Comment les psychologues voient-iels leurs patient-e-s ?

· 26 avril 2017

La plupart des gens qui consultent un-e psychologue le font pour des besoins intérieurs d’amélioration et sont encouragés par des états d’instabilité. Ces patient-e-s en thérapie sont souvent proches de la perte de contrôle ou sont sur le point de toucher le fond. C’est à ce moment-là que les psychologues se rendent compte de la grande force et du courage de ces personnes qui, au lieu de se perdre dans les excuses se confrontent à elles-mêmes.

Malgré de nombreux clichés et la méconnaissance générale de la société concernant la fonction des psychologues, les patient-e-s qui se confrontent à la thérapie voient en elle une opportunité pour retrouver une place dans leur vie. Iels devront apprendre à désapprendre les comportements, les habitudes et les pensées qui les ont mené-e-s jusque là.

Il faut que les patient-e-s qui vont en thérapie se voient comme des personnes courageuses qui ont une grande responsabilité envers elleux-mêmes. Ce ne sont pas des « fous/folles » qu’une société ignorante et pleine de peur met tant d’ardeur à nous vendre.

« La psychologie, à la différence de la chimie, l’algèbre ou la littérature, est un manuel pour notre propre esprit. C’est un guide pour la vie. »

-Daniel Goldstein-

Les psychologues ne donnent pas de conseils, iels font une thérapie

Si vous avez besoin d’un conseil, demandez à votre meilleur-e ami-e, votre conjoint ou votre famille, iels vous connaissent mieux que personne. Mais si vous avez besoin de quelqu’un qui vous explique votre comportement et pourquoi vous vous sentez ainsi, en choisissant des techniques et les traitements adaptés à vos caractéristiques personnelles, vous devez alors consulter un-e psychologue.

Les psychologues sont très conscient-e-s de la difficulté à prendre un rendez-vous chez elleux. C’est pour cela qu’iels essaient toujours de donner le plus d’informations possibles dès le début et d’expliquer, pendant la thérapie, ce qu’iels travaillent et pourquoi.

Pour les psychologues, c’est très gratifiant de se rendre compte, qu’après avoir travaillé les pensées et les émotions qui étaient douloureuses pour la personne, elle puisse exercer un contrôle sur elles. Lorsque cela arrive, le/la patient-e se sent beaucoup mieux, iel commence à faire plus d’activités, iel se concentre sur des situations problématiques à partir d’une autre perspective et iel est capable de filtrer ses pensées pour les voir d’une manière beaucoup plus objective.

Nous sommes convaincu-e-s que beaucoup de gens passeraient le cap de la consultation s’ils voyaient les résultats qu’ils obtiendraient, aussi bien au niveau personnel qu’au niveau social.

« La première cause de malheur n’est jamais la situation mais vos pensées à son sujet. »

-Eckhart Tolle-

Les psychologues apprennent de leurs patient-e-s

La psychothérapie est un processus d’expérience et de dialogue où le/la thérapeute et le/la patient-e s’influencent mutuellement. Il y a un apprentissage et une transformation réciproques. Non seulement le/la patient-e change, apprend et se transforme, mais le/la thérapeute aussi, dans une plus ou moins grande mesure. Comme avec un-e bon-ne maître-sse, les patient-e-s leur enseignent des choses par leur vécu. Il est important de comprendre ce que signifie le fait que les patient-e-s leur apprennent des choses. Quand iels disent à leur patient-e qu’iels l’admirent pour son courage et ses décisions, surgit en lui/elle un regard de perplexité et d’étonnement, comme s’iel ne croyait pas au fait qu’iel apprend aussi à son thérapeute.

Tout le monde sans distinction, patient-e-s et thérapeutes, sont exposé-e-s à la souffrance et à la déception, alors qu’iels partagent d’un autre côté un profond désir d’améliorer leur sensation de bien-être, de joie et de paix. Les patient-e-s ne viennent pas en consultation pour apprendre à leurs thérapeutes des choses explicites, mais ils le font implicitement avec leur lucidité, leur engagement et leur capacité à prendre les bonnes décisions.

« La psychologie ne peut pas dire aux gens comment ils devraient vivre leur vie. Mais, elle peut leur apporter du sens pour un changement personnel et social efficace. »

-Albert Bandura-

Lisez aussi : Les psychologues pleurent aussi