Musicothérapie : au rythme du bonheur

· 1 avril 2017

La musique, définie par les Grecs comme « l’art des muses », correspond, selon la définition traditionnelle du terme, à l’art d’organiser sensiblement et logiquement une combinaison cohérente de sons et de silences. Quelque chose qui se crée en utilisant les principes fondamentaux de la mélodie, de l’harmonie et du rythme, à travers l’intervention de complexes processus psycho-animiques. Ces derniers sont les processus dont se charge la musicothérapie.

Cela fait longtemps que le rythme, l’harmonie et la mélodie qui donnent forme à la musique sont employés pour des traitements médicaux. S’il est certain que la musique ne soigne pas en elle-même, aujourd’hui beaucoup de thérapeutes voient la musicothérapie comme un complément de plus dans la thérapie, grâce aux bénéfices qu’elle apporte de manière directe à notre état animique et au moment d’atténuer les symptômes de certaines pathologies. Des études médicales ont démontré ses effets sur la pression artérielle, la fréquence cardiaque et même la saturation d’oxygène. Impressionnant, n’est-ce pa ?


« La musique repose les esprits fatigués et soulage du travail de l’intelligence.­ »

– Miguel de Cervantes – 


Comment la musique nous affecte-elle ?

À partir des récentes recherches menées par l’Université finlandaise de Jyväskylä, on a développé une méthode par laquelle on peut étudier la manière dont notre cerveau réagit aux différents aspects de la musique. L’une des découvertes les plus novatrices de cette étude est que les aires du système limbique du cerveau, qui sont associées à nos émotions, sont affectées directement par le rythme et la tonalité.

Ces mêmes scientifiques ont aussi observé que le traitement du timbre est associé à l’activation de ce qu’on appelle le réseau de neurones par défaut, un ensemble de régions qui pourrait être responsable de l’activité que développe notre esprit quand il est au repos et qui est relié aux processus de divagation et de créativité.

Nous pourrions dire que, de la même façon qu’avec d’autres types de stimulis, quand nous écoutons de la musique, celle-ci produit en nous des réponses de genre très différent. Des réponses qui ne cessent d’être une représentation particulière de ce que nous suggèrent les notes que nous écoutons et de notre propre expérience.

À travers nos goûts musicaux, nous projetons notre personnalité et nous pouvons montrer, par exemple, qui nous sommes, ce que nous ressentons à un moment donné, ou notre état animique aux autres.

pareja-bailando-luna


« La musique est l’art le plus proche des larmes et des souvenirs. » 

– Oscar Wilde –


La musicothérapie pour être heureux-se

Vous êtes-vous déjà parfois demandé d’où vient ce sentiment de bien-être lorsque vous écoutez encore et encore votre chanson favorite ? La musicothérapie a la réponse. L’activation du noyau accumbens, de la même façon que pour l’attraction sexuelle ou tout autre expérience qui nous procure du plaisir, fait que notre cerveau libère de la dopamine chaque fois que nous écoutons nos titres favoris.

Deux nouvelles études publiées dans le Journal of Positive Psychology signalent que l’état d’âme des participants s’est nettement amélioré à court terme et que leur bonheur a augmenté en écoutant de la musique positive ou optimiste pendant deux semaines.

Elles indiquent aussi que les chansons tristes ont l’effet inverse, en signalant que le bonheur personnel peut être considéré comme une tâche qui est centrée en nous-mêmes. La clé a été trouvée chez les personnes qui, au lieu d’évaluer leur degré de bonheur, se sont concentrées pour profiter de la situation positive qu’elles étaient en train de vivre.

cerebro

Ces recherches suggèrent que le bonheur est lié à une plus grande probabilité d’avoir un bon comportement social, une meilleure santé physique, des revenus plus importants et une plus grande satisfaction dans une relation.


« Celui qui écoute de la musique sent que sa solitude se peuple soudainement. »

– Robert Browning –