5 découvertes de la neuroscience qui appuient la pédagogie Montessori

17, février 2017 dans Psychologie 3306 Partagés

« La première tâche de l’éducation est d’agiter la vie, tout en la laissant libre pour qu’elle se développe », a affirmé María Montessori il y a plus d’un siècle. Aujourd’hui, le triangle éducatif sur lequel se base sa pédagogie et ses principes fondamentaux sont mis en évidence par la neuroscience.

Qui plus est, Steve Hughes, neuropsychologue et pédiatre, a la ferme conviction après des années d’expérimentation que la Méthode Montessori renforce certaines fonctions cérébrales qui aident à étendre le développement cognitif. Il a même donné à cette méthode le nom de « système original d’apprentissage basé sur le cerveau ».

Le développement neurologique est renforcé par l’apprentissage à travers la méthodologie Montessori. Cette affirmation peut non seulement s’appuyer sur des centaines de cas réussis de développement depuis sa fondation, mais peut aussi être soutenue par les différentes découvertes que la neuroscience actuelle a faites. Étudions 5 de ces trouvailles :

rostro-de-nina-feliz

Illustration de Karin Taylor

1. Les mains sont l’instrument du cerveau

« Avec les mains, l’être humain conçoit son environnement. Elles sont les outils exécuteurs de l’intelligence. Les mains sont créatives, elles peuvent produire des choses. Les organes sensoriels et la capacité de coordination se développent à travers les activités manuelles »,  a affirmé María Montessori.

Aujourd’hui, nous savons que les ressources employées par le cerveau pour traiter les stimuli sensoriels qu’il perçoit à travers les mains sont sensiblement supérieures à d’autres parties du corps. Ainsi, nous pourrions dire que faire l’expérience du monde par les mains est équivalent à entrer par la grande porte de notre cerveau et, pour cela, elles doivent jouer un rôle principal dans l’apprentissage.

Dans l’image, nous pouvons observer ce qu’on appelle « homoncule moteur et homoncule sensitif« . Ce terme est utilisé pour décrire une figure humaine déformée et dessinée pour refléter l’espace sensoriel relatif que nos parties corporelles représentent dans le cortex cérébral. Dans les deux homoncules, nous voyons comment les mains sont sensiblement plus grandes que d’autres zones.

slide_21

2. L’expérimentation naturelle renforce les capacités et compétences de l’enfant

« L’éducation est un processus naturel réalisé par l’enfant et elle ne s’acquiert pas en écoutant des mots mais à travers les expériences de l’enfant dans son environnement », a affirmé María Montessori.

Favoriser l’expérimentation libre et naturelle signifie motiver les enfants et les bébés à se déplacer et à communiquer avec leur environnement. Les petit-e-s qui apprennent à travers la pédagogie Montessori passent plus de temps en mouvement que dans les écoles traditionnelles ; c’est-à-dire qu’on exige une relation active avec le milieu, qui permet une plus grande domination des capacités motrices, sensorielles, émotionnelles et cognitives.

Ainsi, le bénéfice de la promotion d’une attitude active en relation avec l’environnement rend les bébés et les enfants plus compétent-e-s au moment de reconnaître les intentions externes. Cette découverte s’appuie sur différentes investigations à propos des bénéfices du jeu avec des moufles en velcro pour provoquer une action intentionnée. En définitive, promouvoir le fait que les enfants fassent quelque chose les aide à apprendre plus rapidement que le simple fait d’observer, comme l’affirme le texte publié en 1981 par Kandel et ses collaborateurs.

nina-tirandose-al-charco

3. Les fonctions exécutives et Montessori

Les fonctions exécutives sont ces capacités cognitives qui nous permettent de manipuler des idées mentalement. Ces capacités mentales favorisent la résolution consciente, active, volontaire et efficace des problèmes qui se présentent dans la vie quotidienne.


Apprendre à être flexibles et à accepter les changements dans l’environnement, nous concentrer sur une tâche, la poursuivre avec un objectif, résister à nos impulsions et retenir l’information dans notre esprit pour agir avec elle sont des aptitudes indispensables pour un développement correct.


Le terme « fonctions exécutives » classe ces capacités en trois catégories : inhibition, mémoire de travail et flexibilité cognitive. Si ces fonctions ne sont pas bien développées, on peut en arriver à diagnostiquer de façon erronée des troubles comme l’hyperactivité ou d’autres difficultés d’apprentissage.

Avec la méthodologie Montessori, développée à un moment où l’on ne connaissait pas cela, on aide à développer ces fonctions avec différentes activités comme par exemple l’attente, la recherche d’un objet passant par un labyrinthe défini par des compagnons réalisant d’autres activités, etc. Les recherches montrent que les enfants qui ont été présent-e-s dans des centres pré-scolaires Montessori font preuve d’une meilleure exécution dans cette famille de processus mentaux cérébro-spinaux.

nina-leyendo

Auteur inconnu

4. Les périodes sensibles ou les fenêtres de l’opportunité dans l’enfance

María Montessori a observé que, dans l’enfance, on rencontrait des périodes sensibles pour l’apprentissage. Un grand potentiel neuro-émotionnel réside dans ces moments évolutifs et c’est pour cela que l’éducation est primordiale. Concrètement, il est essentiel que, durant la période qui va de 0 à 11 ans, les enfants explorent leur monde de la manière la plus autonome possible.

Ainsi, de façon globale, nous pouvons parler de la création de microcosmes ou de micro-mondes Montessori. Il s’agit de la création d’un environnement purement enfantin : des meubles de la taille des enfants, des jouets qui favorisent l’exploration et la flexibilité cognitive, etc. La neuroscience a identifié ces étapes au cours desquelles le cerveau nécessite une certaine stimulation pour se développer.

nina-con-botones

Auteur inconnu

5. Les neurones miroirs comme base de l’apprentissage

Que les enfants voient et expérimentent le monde est la base de la curiosité qu’inculque la méthodologie Montessori aux plus petit-e-s. Les neurones miroirs, qui se trouvent dans le lobe frontal, aident à absorber l’information de l’environnement à travers les sens. Ceci a été découvert par María Montessori par le biais de l’observation et postérieurement corroboré par la découverte de ces neurones spécialisées dans l’imitation.

Comme nous le voyons, la méthode Montessori est une méthode qui obtient peu à peu un grand appui scientifique et qui doit être étudié de manière exhaustive, puisqu’elle garantit la création d’un univers basé sur l’affection et le respect des rythmes individuels de chaque enfant et de chaque environnement.

A découvrir aussi