Les effets sur les enfants de ne pas aller à l'école pendant la pandémie

Le fait de ne pas pouvoir aller à l'école n'est pas une chose festive pour nos enfants. Le manque de socialisation et, dans de nombreux cas, l'absence de moyens techniques pour poursuivre les études par voie télématique, fait place à de nouveaux problèmes dans ce scénario de confinement.
 

Les effets sur les enfants de ne pas aller à l’école pendant la pandémie vont au-delà du simple ennui ou du manque de socialisation. Celle que l’on définit déjà comme la « génération du coronavirus » peut subir de graves conséquences cognitives, scolaires et émotionnelles et, plus grave encore, cet impact ouvre un fossé encore plus évident chez les personnes disposant de moins de ressources.

Le coronavirus et le scénario actuel ont modifié tous les fondements sur lesquels nous avions bâti notre société. Au-delà du confinement, au-delà même d’un scénario économique en pause, de frontières fermées, d’un ciel sans avion amenant les touristes, il y a évidemment un drame. Et ce drame est une toile qui trace de multiples scènes.

D’une part, il y a la maladie elle-même et ses effets dévastateurs sur nous. Puis il y a les histoires personnelles de chaque famille, avec l’angoisse de l’avenir, avec l’incertitude de ce qui se passera demain.

Mais il y a un domaine plus sensible, et ce sont bien sûr nos enfants. Ils vivent cette réalité en silence, la traitent à leur manière et subissent l’une des conséquences les plus frappantes de cette époque : l’absence de cours.

 

Déjà plus de 300 millions d’étudiants dans le monde ont vu leurs années universitaires interrompues. Dans des pays comme l’Italie, tous les étudiants ont été reçus sans passer les examens de fin d’année.

La plupart d’entre eux tentent de résoudre le problème par le biais de cours en ligne. Mais la fracture numérique est là. Toutes les familles n’en ont pas les moyens. Et ce qui est encore plus remarquable : une grande partie de nos écoles ne sont toujours pas préparées à l’enseignement à distance.

Un enfant et son père devant un ordinateur pendant la pandémie

5 effets sur les enfants de ne pas aller à l’école pendant la pandémie

Les plus petits de la maison mais également les adolescents se souviendront longtemps de ces jours. Chacun d’entre eux la traitera à sa manière en fonction des expériences qu’il aura vécues.

Certains perdront un membre de leur famille à cause du coronavirus. D’autres se souviendront pendant des années de l’angoisse ressentie à la maison et transmise par les visages et les conversations de leurs parents. Beaucoup, peut-être, garderont un bon souvenir.

Nous ne pouvons pas prédire à quoi ressemblera la jeune génération de demain dans notre société. Cependant, on peut dire que leur monde va changer, comme celui des adultes sans aucun doute. L’une de nos plus grandes préoccupations est de connaître les effets sur les enfants de ne pas aller à l’école pendant la pandémie.

 

C’est une chose que des agences comme l’UNESCO anticipent déjà par le biais de rapports et d’estimations. Analysons cela.

Les effets les plus négatifs sur les enfants de 4 à 7 ans

L’absence de scolarité régulière peut être plus grave chez les jeunes enfants. En particulier, ceux qui sont encore en train d’apprendre à lire et à écrire.

A 4 et 7 ans, les plus jeunes enfants font un grand saut qualitatif dans lequel les processus cognitifs, moteurs, attentionnels et exécutifs ont besoin de ce soutien continu pour établir des compétences en écriture et en lecture.

Il est évident qu’ils peuvent poursuivre cette tâche à la maison. Si le soutien de la famille est adapté, ils ne seront pas affectés. Mais si ce soutien n’existe pas, l’intégration de ces compétences risque d’être retardée.

L’isolement des adolescents

Un autre effet de ne pas aller en cours pendant la pandémie concerne surtout les pré-adolescents et les adolescents.

A cette époque, il est très fréquent qu’ils s’isolent avec une relative facilité. Choisir de rester dans leur chambre et de passer des heures connectés à internet, mais ne pas faire leurs devoirs est un autre danger.

 

Les familles sont obligées de superviser leur travail, de surveiller qu’ils continuent d’étudier, de faire leurs devoirs… Tout cela peut être épuisant et source de conflits.

Les parents dans le rôle d’enseignants pendant la pandémie

Le confinement oblige les parents à remplir (aujourd’hui plus que jamais) le rôle d’enseignant ou de professeur. Dans certains cas, ce ne sera pas un problème. Cependant, tout le monde n’a pas la patience ou du moins la capacité de mettre de côté ses propres préoccupations pour être cet outil habile qui aidera ses enfants à continuer d’acquérir les compétences requises par le programme scolaire.

Non, tous les foyers ne disposent pas d’internet et d’un ordinateur.

La fracture numérique est réelle. Nous savons que l’enseignement à distance est une option. Et que si les cours ne peuvent être dispensés en classe, il existe une autre alternative : l’enseignement virtuel.

Cependant, nous devons nous rappeler que toutes les familles n’ont pas les mêmes ressources. Il y a des millions d’enfants dans le monde qui n’ont pas d’ordinateur à la maison pour poursuivre leurs études.

Deux enfants qui étudient à la maison pendant la pandémie

L’école comme cadre d’une alimentation adaptée

 

Un autre effet de ne pas aller à l’école pendant la pandémie se situe au niveau nutritionnel. Au-delà de l’aspect économique, se trouve l’aspect alimentaire.

Nous ne pouvons pas oublier que de nombreux enfants dépendent des repas qu’ils reçoivent dans les cantines scolaires. Or, si les organismes sociaux ne fournissent pas aux familles un chèque d’aide, de nombreux enfants commenceront à souffrir de graves carences nutritionnelles.

Les effets sur les enfants de ne pas aller à l’école pendant la pandémie : retards scolaires et manque de socialisation

L’absence du dernier trimestre aura des effets. Il y aura des contenus qui ne seront pas appris, des sujets qui resteront en suspens, des compétences qui ne seront pas fixées et des expériences uniques et propres à l’école qui ne seront jamais vécues. Il se peut que pour de nombreux élèves, ne pas aller en classe soit quelque chose de festif.

Cependant, il existe un aspect qui leur manque le plus : la socialisation, la routine des cours, des amis, de ce quotidien effervescent, parfois compliqué et parfois passionnant qui favorise également le développement social et émotionnel des enfants. Tout cela leur manque aussi.

 

Nous savons que l’effet de la pandémie durera plus longtemps. Mais lorsque les classes rouvriront l’année prochaine, le monde scolaire et éducatif sait qu’il aura un défi à relever. Il s’agira en effet d’adapter l’enseignement aux situations d’urgence. Mais aussi de mettre en place des mécanismes permettant de garantir que l’enseignement à distance soit de la même qualité que celui dispensé en classe.

Espérons que ces progrès parviennent à tout le monde.