous construisons un lien avec nos mères et, au fur et à mesure que nous développons notre identité, nous voulons que les autres nous valorisent et nous apprécient tandis que nous choisissons de cacher ce qui ne nous plaît pas ou nous gêne.

La théorie de Carl Jung et sa proposition sur l’inconscient collectif reflète, en réalité, beaucoup de nos instincts, de nos pulsions les plus profondes en tant qu’êtres humains: c’est là que se trouvent l’amour, la peur, la projection sociale, le sexe, la sagesse, le bien et le mal… Ainsi, l’un des objectifs du psychologue suisse était de faire en sorte que les personnes construisent un « moi » authentique et sain, au sein duquel toutes ces énergies et touts ces archétypes vivraient en harmonie.

Un aspect non moins intéressant de l’inconscient collectif de Carl Jung est que, comme il l’a expliqué, cette énergie psychique change avec le tempsÀ chaque génération, nous retrouvons des variations culturelles, sociologiques et environnementales. Tout cela aurait un impact sur notre esprit et sur ces strates inconscientes où se créent de nouveaux archétypes.