5 conseils pour être des parents plus patients

11 mai 2016 dans Psychologie 5 Partagés

En général, la patience n’est pas le point fort des parents d’aujourd’hui. Peut-être d’ailleurs que la patience n’est pas quelque chose de très courant.

Le stress auquel nous sommes soumis, la concurrence de l’entourage, la hâte généralisée, les fortes attentes que l’on a sur les épaules, que nous mettons sur les épaules de nos enfants, et l’incertitude sur ce qui va se passer dans le futur, nous crispent.

Si nous ajoutons à cela que les enfants sont, par définition, exaspérants, nous nous trouvons face à une situation difficile à dominer – voire même impossible -.

Les enfants vous rendent fous, mais c’est dans leur nature d’agir ainsi. Se laisser emporter et perdre le contrôle est une caractéristique de parents.

Maintenir le contrôle est la clé pour être des parents patients. Le contrôle -ou l’auto-contrôle- aide à marquer les limites et à gérer les circonstances, à les comprendre et à prendre des décisions intelligentes.

Les enfants défient plus intensément leurs parents quand ils essaient de faire preuve de patience, dans une lutte de pouvoir.

Si vous perdez le contrôle, vous perdez la partie. Et garder l’équilibre et le contrôle est entre vos mains.

1 – Prenez un moment de repos

Quand vous êtes fatigué, vous avez besoin de temps pour recharger les piles. Vous n’êtes pas en situation de prendre des décisions saines, intelligentes et rationnelles. Toute émotion forte bloque vos pensées.

Femme-se-reposant-sur-la-pelouse

Ainsi, ne prenez pas de décisions quand vous êtes fatigué et ne vous laissez pas envahir. Vos enfants doivent savoir que vous êtes fatigué et que vous avez un besoin d’un moment pour vous.

Ne faites pas le père ou la mère à ce moment-là. Ne révisez pas les devoirs et n’essayez pas de tout contrôler. Attendez d’être un peu plus reposé.

2 – Comptez jusqu’à dix et recommencez

Si la situation avec vos enfants est incontrôlable et que vous perdez votre sang froid, comptez jusqu’à dix et respirez profondément.

Vous devez reprogrammer votre esprit. Vous ne pouvez pas continuer ainsi. Vous pouvez aussi demander à votre enfant un « temps mort » où chacun va dans un endroit différent et vaque à ses occupations. Vous avez besoin de vous calmer.

Respirez profondément et expirez lentement, de façon consciente. Faites-le plusieurs fois, en comptant jusqu’à dix. Cette respiration vous aidera à vous calmer.

De manière naturelle, vous soupirerez à cause de l’expiration prolongée et c’est une bonne manière d’éliminer le stress.

3 – Soyez patient avec vous-même

Parfois, nous nous demandons trop en tant que parents car nous voulons être parfaits. Cela nous met la pression et quand nous voyons que nous échouons dans quelque chose, nous sommes encore plus exaspéré car nous ne nous sommes pas comportés comme nous aurions aimé.

Mais vous êtes humain. Si vous reconnaissez vos limites, vous trouverez aussi un moyen de les dépasser, et vous l’appliquerez dans votre relation avec vos enfants. Soyez plus patient avec vous-même pour être plus patient avec eux.

4 – Ne vous comportez pas comme un enfant

Pere-criant-contre-son-fils

Les enfants n’ont pas la capacité de raisonnement et d’auto-contrôle que nous avons en tant qu’adulte.

Agir comme un enfant ne vous rend pas plus proche de sa manière de comprendre les choses et ne vous aide pas à vous faire comprendre.

Assumez votre rôle de parent, et redéfinissez votre concept de discipline. Les enfants sont irrationnels, mais vous devez agir différemment. Et si vous n’y arrivez pas, apprenez à le faire.

5 – Testez un comportement patient

Beaucoup de parents sont habitués à perdre leur sang froid car ils ne savent pas faire autrement. Alors, il faut pratiquer.

Imaginez des moments, mettez-vous en situation, analysez les moments passés et pensez à comment vous auriez pu faire les choses différemment. 

Pensez à ce que votre perte de contrôle déclenche en vous et n’envisagez pas la perte de contrôle comme quelque chose de possible. Imaginez comment la situation avancerait si vous mainteniez ce contrôle et ce que cela vous ferait ressentir.

Vous devez entraîner votre cerveau pour déclencher les réactions qui vous intéressent.

A découvrir aussi