Qu’est-ce que le conditionnement opérant ?

· 17 mars 2019
Le conditionnement opérant est une méthode d'apprentissage qui a recours au renforcement ou à la punition pour augmenter ou diminuer la probabilité qu'un comportement se reproduise à l'avenir.

Le conditionnement opérant, aussi appelé conditionnement instrumental, est une méthode d’apprentissage basée sur l’association de renforcements (récompenses) et de punitions à un comportement particulier ou à un modèle de comportement. A travers le conditionnement opérant, une association se fait entre un comportement et une conséquence de ce comportement.

Le conditionnement opérant a d’abord été décrit par le psychologue comportemental Burrhus Frederic Skinner en tant que méthode d’apprentissage pour augmenter ou diminuer la probabilité qu’un comportement se reproduise à l’avenir.

Le conditionnement opérant se base sur un principe simple. Les actions suivies par le renforcement auront tendance à se répéter. A l’inverse, les actions qui entraînent des punitions ou des conséquences indésirables seront affaiblies et moins susceptibles de se reproduire à l’avenir.

Par exemple, lorsqu’un rat de laboratoire appuie sur un bouton bleu, il reçoit une boule de nourriture en récompense. Par contre, lorsqu’il appuie sur le bouton rouge, il reçoit un léger choc électrique. En conséquence, il apprend à appuyer sur le bouton bleu. Et de ce fait, il évite le bouton rouge.

Mais le conditionnement opérant ne se déroule pas seulement dans des environnements expérimentaux. Il joue également un rôle important dans l’apprentissage quotidien. Le renforcement et la punition ont lieu presque tous les jours dans des environnements naturels. Ainsi que dans des environnements plus structurés.

 

Skinner et le conditionnement opérant

Skinner utilisait le terme  » opérant  » pour désigner tout  » comportement actif qui agit dans l’environnement pour générer des conséquences ». En d’autres termes, la théorie de Skinner tente d’expliquer comment nous acquérons une grande partie de l’éventail des comportements que nous adoptons chaque jour.

Skinner croyait qu’il n’était pas vraiment nécessaire d’examiner les pensées et les motivations internes pour expliquer le comportement. Au lieu de cela, Skinner a suggéré que nous ne devrions examiner que les causes externes et observables du comportement humain.

La théorie de Skinner sur le conditionnement opérant est fortement influencée par le travail du psychologue Edward Thorndike. Il est important de souligner que Thorndike a proposé ce qu’il a appelé « la loi de l’effet ». Donc, selon ce principe, les actions suivies de résultats souhaitables sont plus susceptibles d’être répétées. Tandis que les actions suivies de résultats indésirables sont moins susceptibles de l’être.

Les différents types de comportement selon Skinner

Skinner distingue deux types de comportements différents. Ce sont les réponses instinctives et les comportements opérants.

  • Les comportements instinctifs sont ceux qui se produisent automatiquement et de façon réfléchie. Tout comme retirer votre main d’un poêle chaud ou secouer votre jambe lorsque le médecin touche votre genou. Donc, vous n’avez pas besoin d’apprendre ces comportements. Ils se produisent automatiquement et involontairement.
  • Les comportements opérationnels sont ceux qui sont sous notre contrôle conscient. Certains peuvent se produire spontanément et d’autres intentionnellement. Mais ce sont les conséquences de ces actions qui influencent leur reproduction -ou non- à l’avenir.  Quoi qu’il en soit, nos actions sur l’environnement et les conséquences de ces actions sont une partie importante du processus d’apprentissage.

Bien que le conditionnement classique puisse expliquer les comportements des personnes interrogées, Skinner s’est rendu compte qu’il ne pouvait pas expliquer tout ce que nous apprenons. Ainsi, Skinner a suggéré que le conditionnement opérant avait une importance pour expliquer comment nous procédons.

Skinner parlant du conditionnement opérant

 

Renforcement et punition

La promesse ou la possibilité d’une récompense entraîne une augmentation de la fréquence ou de l’intensité du comportement que nous « pensons » (parce que c’est arrivé dans le passé) qui nous aidera à l’obtenir. Cependant, le conditionnement opérant peut également être utilisé pour diminuer un comportement. Ainsi, on peut utiliser l’élimination d’un résultat souhaitable ou l’application d’une conséquence négative pour diminuer ou prévenir des comportements indésirables.

À cet égard, Skinner a identifié deux aspects clés du processus de conditionnement opératoire. Qui, par ailleurs sont : le renforcement et la punition. Le renforcement sert à augmenter le comportement. Tandis que la punition sert à diminuer le comportement. De plus, nous avons constaté que le renforcement variable peut être bien meilleur que le renforcement constant. Le comportement acquis devient plus résistant à l’extinction.

En outre, elle a identifié deux types différents de renforcement et deux types différents de sanctions :

  • Le renforcement positif implique la présentation d’un résultat favorable. Tandis que le renforcement négatif implique l’élimination d’un stimulus désagréable. De ce fait, le renforcement augmente la fréquence ou l’intensité du comportement dans les deux cas.
  • La punition positive signifie l’application d’un événement désagréable après un comportement. Tandis que la punition négative consiste à enlever quelque chose d’agréable après qu’un comportement se soit produit. Dans les deux cas de punition, le comportement diminue (ou du moins a tendance à disparaître).
conditionnement opérant

Conditionnement en service aujourd’hui

Le behaviorisme a perdu une grande partie de l’importance qu’il occupait au début du XXe siècle. Par contre, le conditionnement opérant reste un outil important. Il est, par ailleurs, fréquemment utilisé dans les processus de façonnage comportemental. En fait, de nombreux parents l’utilisent même s’ils ne connaissent pas la théorie qui se cache derrière.

Ainsi, le conditionnement opérant est un moyen de générer des associations. Celles ayant un impact sur les comportements – que nous pouvons facilement reconnaître dans notre vie quotidienne. Que ce soit dans l’éducation reçue ou offerte à nos enfants. Ou alors dans le cadre du dressage de nos animaux domestiques, par exemple. Il faut reconnaître que les actions de publicité et de marketing emploient également un conditionnement opérationnel dans leurs stratégies de vente de produits et de services aux consommateurs.