Timidité ou mutisme sélectif ? Quelques clés pour différencier les deux

Si une personne est incapable de parler dans certains contextes sociaux, elle peut souffrir de mutisme sélectif. Découvrez en quoi consiste ce trouble et comment le différencier de la timidité.
Timidité ou mutisme sélectif ? Quelques clés pour différencier les deux

Dernière mise à jour : 06 octobre, 2021

Tout comme les adultes, les enfants ont aussi leur propre personnalité. Pour la même raison, les comportements typiques de certains enfants ne sont pas à attendre chez d’autres, et cela ne doit pas être un problème. Il y a des enfants qui sont plus ouverts et extravertis et d’autres qui sont plus réservés, les deux étant normaux. Cependant, lorsque les difficultés à communiquer ou à entrer en relation avec les autres sont grandes, nous pouvons avoir affaire à un trouble. C’est pourquoi il est pratique de faire la distinction entre timidité et mutisme sélectif.

De nombreux enfants sont repliés sur eux-mêmes dans des situations inhabituelles, devant des adultes ou dans des environnements non familiers. Certains d’entre eux peuvent même choisir de se cacher derrière leurs parents et de garder le silence alors qu’ils sont parfaitement capables de communiquer.

Ce signe, qui peut simplement indiquer la timidité, est également le principal symptôme du mutisme sélectif, une affection qui doit être traitée. Alors comment savoir si nous avons affaire à un trouble ?

enfant timide

La timidité n’est pas une maladie

Avant d’identifier les lignes directrices qui nous permettent de différencier la timidité du mutisme sélectif, il est important de définir les deux concepts et de préciser que la timidité n’est pas une maladie. Il s’agit d’un trait de caractère qui se manifeste par une tendance à rester en retrait dans des situations sociales avec des personnes peu dignes de confiance.

La personne timide peut fuir l’interaction avec des inconnus et déléguer l’initiative dans les conversations. En outre, elle a tendance à rester silencieuse et n’est pas très expressive dans son mimétisme.

Cependant, lorsque les patients timides se trouvent dans un environnement familier, avec des personnes avec lesquelles ils ont déjà une relation étroite, ils peuvent s’exprimer sans difficulté. Pour la même raison, la timidité est souvent caractéristique des premières interactions et tend à disparaître à mesure que la personne prend de l’assurance.

Cette tendance caractérielle peut déjà être identifiée chez les nourrissons car, si certains sont ouverts à l’exploration de leur environnement, d’autres sont plus inhibés par l’inconnu. Toutefois, les premières expériences peuvent façonner cette disposition, en l’augmentant ou en la réduisant.

Quoi qu’il en soit, malgré le fait que la timidité puisse générer des difficultés dans plusieurs domaines en empêchant la personne d’interagir normalement, l’empêchant de développer son plein potentiel, elle n’est pas considérée comme un trouble psychologique.

Le mutisme sélectif comme trouble anxieux

En revanche, le mutisme sélectif est considéré comme un trouble anxieux. Il apparaît généralement pendant l’enfance ou l’adolescence, et beaucoup plus rarement à l’âge adulte. Il ne s’agit pas d’une affection très répandue, puisqu’on estime que seuls 0,9 % à 2,2 % des enfants en souffrent ; cependant, elle entraîne de sérieuses limitations dans leur vie quotidienne.

La principale manifestation du mutisme sélectif est l’incapacité à parler dans certaines situations sociales où l’on s’attend à une interaction. Ainsi, la personne reste silencieuse, généralement inexpressive et le regard baissé, devant certaines personnes ou situations sociales. En revanche, dans d’autres contextes, il ou elle peut fonctionner normalement. Ainsi, l’enfant peut ne pas parler à l’école mais parler à la maison, ou rester muet devant des adultes qui ne lui sont pas familiers.

En général, les situations dans lesquelles le mutisme sélectif se produit sont celles qui sont perçues comme menaçantes ; celles au cours desquelles l’enfant a le sentiment qu’il peut être jugé, évalué ou critiqué. Ainsi, le degré d’anxiété et d’inconfort est tel que la parole est inhibée.

Comment faire la différence entre la timidité et le mutisme sélectif ?

Dans la timidité comme dans le mutisme sélectif, le doute de soi et la peur des situations sociales sont présents. Toutefois, il existe des différences importantes à prendre en compte :

  • La personne timide peut choisir de rester silencieuse dans les rassemblements sociaux mais elle est capable de parler si nécessaire. Dans le mutisme sélectif, la parole est inhibée et la personne est incapable de s’exprimer.
  • La timidité est typique des premières interactions avec des inconnus et tend à s’estomper lorsque la personne prend de l’assurance. Lorsqu’on souffre de mutisme sélectif, la gêne et l’anxiété ne diminuent pas avec le temps et l’incapacité à parler dans ces certains contextes ne disparaît pas.
  • Le niveau d’anxiété ressenti dans le mutisme sélectif est beaucoup plus élevé que dans le cas de l’angoisse, tout comme les conséquences sont beaucoup plus graves. Dans ce dernier cas, les performances scolaires, professionnelles, sociales et personnelles peuvent être sérieusement affectées par l’incapacité d’interagir.
mutisme d'une petite fille

L’importance d’une approche précoce

La timidité est un trait de caractère qui a tendance à rester stable et bien que, dans certaines circonstances, elle puisse correspondre à ce que l’environnement exige – elle peut donc être renforcée –, il est possible que la maturité et les expériences aident la personne à acquérir une plus grande confiance en elle et à se sentir plus à l’aise dans les interactions sociales.

Cependant, le mutisme sélectif nécessite une approche plus profonde et plus complète. Il est peu probable qu’un enfant surmonte spontanément le mutisme sélectif et, s’il y parvient, cela peut représenter des années de grande souffrance émotionnelle et une énorme limitation dans sa vie quotidienne.

Il est donc important de ne pas sous-estimer l’impact de ce trouble, de ne pas en sous-estimer l’importance et de ne pas le confondre avec la timidité ordinaire. Consulter un professionnel et mettre en place un traitement individualisé est le meilleur moyen d’éviter que cette affection ne devienne chronique.

Cela pourrait vous intéresser ...
Timidité et phobie sociale : en quoi diffèrent-elles ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Timidité et phobie sociale : en quoi diffèrent-elles ?

Il est facile de confondre l’introversion avec la timidité et phobie sociale, bien qu’il s’agisse de réalités très différentes.



  • Morrison, J. (2015). DSM-5® Guía para el diagnóstico clínico. Editorial El Manual Moderno.
  • Cano Vindel, A., Pellejero, M., Ferrer, M. A., Iruarrizaga, I., & Zuano, A. (2006). Aspectos cognitivos, emocionales genéticos y diferenciales de la timidez. Revista Electrónica de Motivación y emoción.
  • Ordóñez-Ortega, Alfonso, Espinosa-Fernández, Lourdes, García-López, Luis-Joaquín, & Muela-Martínez, José-Antonio. (2013). Behavioral Inhibition and Relationship with Childhood Anxiety Disorders. Terapia psicológica31(3), 355-362. https://dx.doi.org/10.4067/S0718-48082013000300010