Inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine

15 avril 2018 dans Psychopharmacologie 31 Partagés
Inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine

Au cours des dernières décennies, de nombreuses études ont montré l’existence d’une série de médicaments efficaces pour augmenter l’effet de différentes interventions en diminuant l’intensité ou la fréquence de certains symptômes. C’est le cas des inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine (ISRS), utilisés principalement dans le traitement de la dépression.

Vous avez certainement entendu parler de certains inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine. Ces médicaments se présentent avec le nom de citalopram, escitalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline, etc. Certains vous sont-ils familier ?

Les inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine est une étiquette qui englobe une série de médicaments ayant un objectif commun. Ils ont généralement été utilisés comme antidépresseurs dans le traitement des troubles dépressifs, des troubles de l’anxiété et de certains troubles de la personnalité.

Les médicaments contre la dépression

Cependant, les ISRS ne sont pas les seuls antidépresseurs qui existent. Les médicaments antidépresseurs ont été introduits dans l’utilisation clinique en psychiatrie à partir de 1957. Lors de la décennie suivante, la plupart des antidépresseurs appelés tricycliques (ADT) furent développés. En parallèle, les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) ont également été utilisés.

homme perturbé

Les antidépresseurs tricycliques atteignent la rémission ou l’amélioration des symptômes dépressifs dans plus de 65% des cas. Cependant, leurs effets secondaires sont également nombreux. Il s’agit d’un inconvénient par rapport aux autres types d’antidépresseurs.

Les antidépresseurs, contrairement aux stimulants (amphétamines, méthylphénidate…), ne font qu’améliorer l’humeur chez les personnes initialement déprimées. Ils n’améliorent pas l’humeur chez les sujets sans dépression.

Quels médicaments antidépresseurs existent-ils ?

Les principaux types d’antidépresseurs actuellement utilisés sont les suivants :

  • Tricycliques (ADT). Ils sont nommés ainsi pour leur structure chimique.
  • Inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine (ISRS). Ils regroupent différents principes avec différentes structures chimiques. Ils agissent sur les récepteurs présynaptiques de la sérotonine en inhibant sélectivement  sa réabsorption.
  • Inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN). Ils inhibent de manière non sélective les récepteurs présynaptiques de sérotonine et de noradrénaline en même temps.
  • Inhibiteurs de la monoamine oxydase irréversible (IMAO) et réversible (RIMA). Ils inhibent l’enzyme monoamine oxydase, responsable du métabolisme des amines biogènes.
  • Noradrénergiques et sélectivement sérotoninergiques (NaSSA). Ils provoquent une augmentation de la noradrénaline et de la sérotonine dans l’espace intersynaptique.
  • Inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la noradrénaline (IRSN). Son action est principalement limitée à la noradrénaline.
  • Inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la dopamine (ISRD). Ils sont dirigés vers la dopamine.

Nous nous concentrerons dans cet article sur les inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine (ISRS). Mais d’abord, voyons ce qu’est la sérotonine.

La sérotonine, le neurotransmetteur qui nous fait nous sentir bien

La sérotonine est une substance chimique produite par le corps humain, qui transmet des signaux entre les nerfs, fonctionne comme un neurotransmetteur. Elle est considérée par certains chercheurs comme la substance chimique responsable du maintien de l’équilibre de notre humeur, de sorte que le déficit de la sérotonine provoquera la dépression.

La sérotonine a un effet modulateur général et inhibiteur comportemental. Ce neurotransmetteur affecte la plupart des fonctions cérébrales. Nous pourrions dire que la sérotonine est “l’hormone du plaisir”, outre le fait d’être “l’hormone de l’humour”.

La fonction sérotoninergique est fondamentalement inhibitrice. Elle exerce une influence sur le sommeil et est également liée aux humeurs, aux émotions et aux états dépressifs. Elle affecte le fonctionnement vasculaire ainsi que la fréquence cardiaque.

Il existe une relation étroite entre la dépression et la sérotonine. Cependant, les scientifiques ne sont toujours pas certains de savoir si les niveaux réduits de sérotonine contribuent à la dépression, ou a contraire, si la dépression provoque une diminution des niveaux de sérotonine.

sérotonine

Comment fonctionnent les inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine ?

Les inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine bloquent la réabsorption (recaptage) de la sérotonine. Ainsi, les niveaux de sérotonine entre les neurones augmentent dans l’espace intersynaptique, ce qui produit une régulation à la baisse des récepteurs 5HT1A. Après avoir réduit le nombre de récepteurs 5HT1A, le neurone reste “désinhibé” pour libérer davantage de sérotonine dans l’espace synaptique.

Cette augmentation des niveaux de sérotonine dans l’espace intersynaptique (fente synaptique) peut améliorer l’humeur d’une personne. En outre, les ISRS sont appelés sélectifs car ils affectent principalement la sérotonine, et non d’autres neurotransmetteurs.

Tout ce qui brille n’est pas or

Tous les inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine agissent de manière similaire. Comme avec tous les médicaments, certains effets secondaires sont fréquents, ce qui ne signifie pas qu’ils doivent nécessairement apparaître pendant le traitement.

En fait, certains des effets secondaires peuvent disparaître après les premières semaines de traitement, tandis que d’autres peuvent amener notre médecin à décider de changer de traitement. Si nous ne pouvons pas tolérer un ISRS, nous pouvons en tolérer un autre, car leur composition chimique varie.

Dans la mesure où tout ce qui brille n’est pas or, les effets secondaires possibles des inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine peuvent inclure, entre autres :

  • Somnolence
  • Nausée
  • Bouche sèche
  • Insomnie
  • Diarrhée
  • Nervosité, agitation ou préoccupation
  • Vertiges
  • Problèmes sexuels, tels que diminution du désir sexuel ou difficulté à atteindre l’orgasme ou incapacité à maintenir une érection (dysfonction érectile)
  • Maux de tête
  • Vision trouble

femme pensive

Comme nous avons pu le constater, les inhibiteurs sélectifs de réabsorption de la sérotonine sont des médicaments spécialement conçus pour la dépression. Ils peuvent toutefois avoir d’autres indications (traitement à long terme de l’anxiété et du trouble obsessionnel-compulsif).

Ces médicaments ne sont pas exempts d’effets secondaires, bien qu’ils en aient moins que dans d’autres antidépresseurs, tels que les IMAO ou les ADT. Si vous pensez avoir besoin de médicaments, la première chose à faire est de consulter votre médecin.  Rappelez-vous que l’automédication peut résulter très dangereuse.


A découvrir aussi