Il y a des portes qu’il vaut mieux refermer pour toujours

26 avril 2017 dans Psychologie 2335 Partagés

Cela vous parle ? Le fait de ne pas quitter une relation d’un coup et de maintenir cette « non-décision » dans le temps ? Ne pas stopper net mais partir petit à petit. Ne pas refermer complètement la porte, la laisser entr’ouverte. C’est comme avoir une blessure à moitié guérie et ne rien faire pour remédier. Quitter d’un coup implique de prendre une décision très claire. Mais cela implique surtout de ne pas prolonger la souffrance dans le temps.

Cela suppose d’être courageux-se, d’assumer les conséquences qui vont survenir une fois que la décision est prise. Parfois, nous ne prenons pas cette décisions car nous ne sommes pas pleinement conscient-e-s des blessures que nous avons vécues dans cette relation. Ou nous ne la prenons pas car nous ne sommes pas conscient-e-s de la dépendance émotionnelle qui nous attache à notre conjoint.

La dépendance émotionnelle arrache l’amour propre de chacun des conjoints. Elle emmène tout sur son passage. C’est comme un tsunami qui a une force brute et puissante. Elle rase absolument tout ce qui est présent, avec les piliers qui soutiennent la maison… Notre maison…

La dépendance émotionnelle nous enchaîne à ce qui nous fait du mal

Notre propre maison devrait toujours être construite sur des piliers solides. Des piliers de respect de soi, d’amour propre et de soin de soi. Si nous n’avons pas ces piliers, nous les rechercherons dehors. Nous nous vendrons, donc, à n’importe quelle personne qui nous montre un peu d’amour. Quelque chose du type « Je t’aime plus que moi-même ». Une phrase magnifique pour une chanson mais dévastatrice pour un cœur en chair et en os.

La dépendance émotionnelle et le manque d’amour envers notre propre personne sont les chaînes auxquelles nous devons faire face et qui nous empêchent de bouger librement. Elle nous rend aveugle et fait de nous un pantin de l’auto-trahison.

Aimer l’autre est magnifique, mais nous ne devons jamais perdre l’amour que nous devons ressentir envers nous-même. Jamais l’amour envers quelqu’un d’autre ne peut justifier le fait de nous écraser. Ou que les limites qui nous sauvent des blessures soient dépassées. Et par amour envers nous-même, nous ne nous référons pas à un amour narcissique dans lequel on ne voit rien d’autre que soi-même. Nous nous référons à ces limites saines qui nous font fuir de ce qui nous fait mal au lieu de nous jeter dessus.

Le déni est le mécanisme qui nous incite à continuer une relation nocive

Souvent, le mécanisme de défense qui se trouve derrière ce comportement qui consiste à reporter, à prolonger la rupture, ou simplement de reporter la verbalisation de celle-ci est celui du déni. Je me cache les yeux. Je ne vois pas ce qui se passe devant moi. Je me trouve mille excuses pour ne pas voir la réalité et ne pas prendre de décision radicale.

Vous connaissez sûrement des gens qui s’aident du déni pour ne pas avoir à assumer les conséquences de la rupture. Être seul-e, passer par une phase de deuil suppose de laisser quelqu’un que l’on aimait, accepter que l’amour ne justifie pas tout… Ce sont des conséquences inévitables que nous devons vivre.

Il y a des gens qui, parce qu’ils n’acceptent pas cette réalité de l’amour propre, continuent dans des relations compliquées qui les éloignent de plus de plus de la paix mentale. Ils maintiennent cette douleur plutôt que de se retrouver seuls et de fermer la porte à cette relation si novice. Ils deviennent alors des marionnettes guidées par la dépendance et le déni.

Fermez la porte à tout ce qui vous abîme et vous empêche de vivre tranquille !

Il y a des relations qu’il est préférable de quitter d’un coup. Fermer la porte sans attendre des semaines, des mois et même des années. La maintenir entr’ouverte maintient la dépendante et la cécité. Refermez-la sans peur. Et si vous avez peur, partagez-la avec les personnes qui vous aiment ou consultez un-e psychologue… faites-le !

Tout l’apprentissage que vous allez obtenir une fois que vous aurez pris cette décision va être immense et il vous servira pour tous les moments difficiles que vous aurez à affronter à partir de maintenant. Ainsi, les piliers de votre vie seront renforcés avec ce nouveau mouvement que vous allez entreprendre.

Nous souhaitons beaucoup de courage à toutes les personnes qui se trouvent face à cette porte à demi-ouverte et qui au fond savent que c’est l’une des meilleures décisions qu’elles peuvent prendre. Comme l’a dit Saint Augustin : « Le bonheur consiste à prendre avec joie ce que la vie nous donne et à lâcher avec la même joie ce que la vie nous enlève. »

Lisez aussi : Les réseaux sociaux peuvent être la cause d’une rupture de couple

A découvrir aussi