Qu’est-ce que la dopamine et quelles sont ses fonctions ?

5 janvier 2018 dans Psychologie 181 Partagés

La dopamine est l’un des neurotransmetteurs les plus connus de notre système nerveux. Il est connu comme le neurotransmetteur du plaisir. Sa fonction principale est d’activer les circuits de récompense du cerveau, mais il intervient également à d’autres niveaux moins connus. La dopamine agit à la fois en activant ou en inhibant l’activité cérébrale selon l’endroit où elle est libérée.

Tout d’abord, il faut savoir que les neurotransmetteurs sont des biomolécules qui sont libérées dans les synapses des neurones avec pour effet de transmettre ou d’altérer la transmission de l’information. Dans le cas de la dopamine, les neurones dopaminergiques sont responsables de la libération et de la production de ce neurotransmetteur.

La dopamine est synthétisée à partir d’un l’acide aminé, la tyrosine, et est stockée dans les vésicules synaptiques aux extrémités des neurones dopaminergiques. Ces neurones se trouvent principalement dans une partie de notre cerveau appelée la substance noire. De là, ces neurones s’étendent dans différents endroits, chacun avec une fonction différente. Voyons quelles sont ces endroits et leurs fonctions.

Voie dopaminergique mésolimbique

Ici se trouvent les neurones qui se projettent dans les différentes zones du système limbique, comme le noyau accumbens. Le système limbique est le principal responsable des processus émotionnels de notre cerveau. Ici, la dopamine remplit des fonctions importantes dans divers comportements émotionnels.

L’une de ces fonctions est la gestion du système de récompense du cerveau. Lorsque nous effectuons des actions que notre corps perçoit comme bénéfiques, la dopamine est libérée par cette voie. Créer un sentiment subjectif de plaisir nous conduit à reproduire ces comportements. Ces comportements vont de ceux biologiquement programmés, tels que l’étanchement de la faim ou de la soif, à ceux qui sont purement sociaux et appris.

système limbique

L’addiction induite par les drogues existe parce qu’elles stimulent le circuit de récompense de façon très intense. Notre cerveau estime de ce fait la consommation de ces substances comme bénéfique, ce qui nous pousse à recommencer.

Voies dopaminergiques mésocorticales

Ce sont les voies qui se projettent vers le cortex préfrontal de notre cerveau. Cette zone est en charge des aptitudes d’exécution, c’est à dire celles qui ont trait à la planification et à la prise de décision. La dopamine agit dans cette zone en générant des alternatives, le choix de la plus appropriée et nous dirigeant vers elle.

Un déficit de dopamine dans cette zone (comme dans le cas de la schizophrénie), provoque un fort ralentissement cognitif. L’individu cesse de réagir aux stimuli externes et ne semble pas se soucier de quoi que ce soit. D’autres altérations dans cette zone sont liées à d’autres troubles tels que le TDAH ou la dépression.

Voie dopaminergique nigro-striatale

Les axones de ces neurones dopaminergiques se projettent dans les ganglions à la base de notre cerveau. Cette voie fait partie du système nerveux extrapyramidal, qui est responsable du contrôle des mouvements moteurs de notre corps.

La carence en dopamine produit ici des troubles du mouvement typiques de la maladie de Parkinson, caractérisés par une rigidité, des tremblements ou des mouvements lents. Et une hyperactivité de la dopamine dans cette zone provoque des troubles hyperkinétiques, tels que la chorée ou les tics.

Voie dopaminergique tuberculino-fibulaire

Cette voie, au lieu de prendre naissance dans la substance noire comme les autres, part des neurones de l’hypothalamus à l’hypophyse antérieure. Elle est responsable de la régulation de la libération d’une hormone célèbre, la prolactine: responsable de la production de lait après l’accouchement.

Normalement, cette voie est active et la dopamine est responsable de l’inhibition de la prolactine. En post-partum, cependant, l’activité de ces neurones diminue, ce qui déclenche une libération importante de prolactine. Cela permet par conséquent le développement de l’allaitement. Des altérations de ce mécanisme peuvent produire une galactorrhée (sécrétion mammaire), une aménorrhée (absence de règles) ou un dysfonctionnement sexuel.

Voie dopaminergique thalamique-

C’est une voie qui innerve le thalamus chez les primates et a pour origine différentes zones du cerveau. Sa fonction concerne toujours des questions importantes, mais des études suggèrent qu’elle pourrait être liée aux facteurs de régulation du sommeil et aux mécanismes de maintien de l’éveil. A ce jour, il n’y a aucune indice concernant les conséquences d’éventuelles carences en dopamine dans cette zone.

femme dormant seule

La complexité de la dopamine

Bien que ce neurotransmetteur soit connu pour son implication dons la sensation de plaisir et de récompense, il remplit de nombreuses autres fonctions. Ainsi, il participe à la régulation des aspects moteurs ou même à la production du lait pendant la période de lactation.

Connaître la complexité de nos neurotransmetteurs nous aide à mieux comprendre le fonctionnement de notre cerveau. Une connaissance qui est essentielle pour le développement de traitements ou de médicaments pour aider à contrôler les possibles déséquilibres en ces substances dans différentes zones de notre système nerveux.

A découvrir aussi