Théorie des rôles : quel est notre rôle dans la société ?

22 juin 2018 dans Théories 0 Partagés

Les rôles sociaux, ce sont les rôles que l’on exerce au sein de la société ; autrement dit, ils détaillent et représentent quelles activités ou quels comportements sont attendus dans un environnement social bien particulier. Qui sont ceux qui définissent quelles tâches nous correspondent ? Nous assigne-t-on un rôle déjà fait ou le construisons-nous nous-même ? Résolvons ces doutes dans cet article.

Des rôles sont attribués dans tous les groupes. Au sein d’une équipe, par exemple le rôle de défenseur, d’attaquant, d’ailier ou de pivot ; au sein de la famille, avec le rôle de mère, de père, de frère ; ou encore dans le travail, avec le rôle de directeur, de secrétaire, de stagiaire ou d’assistant. Une même personne, selon le contexte dans lequel elle se trouve, peut jouer différents rôles : celui de stagiaire au travail, de fils dans la famille et de pitre dans le groupe d’amis, par exemple.

Le rôle se construit et chacun l’adapte à sa propre personne. Il se peut qu’au départ, il soit défini par ce que les autres membres du groupe attendent de ma conduite, mais uniquement dans les grandes lignes, puisque chacun par la suite devra adapter ces attentes et autres exigences à ses caractéristiques personnelles.

rôles sociaux

Les facteurs de stress associés au rôle

Les problèmes associés au rôle peuvent venir de sources diverses :

  • Ambigüité du rôle : dans ce cas, nous devons nous adapter à un rôle dans le cadre duquel nous ne savons pas vraiment ce que nous avons à faire. Notre rôle n’est pas clair, et on ne sait pas non plus ce que les autres attendent de nos comportements ou de notre apport au groupe.
  • Conflit de rôles : dans ce contexte, on peut avoir à faire face à deux différents types de problèmes. D’abord, le conflit dans le même rôle, autrement dit, lorsque le rôle ne me correspond pas, que je ne peux pas m’adapter à ce qu’on me demande, que ce rôle dépasse mes capacités, qu’il ne va pas avec mon idéologie, ou que je ne me sens pas à l’aise en adoptant les comportements qu’il implique. L’autre problème sera le conflit entre rôles ; par exemple, on m’assigne au sein d’un groupe deux rôles différents, imaginons stagiaire et étudiant, ou encore parent et salarié dans le même temps, et cela génère un stress en moi car je ne parviens pas à remplir les deux rôles simultanément.
  • Rôles attribués : ce sont les problèmes dérivant du fait de devoir s’adapter à un rôle déjà déterminé et de compter sur peu de marge de manoeuvre pour construire le nôtre. On peut ici par exemple penser au rôles de genre, de comportements déjà attendus par le groupe pour le simple fait d’être un homme ou une femme.
  • Surcharge de rôle : les comportements que l’on attend en assumant un rôle exigent beaucoup de chacun : pour le sujet, surmonter sa capacité d’adaptation génère un stress.
  • Rôles pauvres : ce problème se pose dans un contexte à l’inverse du point précédent, lorsque le sujet croit qu’il peut donner bien plus de lui-même mais que son rôle ne le lui permet pas.

rôles dans un groupe

Construire le rôle

Notre rôle dans la société ou dans le groupe auquel on appartient est dynamique et évolue. Dans bien des cas dans cette transformation, c’est nous-mêmes, comme des acteurs principaux, qui avons une plus grande responsabilité quant à la direction à donner à ce rôle. En ce sens, les problèmes apparaissent généralement lorsque nous nous comportons comme un bateau à la dérive, lorsque nous essayons d’adopter un rôle qui surpasse les limites de notre flexibilité ou lorsque nous voulons introduire des changements trop rapides ou trop radicaux dans nos fonctions.

Dans le fond, le rôle de chacun devrait être unique et intransférable ; il se peut qu’existent des “postes” auxquels nous adapter lorsque nous accédons à un nouveau groupe, mais en partant de quelques lignes et comportements généraux, c’est le rôle qui doit s’adapter à nous et pas l’inverse, comme cela arrive bien souvent.

Construire son rôle requiert du temps et surtout, de l’intelligence. Au bout du compte, le rôle, c’est l’opportunité de monter au monde ce que nous sommes capables d’apporter.

A découvrir aussi