Karen Horney : biographie de la femme qui a affronté Freud

· 13 mai 2019
Karen Horney a travaillé contre les théories qui maintenaient la nature masochiste des femmes, leur dépendance à l'amour, à l'argent et à la protection des hommes. Les théories qui forcent les femmes à chercher le sens de leur vie à travers leur mari, leurs enfants et les soins de leur famille.

Karen Horney est l’une de ces figures qui mérite d’avoir sa propre place dans l’Histoire. Et pas seulement dans le domaine scientifique. Une femme en avance sur son temps qui a osé remettre en question les fondements de la psychologie de son époque.

Ses théories révolutionnaires l’ont confrontée aux fractions les plus conservatrices de la science. Mais à cette confrontation s’est ajoutée à la difficulté d’être une femme dans un monde de théories masculines.

Karen Horney était une psychanalyste allemande au début du XXe siècle. Fondatrice de la psychologie féministe et cofondatrice de la psychologie néo-freudienne. Elle était l’une des voix les plus critiques des théories de Sigmund Freud. Les épisodes répétés de dépression dont elle a souffert pendant sa jeunesse l’ont amenée à suivre une formation en médecine, pour finalement se consolider en tant que psychanalyste. Elle a développé des théories révolutionnaires sur la personnalité et la névrose. Ce qui a finalement déclenché son expulsion du New York Psychoanalytic Institute.

C’était une femme extrêmement influente dans les progrès psychologiques. Elle a non seulement apporté une grande contribution dans le domaine de la névrose, mais aussi dans l’attitude psychologique envers les femmes. N’oublions pas que le domaine de la psychologie était dominé par les hommes au début des années 1900 et que beaucoup dépendaient des progrès de Freud.

Au contraire, Karen Horney a défendu l’idée que les hommes étaient ceux qui se sentaient inadéquats et jaloux de la capacité des femmes à créer et à développer la vie. C’est pourquoi les hommes ont cherché à dominer tous les autres domaines importants de la vie. Karen Horney appelait ce phénomène, par opposition aux croyances de Freud, « l’envie du ventre« .

théories de Karen Horney
Ses premières années

Karen Danielsen est née le 16 septembre 1885 à Blankenese, en Allemagne. Son enfance a été marquée par un père très sévère qui lui a imposé une éducation stricte. Dès son plus jeune âge, elle s’est réfugiée chez son frère aîné, dont elle se sentait très proche. Lorsque son frère s’est éloigné d’elle, Karen est tombée dans une profonde dépression qui s’est répétée plus d’une fois dans sa jeunesse. Elle s’est consacrée corps et âme à ses études. Karen Horney se rappellera des années plus tard qu’à l’époque, elle avait décidé que si elle ne pouvait pas être jolie, elle serait intelligente.

En 1906, elle s’inscrit à la faculté de médecine de l’Université de Fribourg. Une des rares universités qui acceptait les femmes à l’époque. Elle est ensuite allée à l’Université de Göttingen et finalement, en 1909, à l’Université de Berlin, elle a choisi de se former en psychanalyse, une nouvelle école de psychologie à l’époque, obtenant son diplôme en 1915. En 1910, elle épouse un camarade de classe, Oskar Horney ; ses trois filles naitront de ce mariage.

Vie professionnelle

Au début de sa carrière, Karen Horney a travaillé comme enseignante et analyste à l’Institut psychanalytique de Berlin. Cependant, malgré sa bonne situation professionnelle, sa vie commence à vaciller personnellement. Son mariage ne fonctionnait pas et son frère aîné est mort d’une infection pulmonaire. Par conséquent, Karen a de nouveau été plongée dans un état dépressif prolongé.

En 1932, Karen Horney s’installe aux États-Unis, où elle occupe le poste de directrice associée du Chicago Psychoanalytic Institute. Deux ans plus tard, elle s’installe à Brooklyn et devient professeur à la New School for Social Research et au New York Psychoanalytic Institute.

Durant ces années, Karen Horney a commencé à développer ses théories sur la névrose et la personnalité ; à cette époque, elle est entrée en contact avec d’autres auteurs de l’époque comme Erich Fromm et Harry Stack.

Les théories développées par Horney s’avèrent assez critiques et opposées aux théories freudiennes originales ; une critique qui lui coûta son expulsion du New York Psychoanalytic Institute. C’est alors qu’avec d’autres dissidents, elle fonde l’American Journal of Psychoanalysis et l’American Institute of Psychoanalysis. Elle y travaillera jusqu’à sa mort en 1952.

Karen Horney et sa contribution à la psychologie

Karen Horney a fait valoir que les différences entre les hommes et les femmes se manifestent dans l’éducation et la socialisation, et non dans la biologie, comme elle le préconisait depuis longtemps. Elle a été l’ancêtre de la psychologie féministe qui soutenait que ce sont les différences de pouvoir entre les sexes qui affectaient la santé mentale des femmes.

Horney osa contredire le point de vue de Freud sur l’envie du pénis. Rompant avec la tradition, elle défend l’idée que ce que les femmes envient, c’est le pouvoir et le privilège masculin, et non le pénis.

Elle a également critiqué le complexe d’Œdipe de Freud, qu’elle considère comme un produit de l’insécurité dans la relation entre parents et enfants. Elle a défendu le rôle fondamental des influences de l’environnement dans le développement psychologique et a considéré le narcissisme comme le résultat d’une faible estime de soi, ainsi que d’une indulgence excessive dans l’enfance, et non comme un trouble psychologique.

Karen Horney et Sigmund Freud

Un héritage de poids

Karen Horney a travaillé contre les théories qui maintenaient la nature masochiste des femmes, leur dépendance à l’amour, à l’argent et à la protection des hommes. Selon elle, cette façon de penser a poussé les femmes à accorder trop d’importance à des qualités telles que le charme et la beauté. Et à chercher le sens de la vie à travers leur mari et leurs enfants.

Karen Horney a été évolutionnaire à plusieurs égards : de sa contribution à la psychologie, avec ses théories sur la névrose ou la personnalité, à son passage à l’université à une époque où les femmes étaient reléguées à la sphère domestique. Ses affirmations et ses critiques, en particulier celles liées à Sigmund Freud, ont produit un rejet dans un monde qui était peut-être trop petit pour elle.

En 1967, les 14 articles qui composent son ouvrage La psychologie de la femme ont été publiés à titre posthume. Son travail et son travail ont influencé la psychologie humaniste et gestaltiste, la psychothérapie, la psychanalyse, la thérapie émotionnelle rationnelle d’Ellis, l’existentialisme et le féminisme.

Sans aucun doute, Karen Horney a laissé un héritage sans pareil, dont le chemin n’a pas été facile. Et marqué par une lutte constante. Une lutte interne, liée à sa dépression. Et une lutte externe, car elle était une femme, et qu’il était difficile d’être entendue dans un monde d’hommes.