La compétitivité à l'école : positive ou négative ?

La compétitivité à l'école n'a pas à être négative, tant qu'elle peut être utilisée au profit de l'élève. Maintenant, si nous en faisons trop, cela peut finir par provoquer du stress ou de l'anxiété.
La compétitivité à l'école : positive ou négative ?

Dernière mise à jour : 18 septembre, 2021

Imaginez que dans une école il y ait un match de basket entre jeunes enfants. Cette situation courante amène à se demander s’il est correct d’accorder de l’importance au résultat final. Est-ce quelque chose de bien ? Cette question nous amène à poser une autre question : la compétitivité à l’école est-elle positive ? Essayons de trouver une réponse.

Nous ne devons pas nous leurrer. Aujourd’hui, le monde du travail est très compétitif, il est donc important de se demander s’il est bon d’éduquer les enfants pour qu’ils s’adaptent à ce marché du travail. D’une part, oui, si on le voit d’un point de vue adaptatif.

Cependant, il serait également intéressant que les futurs professionnels modulent ledit monde du travail pour qu’il fonctionne de manière collaborative. Permettant à chaque individu d’avoir une place sans avoir besoin d’élever autant le niveau de compétitivité.

Sur la base de ces raisonnements, nous pourrions conclure que la compétitivité à l’école peut être bonne et mauvaise. Pour mieux connaître le sujet, la meilleure option est peut-être d’expliquer quels sont ses avantages et aussi ses inconvénients.

“C’est bien d’avoir une compétition valable, ça pousse à faire mieux.” – Gianni Versace

Le rôle de la compétitivité.

La compétitivité à l’école

Cela dit, voyons ce qu’il y a de bien à la compétitivité dans le cadre de l’éducation. Quoi qu’il en soit, nous devons préciser que nous parlons toujours à moyen terme, sans jamais pousser à l’extrême la compétitivité susmentionnée.

Aspects positifs

Actuellement, l’accès à l’enseignement supérieur universitaire nécessite dans de nombreux cas l’obtention d’une note minimale. Ainsi, les étudiants qui souhaitent poursuivre un baccalauréat nécessitant une note élevée seront obligés d’augmenter et d’améliorer leurs performances académiques, ce qui leur permet de faire plus d’efforts, de se fixer des objectifs et de faire de leur mieux dans leurs études pour atteindre leur but ultime.

Puisque les jeunes veulent se démarquer et obtenir de bonnes notes, leur formation augmente également. Ce qui leur donne des connaissances et de meilleures performances scolaires, personnelles, professionnelles, etc. En outre, cela améliore également la capacité des étudiants de diverses manières. Voyons quelques exemples :

  • La peur de faire des erreurs est réduite. Puisqu’elles cessent d’être un échec pour devenir des opportunités d’apprentissage et d’amélioration.
  • L’effort associé aux valeurs positives est valorisé. L’idée que vous n’avez pas toujours besoin de gagner aide à inculquer aux étudiants un processus constant d’amélioration.
  • La compétitivité individuelle pourrait être un concept à introduire. En évitant que les enfants aient à comparer leurs mérites et leurs réalisations avec ceux des autres. Dans ce cas, seule la comparaison avec ses propres réalisations et mérites vaudrait. Mettant en évidence son développement et son amélioration.

Autres effets positifs

  • Il faut associer l’effort généré par la compétitivité à des valeurs positives. Ce n’est pas toujours la clé qu’une amélioration, une victoire, etc. ait émergé de cet effort. Une bonne façon de récompenser l’enfant se fait à travers le travail accompli qui, même s’il n’a pas mené à une victoire, a servi d’expérience et d’apprentissage, par exemple.
  • Il est également essentiel d’éviter les comparaisons. L’accent devrait être mis sur les réalisations de chaque élève, pas tellement sur ce qu’ils ont réalisé par rapport à d’autres enfants qui n’ont pas réussi pour une raison quelconque.
  • Bien que cela puisse sembler contradictoire, cela contribue également à des attitudes coopératives. Cela est surtout apprécié lorsqu’on travaille en équipe, dans le sport, etc. Les jeunes sont généralement sociables, ils devront donc s’entraider pour que leurs groupes réussissent. Cela rapprochera, créera des liens et permettra soutien et encouragement.
  • On se concentre sur le processus. Ce sera beaucoup plus positif, puisque cela permettra aux élèves de prendre du plaisir tout en apprenant sans donner autant d’importance au résultat final.
Les effets de la compétitivité.

Aspects négatifs de la compétitivité

Nous avons analysé la compétitivité à l’école d’un point de vue positif, en soulignant tous les aspects qui renforceront les émotions et la formation de l’enfant. Mais il existe également d’autres éléments négatifs qui pourraient nuire au développement des enfants et des jeunes.

D’autre part, il est observé qu’une compétitivité élevée des étudiants peut provoquer des niveaux élevés de stress et d’anxiété provenant de la grande pression subie par les étudiants, confinant à l’obsession d’obtenir de bonnes notes.

En outre, cela peut également entraîner une diminution de la solidarité entre pairs. Générant une compétition malsaine entre les élèves qui nuit à la camaraderie, au travail d’équipe et à d’autres valeurs telles que la générosité, l’empathie ou la résilience.

En fin de compte, la compétitivité à l’école peut être bonne ou mauvaise, mais tout dépend de la façon dont vous l’abordez. D’un point de vue équilibré, elle rendra sans aucun doute les enfants plus compétents, cherchant toujours à explorer leurs limites pour se dépasser.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi ressentons-nous de l’antipathie ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Pourquoi ressentons-nous de l’antipathie ?

En psychologie, l'antipathie est comprise comme un sentiment d'aversion. Un rejet qui peut être conscient ou inconscient.



  • González Ramírez, M. (2001). La competitividad entre los niños. Madrid: Edimat Libros.