Scolarité en ligne : le cyber chaos entre parents et élèves

18 octobre, 2020
Le coronavirus a également affecté l'environnement éducatif : les professeurs sont contraints de donner des cours sur une plateforme virtuelle. Le psychologue Marcelo Ceberio nous en parle.

Actuellement, certains d’entre nous toujours en confinement. Chaque maison est un monde, disent-ils, et il en est ainsi. Les portes de l’intérieur développent des modes de vie, des styles de personnalité et des jeux relationnels, entre autres. La scolarité en ligne est une nouveauté pour tous.

Il y a des gens qui rompent avec les horaires, s’effondrent sur les repas, nagent trop, se désorganisent et perdent la trace de l’isolement. D’autres sont plus rigides : ils maintiennent strictement l’organisation des repas, les heures de sommeil et de repas, renforçant même la routine.

Il y a aussi personnes seules qui vivent ce moment d’une manière très particulière.

Dans tous les cas, avec ou sans enfants, seul ou avec un partenaire, la crise provoquée par le coronavirus est absolument subjective, comme toutes les expériences de tous les êtres sur cette planète bénie.

Le confinement a également forcé des changements dans le mode de vie des plus âgés, mais aussi des plus jeunes. Plus précisément, ces derniers sont passés de l’école réelle aux cours virtuels afin de poursuivre leur scolarité. La question qui nous vient alors à l’esprit est la suivante : qu’implique la scolarité en ligne ?

La scolarité en ligne.

La scolarité en ligne : commençons les cours !

La technologie, toujours si critiquée par les adultes pour l’aspect sédentaire, le manque de communication et l’isolement qu’elle génère chez les enfants, est aujourd’hui un élément de première ligne pour réussir à communiquer et à conserver une routine. Alors que notre corps reste enfermé, notre esprit vole vers différents endroits.

En tant que professeur d’université, la virtualité m’a toujours aidé à enseigner dans d’autres pays ou provinces sans voyager, et aujourd’hui plus que jamais. Actuellement, les cours virtuels sont indispensables pour continuer l’année scolaire.

L’enseignement primaire en ligne

La scolarité en ligne est un sujet compliqué. Malgré sa courte existence, elle a déjà créé d’innombrables conflits parentaux-filiaux, de couples, entre frères, entre pères, mères et professeurs… Elle est donc source de conflits entre tous.

D’une part, nous trouvons des familles qui ont un, deux enfants ou plus dans des classes élémentaires différentes. Et plus il y a d’enfants, plus le niveau de complication est élevé. D’autant plus que certains foyers ne possèdent pas plus d’un ordinateur.

Les parents s’énervent avec leurs enfants parce qu’ils ne savent pas à qui ils doivent accorder la priorité pour l’utilisation de l’ordinateur ou alors ils se fâchent avec les enseignants parce qu’ils organisent des cours pour différents groupes en même temps.

Il est aussi fréquent que les enfants se battent entre eux pour l’utilisation de l’ordinateur, entre autres triangulations affectives. Conclusion : cette situation génère une véritable bataille.

Une meilleure organisation des cours serait une grande aide (qui n’arrive pas). Pour cela, il serait idéal que les horaires de cours ne soient pas les mêmes pour tous les enfants.

Un autre détail et non des moindres est que la plupart des parents appartiennent à une génération qui n’a pas grandi avec l’ordinateur, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas des natifs de la technologie. Il y a ainsi beaucoup d’enfants qui apprennent à leurs propres parents à surfer sur les cyberréseaux.

Ainsi, beaucoup de ces enfants sont responsabilisés et disqualifient leurs parents car ils ne gèrent que Word, un petit peu Excel et, bien entendu, Facebook, pas même Instagram. Et comme il faut s’y attendre, ces réactions de la part des enfants entraînent une réponse des parents.

Aucune des écoles n’a organisé d’enseignement à travers les réseaux. Elles ont donc dû se rendre dans l’arène pour couvrir les classes qui avaient commencé en personne et qui sont désormais en ligne.

Par conséquent, l’école dont les parents étaient satisfaits est devenue chaotique. Non seulement parce qu’ils doivent surfer sur les réseaux pour transmettre des connaissances, mais ils naviguent dans l’incertitude et dans la désorganisation de la tentative d’organisation des cours, et donc dans le chaos.

Quels sont les défis de la scolarité en ligne ?

Les défis de la scolarité en ligne

Des plateformes d’apprentissage sont nées : Jitsi, Webinar, Sakai, Moodle, Ed Modo et, bien sûr, Zoom, le roi de tous les systèmes. L’école a dû apprendre chacun de ces systèmes, puis les enseigner à leurs enseignants et aux parents. Les parents ont du faire de même avec leurs enfants. Dans toute cette chaîne, il est impossible qu’il n’y ait pas de problèmes !

Les étudiants doivent donc non seulement apprendre le contenu des matières, mais aussi à utiliser ces plateformes d’apprentissage. De plus, ils doivent aider leurs propres parents à comprendre ces plateformes, et même parfois leurs enseignants. Viennent ensuite les tâches écrites qui doivent également être téléchargées sur la plateforme…

Des enfants désorientés et parents désorientés essaient de guider des enfants et parents désorientés. Auxquels s’ajoutent des enseignants désorientés qui essaient de guider la désorientation des parents et de leurs élèves. Tout le monde finit alors par être désorienté. S’ajoute à tout cela le fait que la connexion lâche. Tout cela donne un chaos explosif. Oui, un jour de fureur.

Par ailleurs, les enfants, au-delà des tâches scolaires, veulent aussi jouer, sauter, parler, jeter les peluches sur le tapis, activer les jeux sur la tablette et la PlayStation, etc. Et pendant cela, la mauvaise humeur et l’intolérance des parents augmentent parce qu’ils sont épuisés.

Les jeux et la scolarité en ligne.

Arrêtons-nous !

S’il vous plaît, arrêtez ! Parce que si nous n’arrêtons pas le chaos, il nous dominera. Et pour mettre de l’ordre à tout cela, nous devons organiser et fixer des limites. Ce qui peut être fait, doit être fait. Et si la tâche n’est pas accomplie, les enseignants et l’école doivent se montrer compréhensifs. C’est une période absolument particulière.

N’oublions pas que le stress dû à la vie en quarantaine s’ajoute au stress de la scolarité en ligne des enfants. Par conséquent, réduire ce stress implique de ralentir pour améliorer les processus d’apprentissage. Et je ne parle pas d’apprendre le contenu des sujets, mais plutôt d’apprendre à gérer cette nouvelle systématisation en ligne.

Ne prétendons pas être des génies du cyberespace, des gymnastes sur YouTube, des chefs cuisiniers en cuisine, des savants en lecture ou des super-héros.

Nous devons simplement tirer des leçons de ce moment historique. Faire preuve de tolérance, ne pas trop exiger de soi-même, simplement construire une vie meilleure. Avec cela à l’esprit, nos enfants et nous serons meilleurs.