La théorie de George Kelly sur les constructions personnelles

15 janvier 2019
Savez-vous en quoi consiste la théorie de George Kelly ?

En 1955, George Kelly a présenté la théorie des constructions personnelles comme une alternative aux deux approches principales pour expliquer la compréhension humaine : le béhaviorisme et les théories psychodynamiques (psychanalyse). Ce courant a remis en question la pensée psychologique existante.

Traditionnellement, la recherche psychologique a considéré toutes les personnes qu’elle étudie comme des sujets, les différenciant ainsi de quelqu’un qui, comme eux, essaie de donner un sens aux événements. À cet égard, Kelly a laissé entendre que nous devons changer la nature de notre façon de voir la science si elle s’applique aux êtres humains.

Les prémisses de la théorie de la construction personnelle de George Kelly était simple, mais radicale. Il a déclaré que les gens ne connaissent jamais le monde directement, mais seulement à travers les images qu’ils en créent. Il conçoit ainsi l’être humain comme un scientifique qui construit et modifie ses connaissances et hypothèses avec expérience.

Ainsi, les constructions sont donc les cartes mentales que nous avons de la réalité, en plus de leurs contraires. Par conséquent, afin de définir ce qu’est quelque chose, il est nécessaire de découvrir ce qu’il n’est pas, selon la théorie de Kelly. Par exemple, être heureux pour moi peut être différent d’être heureux pour quelqu’un d’autre, selon la façon dont nous interprétons ce que cela signifie d’être émotionnellement mal.

La théorie des constructions personnelles de George Kelly nous invite à comprendre comment chacun de nous voit le monde. Au lieu d’utiliser des concepts psychologiques complexes pour comprendre les gens, ce courant de pensée tente de comprendre les gens selon leurs propres termes.

La théorie des constructions personnelles de Kelly suggère que les gens développent leurs constructions personnelles sur la façon dont le monde fonctionne. En d’autres termes, par des constructions, ils donnent un sens à ce qu’ils observent et expérimentent.

les constructions personnelles et George Kelly
La psychologie des constructions personnelles

Dans les années 1950, les perspectives comportementales et psychanalytiques prédominaient encore en psychologie. Kelly, d’autre part, voyait les gens comme des créateurs actifs de leur réalité. Cela était contraire aux idées des deux courants, dans lesquels le sujet ne peut pas faire grand-chose pour changer sa vision du monde.

Kelly a soutenu que, dès la naissance, nous développons un ensemble de constructions personnelles. Ce sont essentiellement des représentations mentales que nous utilisons pour interpréter les événements et donner un sens à ce qui se passe. Ils sont basés sur nos expériences et nos observations.

Au lieu de voir les êtres humains comme des sujets passifs à la merci des associations, des renforcements et des punitions qu’ils rencontrent dans leur environnement (comportementalisme), ou de leurs désirs inconscients et de leurs expériences d’enfance (psychanalyse), Kelly croyait que les gens jouent un rôle actif dans la façon dont ils recueillent et interprètent les connaissances.

Tout au long de notre vie, nous faisons des « expériences » qui mettent à l’épreuve nos croyances, nos perceptions et nos interprétations. Si ces expériences fonctionnent, elles renforcent nos croyances actuelles. Si elles ne fonctionnent pas, nous pouvons changer d’avis. Pour la théorie de la construction personnelle de Kelly, c’est fondamental.

Grâce à ce processus, nous faisons l’expérience du monde à travers le « prisme » de nos croyances. Nous les utilisons pour prédire et anticiper les événements, ce qui à son tour détermine nos comportements, nos sentiments et nos pensées.

Kelly a également soutenu que tous les événements qui se produisent sont ouverts à de multiples interprétations. Dans son travail, il les a qualifiés d’alternatives constructives. Lorsque nous essayons de donner un sens à un événement ou à une situation, nous pouvons aussi choisir la construction que nous voulons utiliser pour l’expliquer.

les constructions personnelles et le comportementalisme

Comment nous utilisons les constructions personnelles

Kelly a fait valoir que le processus d’utilisation des constructions mentales fonctionne de la même façon qu’un scientifique qui utilise une théorie prédéfinie. Tout d’abord, nous commençons par une hypothèse sur la raison pour laquelle une situation se produit. Nous la testons ensuite en appliquant la construction et nous prédisons le résultat que nous pensons obtenir de cette manière. Si nous avons raison, alors nous savons que la construction mentale est utile dans cette situation, et nous la gardons pour un usage futur.

Cependant, lorsque nos prédictions ne se réalisent pas, nous pouvons prendre trois chemins :

  • Reconsidérer comment et quand nous appliquons la construction
  • Modifier la construction
  • L’abandonner complètement

D’autre part, la récurrence d’une situation joue un rôle important dans la théorie des constructions personnelles. Les constructions naissent parce qu’elles reflètent des choses qui se répètent fréquemment dans notre expérience.

De plus, Kelly croyait que nos façons de voir le monde avaient tendance à être organisées de manière hiérarchique. Ainsi, les constructions plus basiques se trouvent à la base de cette hiérarchie, tandis que les constructions les plus complexes et abstraites se situent aux niveaux supérieurs.

Selon Kelly, les constructions sont bipolaires. En d’autres termes, chaque construction consiste essentiellement en une paire de visages opposés. Le côté qu’une personne applique à un événement est connu comme le pôle émergent. Celui qui ne s’applique pas, au contraire, est le pôle implicite.

Enfin, il est essentiel de se rappeler l’accent mis sur l’individualité dans la théorie des constructions personnelles. Les constructions sont intrinsèquement personnelles parce qu’elles sont basées sur les expériences de vie de chaque personne. Le système de croyances de chaque personne est unique et c’est la nature individuelle de ces expériences qui forme les différences entre les personnes.

 

La validité de la théorie des constructions personnelles

George Kelly a fait valoir que la validité de toute théorie réside dans son utilité. Dans le cas de sa théorie, son utilité a été prouvée dans des domaines très différents ; entre autres, linguistique, histoire, psychothérapie, administration, développement organisationnel, études de marché, sociologie, psychiatrie et psychologie.

Aujourd’hui, la théorie des constructions personnelles demeure vivante et active, avec des organisations qui effectuent des recherches aux États-Unis, en Europe et en Australie.