Persécuter ceux qui nous ont fait du mal, c’est se condamner à l’inconfort

· 24 juillet 2018

Lorsque nous laissons notre estime de soi à la dérive, entre les mains des autres ou de ceux qui aiment nous contrôler et exercer un pouvoir sur nous, nous plongeons souvent dans une persécution infinie pour croire que nous pouvons la récupérer. Comme si cela nous donnait de la valeur…Bien qu’en réalité, tout ce que nous faisons est de nous mépriser à base de rejets et de demi-acceptations, de manière toujours conditionnelle. Persécuter ceux qui nous font du mal est donc l’une des nombreuses façons de ne pas nous aimer nous-mêmes.

Le véritable amour, tant pour les autres que pour nous-mêmes, n’est rien d’autre que le désir inévitable de nous aider et de nous permettre de montrer notre authenticité. Persécuter ceux qui nous font du mal est un moyen de ne pas nous trouver nous-mêmes, mais de trouver l’autre à tout prix, en nous oubliant nous-mêmes dans une certaine mesure.

Lorsque nous sommes dans une relation et que nous réalisons que lorsque nous pouvons éviter certaines souffrances, l’autre personne ne le fait pas, c’est une indication claire qu’ils ne se soucient pas de nous comme nous le devrions…Ce qui se passe parfois, c’est que nous sommes si aveugles que nous ne voyons pas comment d’autres personnes peuvent nous manipuler et profiter de nous pour leur bénéfice.

Si votre partenaire vous culpabilise et n’est pas capable de vous respecter, il vaut mieux garder vos distances.

se condamner à l'inconfort et à la manipulation

Vous êtes la seule personne à pouvoir l’empêcher

Quand l’amour existe vraiment, prendre soin de son partenaire est une partie inhérente de son cœur. Cependant, cela ne signifie pas que nous devons être aveuglés sans voir si l’autre personne nous correspond. Si nous remarquons que notre partenaire nous blesse comme un moyen de maintenir la relation, c’est le bon moment pour l’arrêter, puisque nous sommes les seuls à pouvoir le faire.

Lorsque la personne avec qui nous partageons notre vie nous fait nous sentir mal plus souvent qu’elle nous fait nous sentir bien, nous devons nous demander si cette personne nous apporte des choses ou si elle nous en vole. À partir de cette réponse, nous saurons  si, en fin de compte, nous voulons partager le reste de notre vie de cette façon.

Fermer une étape de notre vie, dire au revoir à celui que nous aimons, même si cela nous blesse, est l’une des expériences les plus tourmentées et circulaires qui puissent nous arriver dans le monde des émotions. On sait que la chose la plus difficile n’est pas le premier baiser, mais le dernier. Mais parfois, ce dernier baiser peut nous sauver de bien d’autres choses douces-amères.

Lorsque notre partenaire nous fait continuellement mal, le manque d’estime de soi peut finir par être si profond en nous que nous ne savons plus comment discerner ce que nous sommes et pourquoi nous nous sentons si mal. Maintenant, on ne peut arrêter la douleur émotionnelle soi-même, parce qu’une fois qu’ils commencent à nous faire du mal, il n’y a pas d’autre moyen que de nous replier sur notre amour-propre.

Il faut être fou pour aimer quelqu’un qui vous fait mal, mais c’est plus fou de penser que quelqu’un qui vous fait mal vous aime.

se condamner à l'inconfort et au malheur
Obsession, peur d’être seul, espoir ou dévotion ?

La relation d’un couple peut mal tourner, vous devez garder cela à l’esprit. Et pour s’en remettre, le seul moyen est d’accepter que c’est fini. Sinon, il sera très difficile de gérer la situation et les dégâts se transformeront en obsession, en peur, en espoir et même en dévotion.

Certains psychologues ont affirmé que le manque d’amour peut être plus douloureux que la mort d’une personne. Selon cette théorie, la mort a un processus de deuil qui se termine finalement par l’acceptation. Mais lorsque le couple se sépare et qu’il n’y a pas d’acceptation, la souffrance peut durer longtemps et peut même ne jamais guérir.

L’amour ne fait pas mal…il fait mal à ceux qui ne savent pas aimer.

Les obsessions, la peur excessive d’être seul et la dévotion sont, en bref, des sentiments qui contiennent quelque chose de sous-estimation de la personne et d’exaltation de l’être aimé. A titre d’exemple, nous vous laissons ce poème de Hamlet Lima Quintana pour votre réflexion :

« Personne n’a le visage d’un bien-aimé.

Un visage où les oiseaux

distribuent les tâches matinales.

Personne n’a les mains de ma bien-aimée.

Des mains qui sont durcies au soleil

quand elles caressent les pauvres choses de ma vie.

Personne n’a les yeux de ma bien-aimée.

Des yeux où les poissons nagent librement.

oubliés de l’hameçon et de la sécheresse,

oubliés de moi qui les attend.

comme l’ancien pêcheur d’espoir.

Personne n’a la voix avec laquelle ma bien-aimée parle.

Une voix qui ne touche même pas les mots.

comme si c’était un chant permanent.

Personne n’a la lumière qui l’entoure.

ni cette absence de soleil quand elle s’abîme.

Parfois, je pense que personne n’a, personne, personne, tout ça.

même pas elle-même. »