Apprenez à résoudre les 7 types de conflits les plus habituels

11 juin 2017 dans Psychologie 239 Partagés

Résoudre des conflits habituels est une faculté qui peut nous éviter de nombreux casse-têtes. Là où deux êtres humains se retrouvent, il existe au moins un conflit. Ce n’est pas dû au fait que les gens soient mauvais ou qu’ils aient l’intention de créer des problèmes. Cela se produit simplement parce que deux personnes ne pensent jamais exactement de la même façon.

Les relations saines ne sont pas celles qui ne connaissent pas de conflits. Il ne s’agit pas d’éviter les contradictions mais de savoir les résoudre. Voici le véritable secret de la cohabitation. Et ce n’est pas si difficile. Il suffit de faire preuve de volonté, de patience, d’avoir une bonne capacité de compréhension et d’être disposé-e à ne pas rejeter les différences afin de ne pas trop les ruminer.


« Dans un premier temps, écoutez. Donnez à votre opposant l’opportunité de parler. Laissez-le terminer. Ne résistez pas. Ne défendez rien. Ne protestez pas. Cela ne fera que dresser des barrières. Essayez de construire des ponts de compréhension. »

-Dale Carnegie-


Certains conflits sont plus fréquents que d’autres. Nous dressons par la suite un inventaire de ces problèmes habituels qu’il est nécessaire d’apprendre à résoudre pour avoir une vie plus tranquille et des relations plus saines et fluides.

1. Résoudre des conflits dus à des malentendus ou des perceptions erronées

Il s’agit de l’un des types de conflit les plus fréquents. Ils apparaissent lorsqu’on note une faille dans la communication. Les personnes impliquées ne bénéficient pas d’informations complètes sur un sujet, ont des idées fausses ou effectuent de mauvaises interprétations. Cela donne lieu à des gênes ou à des rancœurs.

Pour résoudre ce type de situations, la meilleure chose à faire est de dialoguer franchement et directement. Si vous trouvez que quelqu’un devient soudainement hostile et ne comprenez pas pourquoi, il vaut mieux lui demander directement. La même chose est valable pour le cas contraire. Si quelque chose vous gêne, dites-le ouvertement et de façon respectueuse. De nombreux problèmes peuvent être évités à travers une communication assertive.

2. Un désaccord qui n’est pas traité

Parfois, l’hostilité entre deux personnes est constante et insidieuse. Il arrive que l’une critique tout ce que l’autre dit ou fait. Ou il se peut qu’elle soit toujours en désaccord ou agisse de façon désagréable. De cette façon, les deux personnes perçoivent qu’il y a un mal-être constant.

Dans ce cas précis, il est très probable qu’il existe un conflit de fond qui n’a pas été traité. Ce grand problème se traduit alors par des piques quotidiennes et constantes. Si vous voulez résoudre une situation de ce genre, la première chose à faire est d’identifier la source du conflit. Ensuite, il est nécessaire d’affronter cette difficulté avec l’autre en étant sincère et respectueux.

3. Des intérêts contraires

C’est ce qu’on appelle communément un « conflit d’intérêts ». Il se produit quand les besoins d’une personne se heurtent à ceux d’une autre. C’est par exemple le cas lorsqu’une tâche ménagère doit être effectuée et que les potentiels responsables veulent se reposer au lieu de la faire.

Dans ce cas, le problème ne peut être résolu qu’en passant par une négociation juste. Cela veut dire que les deux personnes doivent céder mais qu’elles doivent aussi en tirer un bénéfice. Ceci n’est pas si difficile si les intéressé-e-s essayent de trouver un compromis.

4. Des valeurs ou des croyances différentes

Ce type de conflit se trouve aussi dans le groupe des plus habituels. En réalité, ils n’apparaissent pas parce que deux personnes ne pensent pas de la même manière. Ils se transforment en problème quand l’une d’elles, ou les deux, cherche à imposer ses croyances et/ou à discréditer les pensées de l’autre.

En général, cela se produit avec les croyances religieuses ou politiques. Dans les deux cas, on rencontre généralement une soif de prosélitisme, c’est-à-dire un intérêt à « recruter » une personne pour entrer dans son groupe. Pour résoudre ce genre de conflit, il suffit d’admettre que le respect de la libre conscience de l’autre garantit le respect des autres envers ce que je pense.

5. Résoudre des conflits causés par le pouvoir

Le pouvoir est une source de conflit permanente. Quiconque le possède devient le centre de toutes sortes de critiques, certaines pleines de bonnes intentions et d’autres non. Celui/Celle qui ne le possède pas, en revanche, subit ses effets et sent très souvent que ce pouvoir l’affecte négativement. Il y a toujours de la tension dans le champ du pouvoir.

Pour résoudre les conflits de pouvoir, il est bon de proposer des mécanismes qui le rendraient plus « horizontal ». Cela signifie créer des espaces pour écouter et faire attention à celleux qui ne le possèdent pas. Cela vaut pour celleux qui bénéficient de grands quotas de pouvoir mais aussi pour celleux qui l’exercent au sein de leur famille, à l’école, au travail, etc.

6. Des difficultés intra-personnelles

Les difficultés intra-personnelles renvoient aux conflits qui ont lieu dans l’esprit d’un individu. Cela veut dire qu’en réalité, il n’y a pas de problème externe. C’est la personne elle-même qui en voit un. Ceci se produit par exemple quand une personne anxieuse ne tolère pas que les autres fassent les choses lentement.

Ceux qui font partie de l’entourage d’une personne affectée par un conflit intra-personnel doivent gentiment lui faire prendre conscience de la situation. La plupart du temps, elles n’en sont pas conscientes. Parfois, il s’agit seulement de lui montrer qu’il n’y a pas de conflit. Si cela se fait de façon sereine et respectueuse, bien des bénéfices en ressortiront.

7. Une incompatibilité de caractères

C’est la classe de conflits où, tout simplement, il n’y a aucune alchimie. Pour une raison ou une autre, une personne a du mal à en accepter une autre. Il s’agit d’une sorte d’antipathie générique qui ne suit aucune règle. Dans ce cas, on peut être tenté-e d’exprimer cette tension par des gestes continus de rejet.

S’il est vrai qu’on ne peut pas s’entendre avec tout le monde, nous n’avons en revanche aucun droit de rejeter une personne parce qu’elle est tout simplement comme elle est. Ses traits sont peut-être complémentaires aux nôtres mais nous ne le remarquons pas. Nous devons peut-être simplement prendre nos distances et traiter l’autre avec toute la considération qu’iel mérite.

Les conflits, en général, peuvent toujours être résolus au travers d’une communication assertive. Cela ne renvoie en rien à une communication fourbe ou faussement polie. Il s’agit plutôt d’aborder directement le problème, en faisant preuve de tranquillité et en respectant l’autre. Si vous savez communiquer de manière adéquate, vous réussirez sûrement à empêcher des conflits avant même d’avoir à les résoudre.

A découvrir aussi