Connectez-vous à la nature et vous serez plus heureux

30 juin 2016 dans Curiosités 0 Partagés

La nature est sage et nous a doté de certains mécanismes, instincts et pulsions destinés à nous permettre de survivre et à être plus heureux.

Finalement, c’est l’objectif ultime de tous les êtres humains et tout, absolument tout ce que l’on fait a pour but d’atteindre la satisfaction avec la vie et la survivance.

On travaille pour survivre, mais d’une certaine façon, on cherche aussi le bonheur au travers du travail, on s’obstine à tout faire pour que l’espèce humaine, et plus précisément nos gènes, se perpétuent, mais aussi pour que la vie soit plus agréable en compagnie d’une personne spéciale qui peut nous offrir beaucoup et vice versa.

Finalement, tout ce que l’on réalise, tous nos projets de vie ont pour but de trouver ce bonheur si convoité, et de faire en sorte qu’il soit plus simple de demeurer dans ce monde.

Le monde est-il un lieu artificiel ?

Evidemment. Et ce n’est pas qu’il l’est, c’est que nous avons créé un monde artificiel, avec des vies artificielles qui se sont développées en raison des exigences qui nous-même avons inventées.

La vérité, c’est que tout pourrait être bien plus simple que ce que ça l’est seulement si on se laissait influer par le naturel, si on s’attache davantage au monde tel qu’il est.

Quand on décide que le monde est un lieu artificiel, on fait référence au fait que la majeure partie de notre temps, on la passe à agir avec la nature.

On travaille trop d’heures, on va d’un côté à l’autre en se dépêchant et avec une anxiété si grande qu’il semble que chaque jour on fasse face à des fauves.

On souffre de jalousie, de dépendance émotionnelle et on vit la mort comme si on se croyait immortel.*

Cela n’est pas naturel et nous fait trop souffrir. On souffre quand on pense et on croit que l’on doit abandonner, que jamais on ne devrait échouer, que le monde est un lieu dangereux, qu’on a trop d’obligations, etc.

Si on croit cela, finalement on finira par agir en fonction de ce qu’on pense, avec le stress et les émotions négatives que cela implique.

Si on se fie au reste de la nature, plus concrètement aux animaux, on observera qu’ils ne sont pas comme nous. Ils ne souffrent pas d’ulcères à cause du stress.

S’ils courent dans la nature, ce n’est pour rien d’autre que pour se divertir ou chasser, pas pour des croyances irrationnelles.

Connectez-vous à la nature

Se connecter à la nature, c’est laisser de côté la croyance que l’on est si important, presque divin et se rendre compte une fois pour toutes qu’on est humain, appartenant, de même que les animaux, à ce monde que peu comprennent mais qui a un ordre naturel établit et qui est ce qu’il est, que ça nous plaise ou non.

On doit commencer par embrasser notre propre biologie, ce que notre corps nous demande, abandonner les obligations auto-imposées et commencer à profiter plus de ce qui nous passionne, de notre nature.

Finalement, c’est la seule vie que nous vivrons, et la gâcher avec des exigences et des obligations n’est pas le chemin à prendre pour trouver le bien-être, bien au contraire.

Si on réfléchit un peu on se rendra compte quand on va très mal c’est parce qu’on pense d’une façon trop négative, auto-critique et exigeante.

Ces pensées surgissent des croyances irrationnelles que la société et la culture ont inventé et nous avons cru comme si cela était correct, vrai et ce qui devait être.

Des pensées comme « le travail rend digne », « si tu m’aimais, tu ne regarderais pas les autres femmes », « je suis moins courageux parce que je suis gros », etc.

Certainement, ce type de pensées ne correspond pas à la réalité telle qu’elle est puisque que le travail ne nous rend pas plus digne ni plus courageux qu’un autre être humain, on ne peut pas non plus espérer que notre compagnon/compagne arrête d’apprécier la beauté chez les autres ni que le physique ne dicte notre lieu dans une classification imaginaire.

« Les instincts naturels se perdent dans un état domestique. »

-Charles Darwin-

Vous croyez que les sociétés plus naturelles, comme les indiens d’Amazonie, pensent ainsi ? Il est clair que non.

Pour elle, tout est plus facile, elles ne se conforment pas à manger et boire tous les jours et pour cela seulement elles ont besoin de travailleur une heure ou deux. Le reste du temps, elles le consacrent à profiter de la vie, de l’art, de la famille.

Commencez à vous connectez dès aujourd’hui

Pour apprendre à vivre d’une façon plus naturelle et par conséquent, être une personne plus calme, sereine et heureuse, vous devez commencer à réaliser des actes qui vous permettent de vous connecter.

  • Visitez avec plus d’assiduité la montagne, la plage ou tout lieu éloigné de la ville et de la routine quotidienne.
    Observez à quel point le monde dans lequel on vit est merveilleux et complexe, soyez atteint par son biorythme.
    On peut profiter des arbres, des animaux, des étoiles ou de la pluie, les contempler et se fondre en eux. Nous avons eu la chance de connaître tout cela, alors ne gâchons pas toute cette beauté !
  • Pensez de façon plus réaliste. Eloignez-vous des préjugés sociaux, des idées fausses inculquées par la société contemporaine et essayez de faire correspondre votre esprit à ce qui en réalité est et a toujours été : la mort n’est pas injuste, elle est bénéfique, les émotions négatives sont naturelles et bien souvent libératrices, le sexe n’est pas un péché, nous ne sommes maître de rien de plus que de nous-même…
  • Faites des changements dans votre façon de vous comporter. Ne courrez pas dans les endroits, ne soyez pas si intolérant face au choses qui arrivent, n’exigez pas et ne condamnez pas ce qui ne se passe pas comme vous le voulez. Commencez à couler avec la vie pour qu’elle coule avec vous.

A découvrir aussi