8 personnages historiques qui ont souffert de dépression

· 4 mai 2019
Certains des plus grands personnages de l'Histoire étaient en proie à la dépression.

En dépit de leur dépression, beaucoup de personnages historiques ont réussi à triompher ou à réaliser leurs rêves. Que ce soit abolir l’esclavage, écrire de grands romans, inspirer la joie chez les autres… Ils ont tous été capables d’observer et de transmettre de la lumière alors qu’ils se trouvaient eux-mêmes dans les ténèbres.

Nous allons donc vous expliquer comment certains de ces personnages historiques qui ont souffert de dépression ont été capables de rassembler leurs forces, leur motivation et leur énergie pour laisser une trace dans la société.

1- Abraham Lincoln (1809-1865)

Abraham Lincoln, seizième président des Etats-Unis d’Amérique, a bataillé toute sa vie contre la dépression. À cette époque, ce trouble de l’humeur était connu sous le nom de mélancolie. Et c’est ainsi que ses contemporains le décrivaient: comme une personne profondément mélancolique, à l’expression sévère. Or, c’est bien ce trouble qui lui a offert la force nécessaire pour devenir l’une des figures les plus emblématiques de la Guerre de Sécession américaine.

Parfois, la dépression dont Lincoln souffrait s’accompagnait de crises de panique, surtout à partir du moment où il a commencé à travailler en tant qu’avocat dans l’Illinois. Nous savons maintenant, après l’étude de son arbre généalogique, que la famille Lincoln était sujette aux dépressions. Mais ce sont un grand amour, la mort de sa sœur et celle d’un ami proche qui ont déclenché une grande période dépressive pour Lincoln.

Lincoln fait partie des grands personnages historiques

 

2- Edgar Allan Poe (1809-1849)

Le célèbre auteur de contes de terreur souffrait de dépression et d’alcoolismeBeaucoup de ses récits lui ont été inspirés par des expériences personnelles tragiques. Il a aussi constamment été victime, tout au long de son existence, de cauchemars et d’hallucinations. En fait, le poète français Charles Baudelaire a lui-même écrit que Poe était né avec la marque du malheur.

Son père a abandonné sa famille alors qu’il n’avait qu’un an et, peu de temps après, sa mère est morte de la tuberculose. Poe et ses frères sont devenus orphelins. Son grand frère a été adopté par ses grands-parents et lui et sa petite sœur ont été recueillis par deux couples amis.

Edgar a pu étudier dans l’une des meilleures écoles des Etats-Unis et s’est rapidement démarqué par ses dons d’écriture. Il faisait aussi preuve de comportements impulsifs et d’une attitude irritable, en plus de boire de façon excessive. C’est d’ailleurs son alcoolisme et sa consommation habituelle d’autres drogues qui l’ont mené à une mort précoce, à 40 ans.

Ses profonds états de dépression et la fluctuation de son humeur lui offraient malgré tout une créativité débordante, grâce à laquelle, selon ses propres dires, il pouvait passer des heures à écrire.

3- Charles Dickens (1812-1870)

Charles Dickens a été l’un des plus grands écrivains anglais de tous les temps. Parmi ses œuvres les plus célèbres, nous retrouvons Oliver Twist et Chants de Noël.

Cet auteur avait une vie publique très heureuse, mais une vie privée et personnelle profondément malheureuse à cause de son humeur mélancolique. Certains de ses proches affirmaient qu’une profonde tristesse avait parfois tendance à l’envahir.

4- Léon Tolstoï (1828-1910)

L’écrivain et critique russe a dû faire face à une sévère dépression lors de la dernière étape de sa vie, selon les recherches menées par plusieurs psychologues et psychiatres.

Après avoir écrit Guerre et Paix, il s’est retrouvé plongé dans une période de profonde dépression et a touché le fond lorsqu’il a terminé son livre Anna Karénine, selon les dires de ses proches. Il pensait beaucoup à la mort et se disait qu’il n’y avait peut-être rien après. Léon Tolstoï a fini par abandonner sa maison et par mendier dans les rues avant de mourir d’une pneumonie à la gare d’Astápovo.

Tolstoï, un des grands personnages historiques

5- Winston Churchill (1874-1965)

Winston Churchill, premier ministre britannique, avait donné un nom à sa dépression: il l’appelait le « chien noir ». C’est son médecin personnel qui lui a diagnostiqué ce trouble après avoir analysé ses périodes dépressives, ses manies, ses pensées suicidaires et son insomnie.

Churchill parlait ouvertement de sa dépression. Dans de nombreuses lettres et de nombreux articles, il décrivait une lumière qui s’évanouissait et une obscurité qui régnait à certains moments de sa vie. Il a aussi expliqué comment il réussissait à faire face à ce trouble, grâce à la créativité: il écrivait, dessinait et bricolait.

6- Virginia Woolf (1882–1941)

Virginia Woolf est sûrement la plus grande auteure du XXème siècle. Selon les diagnostics de plusieurs psychologues, elle souffrait de dépression et d’un trouble bipolaire, qui se reflétaient tous deux dans son oeuvre littéraire et dans certaines de ses lettres. Elle a dû être internée plusieurs fois à cause de ces deux troubles.

Selon certaines recherches, ses plus grandes crises coïncidaient avec la finalisation de ses romans. Même si son état a commencé à empirer après la mort de sa mère, de sa sœur -deux ans plus tard- et de son père.

Virginia Woolf a constamment lutté contre la dépression mais a fini par se suicider le 28 mars 1941. Elle s’est jetée dans la rivière Ouse après avoir rempli son manteau de pierres.

7- Ernest Hemingway (1899-1961)

Le célèbre et excentrique écrivain souffrait de dépression, comme l’affirment certains experts. Postérieurement, on a aussi découvert qu’il était bipolaire et narcissique.

Hemingway a essayé de se soigner avec une thérapie d’électrochocs mais cette dernière a provoqué une détérioration cognitive importante qui l’a presque empêché d’écrire. Il a aussi eu recours à l’alcool pour apaiser sa souffrance. Cette situation l’a mené à se suicider en 1961, à l’âge de 61 ans.

 

8- Martin Luther King, Jr. (1929-1968)

Le leader politique passionné et expressif qui a défendu les droits civils tout au long de sa vie souffrait aussi de dépression, et ce depuis sa jeunesse. Il a connu plusieurs épisodes dépressifs au cours de son adolescence et deux ont terminé en tentatives de suicide à cause de la mort de sa grand-mère.

Luther King a aussi souffert d’épisodes dépressifs quand il exerçait en tant qu’activiste politique. Il a malgré tout toujours refusé d’être aidé sur le plan psychiatrique.

Comme nous le voyons, tous ces personnages historiques ont réussi à changer le monde, d’une certaine façon, alors qu’ils souffraient de dépression. Ernest Hemingway, Virginia Woolf, Léon Tolstoï, Charles Dickens et Edgar Allan Poe l’ont fait à travers la littérature, tandis que Martin Luther King, Winston Churchill et Abraham Lincoln l’ont fait à travers la politique.

 

  • Froján, M. X. (2006). Tratando… depresión: Guía de actuación para el tratamiento psicológico. Madrid: Pirámide.
  • Montes, J. M. G., & Álvarez, M. P. (2003). Guía de tratamientos psicológicos eficaces para la depresión. In Guía de tratamientos psicológicos eficaces (pp. 161-196). Ediciones Pirámide.
  • Montón, C., Pérez Echeverría, M. J., Campos, R., García Campayo, J., & Lobo, A. (1993). Escalas de ansiedad y depresión de Goldberg: una guía de entrevista eficaz para la detección del malestar psíquico. Aten Primaria, 345-9.
  • Ruiloba, J. V., & Ferrer, C. G. (2000). Trastornos afectivos: ansiedad y depresión. Elsevier España.
  • Wolf Shenk, Joshua (2006). Lincoln’s Melancholy: How Depression Challenged a President and Fueled His Greatness. Boston: Mariner Books.