Quand les parents sont trop exigeants avec leurs enfants

27 mai, 2020
Les parents exigeants semblent n'avoir qu'une seule chose en tête : ils veulent que leurs enfants fassent toujours mieux. Penchons-nous sur cette stratégie afin de savoir si elle fonctionne ou bien si elle produit plutôt l'effet inverse.
 

Les parents trop exigeants cherchent à ce que leurs enfants fassent de leur mieux. Or, le problème est qu’ils ne le font pas de la manière la plus appropriée. Ils ignorent en effet la façon dont les enfants entendent et perçoivent ces demandes. Ils finissent ainsi souvent par obtenir l’effet inverse de celui escompté. Étudions plus en détails ce type de comportement.

En fait, bien souvent, les parents qui exigent beaucoup de leurs enfants ont eu eux-mêmes des parents exigeants. Rien ne semblait leur suffire. Leur insatisfaction ne se limitait pas seulement aux résultats scolaires. Par exemple, leur parents considéraient qu’ils n’étaient jamais assez performants dans le sport qu’ils pratiquaient. Il y avait toujours un « mais » ou un « tu peux mieux faire« .

Ayant grandi dans un tel environnement, ils pensent inconsciemment que c’est la façon dont ils doivent aussi élever leurs enfants. Toutefois, ce type de comportement peut avoir de fâcheuses conséquences.

Un enfant ayant des parents exigeants

 

En quête d’une perfection qui n’existe pas

Les enfants dont les parents sont exigeants tentent de répondre aux attentes de ces derniers. Malheureusement, comme rien ne semble leur convenir, ils se découragent bien vite et peuvent même ressentir de la culpabilité. De plus, les enfants risquent de devenir trop exigeants envers eux-mêmes à l’avenir. Et ce, au-delà même de leurs propres possibilités et de leurs moyens. Ce phénomène peut alors déclencher du stress et de l’anxiété.

 

Ceci est en réalité assez sérieux. Selon la Fondation espagnole ANAR (Aide aux enfants et adolescents en danger) « une certaine structure de la personnalité impliquant l’auto-exigence, le besoin de contrôle, et la recherche de perfectionnisme, etc peut favoriser l’apparition de certains troubles alimentaires, tels que l’anorexie et la boulimie« .

Si un enfant entend sans cesse ses parents dire : « Ce serait bien que tu obtiennes un 16 en maths« , et que lorsqu’il y parvient, ils lui disent : « Tu as vu que tu en es capable. Maintenant tu dois viser 18« , il lui sera difficile d’être fier de ce qu’il a accompli. Lorsqu’il atteindra ses 9 ans et qu’il devra alors obtenir d’excellents résultats dans toutes les matières, l’enfant finira par exploser.

Il y a aussi quelque chose de pervers dans ce comportement. Les enfants risquent de croire que plus leurs notes seront bonnes, plus leurs parents les aimeront. Il s’agit d’un terrain propice à l’apparition des troubles mentionnés plus haut, notamment l’anorexie et la boulimie. Toutefois, les enfants qui évoluent dans un tel environnement d’exigence peuvent également réagir d’une autre manière.

Les parents exigeants peuvent mettre trop de pression à leurs enfants
 

Des parents trop exigeants et qui ne voient pas les résultats

Les enfants dont les parents sont trop exigeants peuvent finir par ne plus répondre à la pression parentale. Dans le quotidien espagnol La Vanguardia, Isabel Menéndez (psychologue spécialisée dans l’enfance et l’adolescence) écrit que « lorsque les parents posent exigences sur exigences, cela provoque du stress chez leurs enfants. De plus, lorsque ces derniers atteignent l’âge de l’adolescence et les années plus difficiles au collège ou au lycée, beaucoup de ces enfants s’effondrent… Parce qu’ils en ont assez, qu’ils sont fatigués et souvent en pleine rébellion« .

Comme rien de ce qu’ils ont fait semble n’avoir suffi, les enfants commencent à adopter des comportements différents en fonction de la personnalité de chacun. Sans nécessairement parler des troubles mentionnés plus haut, voici quelques signes avant-coureurs qui indiquent que quelque chose ne va pas :

  • Une attitude passive : il semble alors que l’enfant se fiche de tout. Il se sent triste, découragé, et la plupart du temps, il a l’air déprimé. En son for intérieur, il lui semble qu’il a échoué. Cela peut constituer le début d’une dépression
  • Une attitude de rébellion envers ses parents : l’objectif est ici d’attirer l’attention sur une situation qu’il ne peut plus contrôler

Il existe donc de nombreux cas de figure. Cependant, les enfants ne parviennent souvent plus à se sentir à la hauteur des exigences formulées par leurs parents. Ils ne se sentent plus en capacité d’obtenir leur reconnaissance et de répondre aux attentes de leurs parents.

 

Quelles conséquences ?

Tôt ou tard, ils finissent par sombrer dans une profonde mélancolie ou par s’opposer systématiquement aux attentes de leurs parents qu’ils ont associés à un sentiment de frustration. Dans les deux cas, ces réactions ont des conséquences sur les exigences auxquelles ils sont soumis.

Il arrive bien souvent que dans un tel contexte, les enfants ne poursuivent pas leurs études ou qu’ils abandonnent le sport qu’ils pratiquent en cours de route. Ils jettent alors l’éponge parce qu’ils n’en peuvent plus. La pression est trop forte pour eux. C’est pourquoi, bien que les parents exigeants agissent ainsi pour motiver et encourager leurs enfants à donner le meilleur d’eux-mêmes, dans la grande majorité des cas, la seule chose à laquelle ils parviennent est précisément l’inverse.

 

 
  • Casarín, A. V., & Infante, T. (2006). Familia y rendimiento académico. Revista de educación y desarrollo5, 55-59.
  • González, A. E. M., Saura, C. J. I., Rodríguez, J. A. P., & Linares, V. R. (2010). Importancia de los amigos y los padres en la salud y el rendimiento escolar. Electronic Journal of research in educational psychology8(1), 111-138.
  • Moore, S. G. (1997). El papel de los padres en el desarrollo de la competencia social. ERIC Clearinghouse on Elementary and Early Childhood Education, University of Illinois.
  • Ramírez, M. A. (2005). Padres y desarrollo de los hijos: prácticas de crianza. Estudios pedagógicos (Valdivia)31(2), 167-177.