5 manières intelligentes de faire face aux gens toxiques

9 août 2017 dans Psychologie 161 Partagés

Chacun-e d’entre nous, individuellement, peut changer. Nous pouvons faire l’effort d’améliorer ce qui ne nous plaît pas. Mais nous ne pouvons pas changer les autres. C’est quelque chose qu’il ne faut pas oublier quand nous nous confrontons aux gens toxiques. Face aux personnes, nous avons deux possibilités : les éviter ou s’y confronter.

Beaucoup de gens préfèrent fuir les personnes toxiques, mais quand vous n’avez plus le choix et que vous devez faire face à quelqu’un, le mieux est de chercher à le faire de manière intelligente. Finalement, les personnes toxiques trouvent toujours le moyen de dilapider leur négativité, en la transmettant aux autres, en créant un mauvais environnement, en ruinant le moment.

Les personnes toxiques défient la logique des relations personnelles. De fait, certaines, même si c’est inconscient dans la plupart des cas, ne sont heureuses que quand elles créent un impact sur les autres. D’autres obtiennent une satisfaction en créant le chaos dans la sensibilité d’autrui. Dans tous les cas, les personnes toxiques créent inutilement de la complexité, des conflits et du stress.

« Les personnes toxiques se collent à vous comme des blocs de béton attachés aux chevilles, et ensuite vous invitent à nager dans leurs eaux empoisonnées. »

-John Mark Green-

Face aux gens toxiques : intelligence émotionnelle

Cela fait longtemps déjà que les études ont démontré que le stress peut avoir un impact irréversible et négatif sur le cerveau. Même si c’est pendant quelques jours, l’exposition au stress compromet l’efficacité des neurones dans l’hippocampe, une zone importante du cerveau, responsable du raisonnement et de la mémoire. Si le stress dure pendant plusieurs semaines, il finit par endommager les dendrites neuronales (les petits ‘bras » que les cellules cérébrales utilisent pour communiquer entre elles). S’il se prolonge pendant plusieurs mois, le stress peut détruire des neurones de manière permanente.

Une recherche récente du Département de Psychologie Biologique et Clinique de l’Université de Friedrich Schiller en Allemagne a montré que l’exposition à des stimulations qui provoquent de fortes émotions négatives -le même type d’exposition que l’on obtient aux côtés des personnes toxiques- fait que le cerveau des sujets a une réponse massive au stress.

Ainsi, à travers la négativité, la cruauté ou la victimisation (entre autres stratégies), les personnes toxiques provoquent dans le cerveau des autres un état de stress qui requiert une gestion émotionnelle intelligente pour disparaître.

La clé pour agir de manière intelligente face à ce type de comportements toxiques est de cultiver votre capacité à gérer vos émotions et de rester calme sous la pression. De fait, l’une des plus grandes qualités des personnes qui savent gérer le stress est leur capacité à neutraliser les effets des personnes toxiques.

« Faites fi de l’opinion des gens toxiques, libérez-vous de leurs critiques et vous vous libérerez de chacun de leurs mots et de leurs actions. N’idéalisez pas. N’attendez rien de personne. »

-Bernado Stamateas-

Ignorez les gens toxiques qui recherchent votre attention

Les gens toxiques ne portent pas une insigne qui permette de les distinguer. Mais, nous savons tou-te-s qui autour de nous sont les sources de conflits et de mal être. Nous savons le mal qu’ils peuvent causer. Nous savons aussi par où ils nous attaquent. Vous savez qui vous cherche, et vous savez aussi qui vous trouve. Et quand on vous trouve, ici même, dans ce lieu, vous savez que vous êtes perdu-e.

Si, quelle qu’en soit la raison, vous ne pouvez pas éviter cette personne toxique, alors essayez de ne pas tomber dans ses filets. Vous savez qu’elle va rechercher votre attention, qu’elle va vous provoquer. Ne vous laissez pas « embrouiller ». Faites en sorte qu’elle ne vous trouve pas. Ne vous laissez pas provoquer par ses interruptions, ses commentaires ou ses actions. Soyez bienveillant-e. Soyez patient-e. Prêtez-lui le moins d’attention possible. Mordez-vous la langue si c’est nécessaire pour que son venin ne vous atteigne pas. Soyez assertif-ve s’il est nécessaire de marquer une limite.

« Partagez des choses seulement avec des personnes qui peuvent vous donner des informations et du soutien. Quand vous rencontrez des gens négatifs, fermez la bouche. »

-Israelmore Ayivo-

N’acceptez pas un comportement toxique : évitez la contagion

La caractéristique principale de la toxicité est qu’elle est contagieuse. C’est ce qui arrive avec les gens toxiques : leur attitude se transmet. Si vous répondez avec un comportement toxique, vous avez perdu la bataille. Même si cette personne toxique parvient à trouver le bouton de votre culpabilité, tout n’est pas perdu. Rester calme devant son pire venin, l’injection de la culpabilité, est possible.

Que ce soit possible ne signifie pas qu’il est facile d’ignorer les demandes d’attention d’une personne toxique. De fait, les gens toxiques ont souvent tendance à ridiculiser la personne en public quand ils ne parviennent pas à la confrontation directe, s’ils ont opté pour cette méthode. C’est pour cela que garder le contrôle sur ses émotions est essentiel dans une telle situation.

D’autre part, maintenir une distance émotionnelle demande de la conscience. Vous ne pouvez pas toujours empêcher les autres d’appuyer sur vos points sensibles. Quand cela arrive, vous devez surmonter vos peurs et vos complexes, et aller de l’avant. D’une certaine manière, mieux vaut ignorer ce qui s’est passé, car il sera ainsi plus facile de contrôler vos émotions. Mais il y a une autre option : défendre vos limites.

« Celui qui disqualifie a pour objectif de contrôler notre estime de nous-mêmes, de nous faire croire que nous ne sommes rien face aux autres, pour pouvoir briller et devenir le centre de l’univers. »

-Bernardo Stamateas-

Posez et défendez vos limites

Vous devez savoir que l’attaque d’une personne toxique ne sape pas votre dignité. De fait, votre dignité peut être attaquée et ridiculisée, mais vous ne pouvez jamais la perdre à moins que vous ne la donniez volontairement. Ainsi, vous n’avez pas à vous défendre avec des arguments mais à clarifier vos propres limites.

N’est pas offensé-e celui/celle qui veut, mais celui/celle qui peut. Si vous vous mettez sur la défensive, vous démontrez à l’autre qu’iel peut vous atteindre. Si vous posez vos limites, vous lui faites comprendre qu’il ne peut pas vous attaquer.

Face à une personne toxique, les raisonnements et les explications ne valent pas grand chose. Il faut clarifier les choses, avec fermeté et assertivité, pour que votre autorité dans vos propres décisions soient claires, et en même temps montrer votre responsabilité.

Sachez que pour établir une limite, vous devrez le faire de manière consciente et proactive. Si vous laissez les choses arriver naturellement, vous vous verrez dans l’obligation de vous retrouver systématiquement dans des conversations difficiles. Si vous établissez des limites, vous pourrez contrôler une grande partie du chaos provoqué par une personne toxique.

Pratiquez la compassion

Comme nous l’avons vu, face à une personne toxique, nous pouvons adopter une attitude d’attaque, une position sur la défensive ou simplement l’ignorance. Mais nul besoin de toujours faire cela. Parfois, cela a du sens d’être sympathique avec les personnes toxiques. Peut-être qu’elles traversent une période difficile, une situation émotionnelle qu’elles ne savent pas comment gérer.

Malheureusement, le comportement toxique est souvent une manière d’affronter une situation personnelle difficile. Bien sûr, ce n’est pas juste de faire payer sa douleur aux autres. Mais il n’y a pas non plus de soulagement personnel quand les autres sont blessés. Au fond, il n’y a pas toujours de la méchanceté, de la rancœur ou de la colère envers votre personne dans le comportement toxique des autres.

Cela ne signifie pas que vous devez tout laisser passer ou que vous devez tout accepter. Finalement, nous avons chacun nos propres problèmes, nos propres démons. Face à une telle situation, affrontez la situation avec compassion, en pardonnant. Sans suivre le même chemin et en marquant vos limites, bien sûr, mais sans prendre trop en compte l’attitude de l’autre car ce n’est rien d’autre qu’un reflet de sa douloureuse et agitée vie intérieure.

Lisez aussi : 3 techniques comportementales pour l’éducation des enfants : renfort, punition et extinction

A découvrir aussi