3 types de stratégies d’apprentissage

29 décembre 2017 dans Développement personnel 54 Partagés
stratégies d'apprentissage

Un apprentissage significatif dépend à la fois du processus d’enseignement et de la façon dont cet enseignement est traité par les élèves. Les psychologues scolaires se sont largement intéressés à ses aspects et ont développés des théories afin de les optimiser. Nous parlerons donc dans cet article des stratégies d’apprentissage.

L’objectif principal des stratégies d’apprentissage est de faire en sorte que les élèves deviennent des apprentis plus efficaces. L’exploration et la recherche dans ce domaine nous ont offert différentes façons d’y parvenir. Les trois stratégies d’apprentissage les plus célèbres sont les stratégies mnémoniques, structurelles et génératives.

Les stratégies d’apprentissage mnémoniques

Ce types de stratégies d’apprentissage aident les élèves à mémoriser le contenu en tant que faits ou termes spécifiques. Par exemple, elles sont utiles pour se souvenir des capitales, des dates importantes, du vocabulaire d’une langue, etc. Lorsqu’il est nécessaire de mémoriser des données sans signification, les stratégies mnémoniques nous offrent un moyen d’établir un certain degré de signification.

La validité de ces techniques a été largement démontrée, raison pour laquelle elles sont utilisées depuis longtemps. Le psychologue Paivio a expliqué que ces techniques fonctionnent pour trois raisons :

  • Double codage : plusieurs de ces stratégies impliquent l’utilisation de codes non verbaux (images) en association avec des codes verbaux (mots). Cela signifie que le contenu même est codé de deux manières distinctes. Selon les principes  connexionnistes, cela faciliterait l’accès à l’information.
  • Organisation : une autre façon de travailler avec ces stratégies est de créer un contexte cohérent dans lequel adapter l’information. Cela permet d’avoir les informations connectés entre elles, au lieu d’être fragmentées. Par exemple, il nous est plus facile de nous souvenir d’une liste de mots si nous formons une phrase avec eux.
  • Association :  la formation de relations intenses entre les éléments est également une option pour un apprentissage significatif. Les associations intenses aident car lorsque nous voyons un élément des deux, nous nous rappelons facilement de l’autre.

femme qui réfléchit

Un exemple de stratégie mnémotechnique est la méthode du mot-clé. Cette méthode est très utile lorsqu’il s’agit d’apprendre un vocabulaire complexe dans une langue étrangère. Cela consiste en un lien phonétique et iconique, pour une explication détaillée.

Les stratégies d’apprentissage structurelles

Les stratégies structurelles stimulent l’apprentissage actif en encourageant les élèves à sélectionner mentalement les éléments d’information pertinents et à les relier les uns aux autres dans une structure. Nous trouvons ici les techniques de réalisation de cartes conceptuelles, de diagrammes de flux ou de schémas.

Évidemment, il ne suffit pas que l’enseignant dise à l’élève qu’il doit faire des schémas et des résumés. Ces derniers ne seront utiles que si l’étudiant sait comment les faire. Il est donc intéressant et productif que les enseignants instruisent leurs élèves sur la manière de les réaliser. L’aspect le plus difficile de cette formation est d’enseigner à détecter les aspects les plus pertinents ou les plus significatifs d’un texte ou d’une exposition.

L’effet de ces techniques sur l’apprentissage se déduit rapidement. Lorsque nous organisons le matériel en petites idées étroitement liées, il est plus facile d’y accéder. De plus, en créant des associations intenses entre ces idées, il sera plus facile d’accéder au reste de l’information dans notre mémoire.

Les recherches montrent que les étudiants qui utilisent ces techniques augmentent considérablement leur rendement. Elles aident également à formaliser une véritable compréhension du contenu, au lieu d’apprendre par cœur et de manière superficielle. Il est donc intéressant d’intégrer ces stratégies d’apprentissage en classe.

Les stratégies d’apprentissage génératives

Avec les stratégies présentées antérieurement, nous avons analysé les moyens d’aider les élèves à se souvenir d’événements spécifiques et à les organiser en structures ; en d’autres termes, il s’agit de techniques pour faire face à de nouvelles informations devant être apprises. Néanmoins, un autre aspect important de l’apprentissage est celui de l’intégration de nouveaux contenus avec les connaissances préexistantes. Et c’est ici que les stratégies génératives entrent en jeu.

EZ Rothkopf a nommé ces activités, dans lesquelles les élèves produisent des connaissances, “activités mathémagique”. Il s’agit par exemple de prendre des notes, de souligner, générer et répondre à des questions ou de répéter à voix haute. Ces types d’activités aident à approfondir la compréhension en forçant les élèves à intégrer leurs connaissances.

carnet à dessin

De nombreux psychologues perçoivent l’apprentissage actif comme la génération par l’étudiant des relations entre les idées. C’est pourquoi les stratégies génératives sont un excellent outil pour éveiller ce type d’apprentissage chez les élèves. Instruire les élèves sur la manière de prendre des notes ou de se poser des question à eux-mêmes facilite largement la compréhension profonde et l’intégration des connaissances acquises.

Comme nous avons pu le constater tout au long de cet article, il existe différentes stratégies d’apprentissage offrant un grand potentiel et une grande utilité dans les salles de classe. La recherche scientifique relative à l’instruction et à l’éducation nous aide à obtenir cet apprentissage actif et profond que nous recherchons chez les étudiants. Ce serait une grave erreur de ne pas suivre les directives et les preuves que nous apporte la psychologie de l’éducation.


A découvrir aussi