Qu'est-ce que l'arithmomanie ?

Le trouble obsessionnel-compulsif présente différentes manifestations, mais toutes conduisent à des actes qui finissent par limiter la vie de la personne. Cette fois, nous allons parler d'arithmomanie, un type de TOC lié aux nombres. Continuez votre lecture !
Qu'est-ce que l'arithmomanie ?
José Padilla

Rédigé et vérifié par Psychologue José Padilla.

Dernière mise à jour : 25 novembre, 2022

Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) est une affection souvent handicapante consistant en des pensées, des pulsions ou des images récurrentes, gênantes et intrusives qui provoquent une sensation d’inconfort. Pour réduire l’anxiété et la détresse associées à ces pensées, le patient peut recourir à des compulsions ou à des rituels. Le DSM-5 définit les compulsions par les points suivants :

  • Comportements répétitifs ou actes mentaux que la personne se sent poussée à accomplir en réponse à une obsession.
  • Les comportements ou les actes mentaux visent à réduire l’anxiété ou à prévenir une situation redoutée. Cependant, ces comportements ou actions mentales ne correspondent pas de manière réaliste à ce qu’ils veulent empêcher.

La cause du TOC est encore inconnue, mais il est probable qu’elle soit multifactorielle. On pense qu’il existe une prédisposition génétique, puisque 45 % à 65 % de ses variations sont attribuables à des facteurs génétiques. En fait, la recherche a montré que l’héritabilité de ce trouble est si élevée qu’elle va de 45 % à 65 % chez les enfants et de 27 % à 45 % chez les adultes.

Il a également été observé qu’une incapacité à faire face à l’incertitude, un sens aigu des responsabilités et la pensée magique semblent prédisposer aux habitudes obsessionnelles-compulsives.

Maintenant que nous avons un aperçu global du TOC, plongeons dans l’une de ses variantes les plus intéressantes : l’arithmomanie.

Femme appuyant sur un stylo
L’une des manifestations les plus courantes de l’arithmomanie consiste à compter des nombres, des mots ou des objets.

Qu’est-ce que l’arithmomanie ?

C’est un type de TOC qui se caractérise par la contrainte de compter des objets ou des actions et de faire des calculs mathématiques. La personne peut être submergée par une envie irrésistible de garder une trace des choses qui l’entourent. Ceux qui souffrent d’arithmomanie ne peuvent pas s’empêcher de compter des nombres, des objets, des mots ou même d’arrêter de répéter des actions un certain nombre de fois.

Ce TOC fonctionne comme un autre : une pensée inconfortable (obsession) envahit la personne, l’angoisse se déclenche et des actions ou rituels émergent (compulsions) comme mécanisme pour la neutraliser.

Faire appel à des rituels compulsifs est la principale stratégie que la personne obsessionnelle utilise pour faire face à son angoisse. Cependant, bien que cela puisse l’aider sur le moment, cela est très dommageable à long terme et produit plus de détresse que de ne pas exercer la compulsion.

Les manifestations les plus courantes

  • Compter les mots. La personne peut compter les mots dans une conversation, dans un texte…
  • Compter les objets. Il y a ceux qui comptent les marches qu’ils montent, les plaques d’immatriculation des voitures, la quantité de choses dans une pièce, etc.
  • Effectuer des calculs mathématiques. L’individu fait constamment des calculs arithmétiques : addition, soustraction, multiplication, entre autres.
  • Compter jusqu’à un certain nombre avant de faire quelque chose. Avant de sortir de chez elle, la personne doit compter jusqu’à 50, par exemple.
  • Répéter quelque chose plusieurs fois. Le sujet peut se regarder 3 fois dans le miroir, tourner 5 fois le café avant de le boire, se savonner les mains 3 fois…
  • Éviter un certain nombre. La personne évite un nombre (cela n’a rien à voir avec la superstition). Par exemple, elle doit se laver les mains 3 fois car le faire une fois la rendrait trop anxieuse.

D’autres exemples d’arithmomanie sont les suivants:

  • Compter les éléments d’une boîte.
  • Appuyer sur l’interrupteur pour allumer la lumière un certain nombre de fois.
  • Faire les choses un certain nombre de fois (nombre pair ou impair).
  • Vérifier que la porte de la maison est fermée un certain nombre de fois, etc.

L’arithmomanie affecte négativement la qualité de vie

Comme tous les TOC, l’arithmomanie peut affecter de manière significative la vie de ceux qui en souffrent. Ce trouble peut entraver la croissance et le développement social d’une personne.

Une étude a révélé une altération marquée dans tous les domaines spécifiques de la qualité de vie des patients TOC, y compris la capacité à travailler et à effectuer des tâches ménagères, le sentiment subjectif de bien-être, les relations sociales et la capacité à profiter des activités de loisirs par rapport aux normes communautaires.

Comme vous pouvez l’imaginer, l’arithmomanie est limitante car elle nécessite de porter constamment une attention particulière à l’environnement. Les conséquences les plus fréquentes sont les suivantes :

  • Ne pas pouvoir garder un emploi. Le fait de compter constamment rendra impossible le fait d’accomplir suffisamment les tâches assignées. Dans de nombreux cas, cela conduit à un licenciement pour mauvais rendement.
  • Isolement social. Parce que l’esprit est souvent occupé à compter, la personne est souvent inattentive à ses interactions sociales.
  • Anxiété. Nous avons déjà dit que la compulsion, à court terme, peut réduire l’anxiété. Cependant, à long terme, elle ne fait qu’en générer plus.
  • Dépression. Les sentiments de tristesse sont souvent récurrents dans ce type de trouble.
Homme triste à la fenêtre
L’exposition avec prévention de la réponse est la thérapie la plus efficace pour le TOC.

Interventions pour faire face à l’arithmomanie

L’identification précoce et l’intervention immédiate pour le TOC sont importantes. De plus, l’intervention peut être plus efficace lorsque le trouble est diagnostiqué tôt. Bien souvent, ceux à qui l’on diagnostique ce trouble connaissent une amélioration significative des symptômes avec un travail thérapeutique adéquat et opportun. Certains parviennent même à une rémission (Fenske & Schwenk, 2009).

  • Thérapie d’exposition avec prévention de la réponse. C’est un type de thérapie cognitive utilisé pour traiter le TOC. L’exposition avec prévention de la réponse vise à aider le patient à briser le cycle des obsessions et des compulsions pour améliorer sa qualité de vie globale. Ce type de thérapie encourage la personne à affronter ses peurs sans s’engager dans des comportements compulsifs.
  • Thérapie cognitivo-comportementale. Ce type de thérapie se concentre, entre autres, sur les distorsions cognitives, les pensées irrationnelles, les émotions et les comportements problématiques qui font partie du TOC.
  • Entretien motivationnel. L’utilisation de l’entretien motivationnel, comme cela a été démontré dans certaines études, augmente la participation à la thérapie et améliore les résultats pour les personnes atteintes de TOC.
  • Psychotropes. Il existe plusieurs types de médicaments qui peuvent être prescrits pour traiter le TOC. Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont le traitement médicamenteux initial préféré pour ce trouble. Les ISRS agissent en bloquant la recapture du neurotransmetteur de la sérotonine afin qu’il ne soit pas réabsorbé dans le neurone présynaptique qui l’a libéré.

Pour conclure, l’arithmomanie est un type de TOC lié au comptage ou à l’exécution de calculs mathématiques. C’est une condition assez limitante qui affecte la qualité de vie des gens.

Faire face au TOC peut être un défi, tant pour le patient que pour les membres de sa famille : c’est pourquoi il est nécessaire pour ceux qui en souffrent de recevoir le soutien d’un professionnel de la santé mentale.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que le TOC nocif ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Qu’est-ce que le TOC nocif ?

Les personnes atteintes de TOC blessants ressentent des pensées ou des images intrusives indésirables de blesser les autres autour d'elles.



  • Brock, H., & Hany, M. (2020). Obsessive-compulsive disorder. StatPearls. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK553162/#:~:text=Obsessive%2Dcompulsive%20disorder%20(OCD)%20is%20often%20a%20disabling%20condition,may%20employ%20compulsions%20or%20rituals.
  • Chacon, P., Bernardes, E., Faggian, L., Batistuzzo, M., Moriyama, T., Miguel, E. C., & Polanczyk, G. V. (2018). Obsessive-compulsive symptoms in children with first degree relatives diagnosed with obsessive-compulsive disorder. Brazilian Journal of Psychiatry40, 388-393.
  • Christiansen, S. (2022, 5 de mayo). What is Obsessive-Compulsive Disorder (OCD). Verywellhealth. https://www.verywellhealth.com/obsessive-compulsive-disorder-ocd-5084138
  • Eisen, J. L., Mancebo, M. A., Pinto, A., Coles, M. E., Pagano, M. E., Stout, R., & Rasmussen, S. A. (2006). Impact of obsessive-compulsive disorder on quality of life. Comprehensive psychiatry47(4), 270-275.
  • Fenske, J. N., & Schwenk, T. L. (2009). Obsessive compulsive disorder: diagnosis and management. American family physician80(3), 239-245.
  • Guy-Evans, O. (2022, March 15). Everything You Need to Know About Obsessive-Compulsive Disorder . Simply Psychology. www.simplypsychology.org/ocd.html
  • Krebs, G., & Heyman, I. (2015). Obsessive-compulsive disorder in children and adolescents. Archives of disease in childhood100(5), 495-499.
  • Veale, D., & Roberts, A. (2014). Obsessive-compulsive disorder. Bmj348, g2183.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.