Les « bains de forêt », un antidote contre le stress

18 juin 2017 dans Psychologie 32 Partagés

Le stress s’est transformé en un fléau silencieux qui sévit partout. Les grandes villes ne produisent plus que cela : des personnes angoissées. Cette vie urbaine crée même parfois des tensions simplement parce qu’on circule dans une rue. Le bombardement de stimuli peut être si grand que tout le monde finit par être stressé.

Nos sens finissent aussi par être affectés par le stress. Par exemple, nous avons plus de mal à distinguer les odeurs à cause de la pollution. La même chose se produit avec les sons. Dans chaque rue principale d’une ville, les niveaux de bruit sont si élevés que nous devons augmenter le volume pour parler et faire davantage d’efforts pour écouter.


« Sans bien-être, la vie n’est plus une vie mais un état de fragilité et de souffrance. »

-François Rabelais-


La même chose se passe avec les autres sens. Nous fermons les yeux ou nous baissons le regard pour ne pas être dérouté-e-s. Pire encore : nous ne profitons pas de ce que nous mangeons car nous sommes toujours pressés. L’heure du déjeuner, pour certain-e-s, constitue même une perte de temps. Quant au toucher, sommes-nous conscient-e-s d’être devenu-e-s insensibles à l’exploration de ce qui se trouve autour de nous ?

Nous donnons un sens erroné au terme de temps libre. Beaucoup de gens pensent que cela veut dire ne rien faire. C’est pour cela que quand nous avons du temps pour nous, nous le perdons en restant devant la télévision, un jeu vidéo ou l’écran de l’ordinateur. De cette façon, nous nous plongeons dans une réalité autre que la nôtre. Et, sans nous en rendre compte, nous devenons prisonnier-ère-s du stress.

La nature nous aide-t-elle à combattre le stress ?

La réponse à cette question est oui, sans l’ombre d’un doute. Parmi les recommandations de certains médecins actuels se trouve celle de rechercher le contact avec la nature. Souvenez-vous de vos promenades à la campagne. Vous avez sûrement remarqué qu’une fois que vous vous trouvez hors de la ville, tout change. Les odeurs, les sons et les paysages sont différents. Les sens paraissent s’éveiller et nous percevons toutes ces choses que nous avions oubliées au quotidien.

Cependant, au-delà du fait de se reconnecter à la nature, il existe une technique très précieuse visant à faire baisser le stress : les bains de forêt ou sylvothérapie. Cette technique est née au Japon, un pays qui possède l’une des économies les plus développées au monde. Malgré cela, il affiche des taux de suicide très élevés chez les adolescent-e-s et des maladies (menant parfois jusqu’à la mort) causées par l’excès de travail.

La technique consiste à aller à la rencontre de la nature, que ce soit dans une forêt ou à la campagne. L’idée est de se relaxer, de mettre de côté le chaos dans lequel nous sommes plongé-e-s au quotidien et ainsi faire baisser notre niveau de stress afin de mieux le gérer. Marcher dans la nature implique d’établir une rupture avec plusieurs stimuli qui nous provoquent de l’angoisse.

Les bénéfices des bains de forêt

Le plus grand bénéfice des bains de forêt est de nous connecter à l’univers à travers la nature et de nous éloigner du stress. Les bains de forêt (en japonais : Shinrin Yoku) offrent d’autres possibilités que celle de marcher. Vous pouvez, si vous le souhaitez, enlacer un arbre et faire l’expérience de cet échange : vous échangez vos mauvaises vibrations contre celles que vous offrent les branches et le tronc de cet arbre. Vous pouvez aussi boire une infusion avec des plantes aromatiques qui contribuent à votre relaxation.

La nature vous aide à regarder le monde depuis une autre perspective. Vous êtes stressé-e parce qu’une partie de votre cerveau est surchargé. Les bains de forêt diminuent l’activité cérébrale liée à la prise de décisions et à la résolution de problèmes. En revanche, ils activent les aires associées aux émotions, au plaisir et à la créativité.

Pour que les bains de forêt parviennent à réduire votre stress, il est nécessaire que vous leur consacriez suffisamment de temps. Il ne faut pas y aller en étant pressé-e. Souvenez-vous que vous allez bénéficier des bienfaits de la nature en étant à son contact. Des bienfaits qu’il n’est possible d’obtenir que si vous faites attention à chaque pas que vous effectuez. Entre autres choses, dites-vous que la méditation peut aussi se faire en marchant : il suffit d’être alerte et d’avoir des sens bien éveillés.

Faire un effort pour se remplir de bonne énergie ne coûte rien. Il suffit d’ouvrir notre esprit et notre cœur. De reconnaître que nous faisons partie de l’univers. Que nous avons tou-te-s une fonction, que nous sommes connecté-e-s et que chaque décision que nous prenons affecte notre entourage. Si nous recherchons la tranquillité, la santé et la croissance spirituelle, nous devons commencer par reprendre contact avec la nature.

A découvrir aussi