Les clés pour enseigner aux enfants à penser

· 12 novembre 2015

Il y a quelques jours, est sorti dans les médias un article controversé, dans lequel on affirmait que près de 90% de la population mondiale ne savait pas penser.

Une telle affirmation vient de la main du médecin et philosophe Robert Swatz. Ceux qui connaissent un peu son travail et les centres éducatifs qu’il gère dans diverses parties du monde, doivent savoir qu’il prétend encourager les parents concernés à inscrire leurs enfants dans ces écoles d’apprentissage.

Le célèbre philosophe cherche également à mettre en évidence certaines données qui impliquent une polémique.

La grande majorité des personnes abordent les choses d’une manière très objective et rationnelle, et nous avons perdu la flexibilité et la capacité de penser de manière plus critique et plus créative.

Il est possible qu’en raison de cette approche de pensée plus « verticale que latérale », c’est à-dire cette manière de raisonner plus linéaire, classique et rigide, nous perdions cette spontanéité qui nous permettrait, par exemple, de mieux gérer le stress du quotidien, ou ces problèmes si habituels.

 


Une pensée qui sait parler des émotions, qui les identifie, qui les comprend, et qui à son tour donne une priorité à la curiosité, à la pensée critique et à l’ouverture de tout ce qui l’entoure. Il s’agit d’une pensée plus libre, capable de nous offrir un plus grand bonheur.


 

Il y a peu de temps, nous vous avions parlé de la pédagogie de Maria Montessori. Sans auncun doute, nous pourrions utiliser beaucoup de ses bases pour encourager chez les enfants une pensée plus libre et plus créative.

Cependant, comme l’école est importante dans l’éducation de nos enfants, le rôle des mères, des pères, et des grands-parents l’est aussi.

Que pensez-vous de mettre en œuvre ces conseils simples pour « enseigner à nos enfants à penser« ?

1. L’enfant est unique et important

penser enfants2

Une erreur que l’on voit aujourd’hui dans notre éducation scolaire, est que l’on tend à « construire » des enfants identiques, avec la même mentalité et les mêmes apprentissages. Au final, nous avons des esprits « en série » et des enfants qui pensent de la même façon.

Nous devons encourager chez l’enfant l’idée qu’il est unique, spécial et important. Il y a sans aucun doute un potentiel qu’il doit apprendre à découvrir très jeune, et pour cela, en tant que parents, nous devons leur donner de la confiance et un soutien dès leur plus jeune âge.

Si devant chaque mot, chaque idée ou chaque raisonnement, ils se sentent soutenus et valorisés, ils se sentiront en sécurité pour continuer à aller de l’avant.

2. Eduquer sur les émotions

Pour enseigner à penser, il est essentiel que les enfants comprennent dès que possible comment fonctionne le monde des émotions. L’apprentissage de l’empathie, par exemple, est essentiel à son développement en tant que « personne sociale ».

Une pensée qui comprend ce qu’est la tristesse et la façon dont elle se gère, qui sait identifier la colère intérieure et qui apprend à la maîtriser, est une pensée sage.

L’éducation des enfants ne commence pas à 3 ou 4 ans lorsqu’ ils débutent leur vie scolaire. L’éducation commence au moment même où ils viennent au monde.

Un enfant qui sent les caresses et qui se sent aimé dès le premier jour, établit dans son cerveau une sorte d’apprentissage émotionnel et social qui lui sera essentiel pour demain.

3. L’importance de savoir réfléchir et de s’occuper de ses propres pensées

Apprendre à être seuls avec eux-mêmes, est un autre pilier de la pensée mature. Avec cet aspect, ils n’auront pas besoin d’une deuxième personne pour prendre des décisions ou pour savoir ce que quelqu’un veut à chaque instant.

Cela les encourage à être réflexifs et à méditer à leurs actes, en pensant aux conséquences. Il est essentiel que vous encouragiez son indépendance et sa maturité, afin d’éviter les attachements peu sains et la surprotection.

 

nicolás-gouny

 

Un enfant qui sait être seul et qui ne ressent pas d’anxiété est un enfant plus sûr.

Offrez-lui des livres même si il n’a pas encore commencé le processus de lecture-écriture. Faites-les lui toucher et apprenez-lui à regarder les dessins comme des amis proches, pour que plus tard, cela lui permette d’atteindre des mondes incroyables dans lesquels il pourra apprendre et réfléchir.

4. Encourager sa créativité

Cela évite, qu’il « perde cet enfant intérieur » à mesure qu’il grandit. Il est donc intéressant de toujours encourager sa curiosité, en lui apportant des défis, en le stimulant, en lui offrant des projets et des thèmes à étudier, avec lesquels apprendre tout en s’amusant.

Un enfant créatif est un adulte plus libre demain. Développez ses capacités d’imagination, sa soif d’apprendre, et cette curiosité qu’il ne doit jamais perdre sur tout ce qui l’entoure.

5. Oui au sens critique

N’essayez de faire en sorte que vos enfants soient comme « vous voulez qu’ils soient ». Chacun d’entre eux ont une personnalité propre qui doit être respectée à chaque instant.

Permettez qu’il ait ses idées et ses opinions, et qu’il sache les argumenter. Ne laissez pas l’enfant avoir une seule vision des choses. Si à l’école, ils étudient un sujet particulier, encouragez-le à être critique, et à chercher d’autres opinions et d’autres approches.

 

10668581_10203608590589321_1396392750_n

Encouragez-le à avoir ses propres opinions sur n’importe quel sujet et faites que sa manière de penser soit critique et flexible, et non pas un esprit « normalisé » qui se laisse emporter.

 


Je sais qu’il n’ y a qu’une seule liberté: celle de la pensée
Antoine de Saint-Exupéry


 

Images reproduites avec l’aimable autorisation de: Lita Burke, Katy Hare