Qu’est-ce que le syndrome cognitif attentionnel ?

7 juillet 2018 dans Psychologie clinique 0 Partagés
syndrome cognitif attentionnel

Que faisons-nous habituellement lorsque quelque chose génère en nous une détresse émotionnelle ? Cela dépend des personnes. Certaines essaient de mettre en œuvre des stratégies actives de régulation émotionnelle. D’autres mettent en marche un modèle de pensée inefficace. Si quelque chose les inquiète, les dérange ou les rend tristes, cette pensée reste dans leur tête et tourne encore et encore.

Est-ce que cela nous aide à faire disparaître ces émotions négatives ? Au contraire. Ceci provoque le mal-être et fait que cette sensation ne quitte pas notre esprit. De sorte que nous entrons dans une spirale dans laquelle nous nous sentons de plus en plus mal. Le problème est que nous ne sommes pas toujours conscients de la façon dont nous entrons dans ce cercle vicieux inutile. Et si nous le sommes, nous ne savons pas comment l’arrêter. N’en est-il pas ainsi ?

« Même votre pire ennemi ne peut pas vous blesser autant que vos propres pensées. »

-Bouddha-

Qu’est-ce que le syndrome cognitif attentionnel ?

Selon la psychologie cognitive, la façon dont nous traitons l’information et les pensées que nous avons vis-à-vis des situations est ce qui détermine notre expérience émotionnelle. Autrement dit, que le traitement que nous faisons de nos pensées « émotionnelles » influence de façon considérable notre mal-être. Et il existe différentes manières, plus ou moins efficaces, de gérer cette expérience interne.

femme souffrant du syndrome cognitif attentionnel

Ainsi, la personne qui essaie de flexibiliser ses pensées et de trouver des solutions à ce qui l’inquiète ou l’attriste ne ressentira pas la même chose que celle qui reste attachée à ces idées et émotions négatives et les retourne sans but particulier. Ce dernier exemple correspond à ce qui arrive aux personnes présentant un syndrome cognitif attentionnel.

Le syndrome cognitif attentionnel laisse apparaître un schéma de pensée qui nous amène à conserver les émotions et les idées négatives qui apparaissent dans notre tête. Pourquoi ? Parce qu’il existe une série de processus métacognitifs faisant que ce cercle vicieux ne change pas et devient chronique.

A découvrir aussi