La vie offre peu de récompenses et de punitions, mais beaucoup de conséquences

24 juillet 2017 dans Psychologie 168 Partagés

Nos actes et nos pensées entraînent des conséquences. Accepter cette approche est ce qui nous permet de prendre les rênes de notre vie avec détermination, pour créer un joli dessin, et pour ne pas nous laisser emporter par les fluctuations capricieuses du destin. Car dans le quotidien, il n’existe ni récompense, ni punition. Ce sont des conséquences qui interviennent selon nos actes ou nos omissions.

John Green disait, dans le livre jeunesse À la recherche de l’Alaska, que nous devrions être plus conscient-e-s de la chaîne de conséquences qu’entraînent les plus petits de nos actes. L’apprécier, s’en rendre compte n’est pas simple. Beaucoup d’entre nous ont été éduqué-e-s sous le paradigme comportemental, où il suffit d’appuyer sur le bouton bleu et d’éviter le rouge pour que les choses se passent bien et pour que la vie nous récompense d’elle-même.

« Si tu t’énerves, pense aux conséquences ».

-Confucius-

Mais le quotidien ne connaît ni les boutons rouges ni les boutons bleus, la vie ne récompense pas, ni ne punit. Ce qui existe, cependant, ce sont les nuances, les cordes très fines sur lesquels il suffit de souffler pour les faire vibrer, pour tout faire bouger et pour entraîner un impact sur notre réalité. Accepter notre responsabilité face à chaque mot prononcé, chaque comportement, chaque vide provoqué, chaque omission, chaque acte ou pensée intériorisée est ce qui nous permet d’avoir une meilleure maîtrise de notre réalité.

Accepter cette perspective très tôt dans la vie peut sans aucun doute nous aider à atteindre des succès et à construire des relations beaucoup plus significatives.

Indices à interpréter et conséquences à évaluer

Terrence Deacon est un célèbre neuro-anthropologue qui est aujourd’hui membre du département de science cognitive de l’Université de Californie, Berkeley. L’un de ses livres les plus intéressants s’intitule L’Espèce symbolique. Dedans, il nous rappelle ce pouvoir latent que nous avons tou-te-s et auquel nous consacrons si peu de temps ou d’efforts. Il s’agit de notre capacité à analyser tranquillement, à penser aux causes qui ont provoqué les faits et à anticiper les possibles conséquences en lien.

Le professeur Deacon nous indique que notre quotidien n’est pas fait de stimulations face auxquelles réagir, comme le pensent les comportementaux. Car, dans la vie, on ne nous donne pas toujours des récompenses ou des punitions selon ce que nous faisons ou cessons de faire. Dans notre entourage, se trouvent des « indices » qu’il faut savoir interpréter pour générer de bonnes réponses. Pour y parvenir, nous avons besoin de volonté et d’une sagesse accrue, pour donner une signification logique et pertinente aux symboles complexes qui nous entourent.

Par exemple, si lorsque vous arrivez au travail, vous voyez un-e collègue qui pleure sur son bureau, vous n’allez pas aller voir votre directeur-trice pour lui dire qu’aujourd’hui, l’un-e de ses employé-e-s ne sera pas très productif-ve. Généralement, on se demande quelle est la cause de son état émotionnel et ensuite, on réfléchit à une manière de lui offrir un soutien réel, une aide utile.

Le professeur Deacon nous rappelle aussi que nous devons toujours rechercher la sagesse. Pour cela, il est important d’accepter que nous sommes faillibles et que parfois nous avons de la chance dans nos réponses et nos actions. D’autres fois, à l’inverse, nous nous trompons et nous n’avons pas d’autre solution que d’accepter la responsabilité de nos actes.

Car la vie revient à essayer de jouer un morceau de musique avec des gants de cuisine. Nous voulons appuyer sur une touche de piano pour faire un son parfait, mais sans le vouloir, nous appuyons sur cinq touches en même temps, ce qui donne un son maladroit, inadapté et désaccordé. Mais petit à petit, et avec la pratique quotidienne, nous devenons un musicien habile, capable de transmettre la mélodie que nous avons en tête. Au final, nous n’appuyons plus que sur les bonnes touches.

Lisez aussi : Le destin met beaucoup de personnes sur votre chemin, seules les meilleures restent

Apprenez à donner forme à votre réalité

Pensez que tout ce que nous faisons et pensons a une série de conséquence et cela peut faire peur dans un premier temps. À présent, loin de voir cette relation comme une relation déterministe, comme la classique relation « cause-effet », nous devons la voir un prisme beaucoup plus large et plus riche. Comprenez que notre existence est un merveilleux jeu d’exploration et de création. Comprenez aussi que sur cet échiquier, il est nécessaire de connaître les normes et les règles qui orchestrent chaque acte, chaque événement.

« La liberté, finalement, n’est que la capacité à vivre avec les conséquences de ses propres décisions ».

-James Mullen-

Ces normes sont faciles à accepter et les voici. Nous vous proposons d’y réfléchir :

  • Vous avez la capacité d’améliorer votre vie, pour cela, sachez ce que vous voulez obtenir et quels sont les moyens dont vous avez besoin pour y parvenir.
  • Comprenez qu’il y a des choses, des faits et des personnes que nous ne pouvons pas changer : nous devons les accepter telles qu’elles sont.
  • Apprenez de vos erreurs, de vos échecs et de vos pertes.
  • Soyez réceptif-ve à tout ce qui vous entoure, soyez pro-actif-ve, créatif-ve et courageux-se.
  • Soyez respectueux-se et soyez capable de voir votre réalité comme un tissu délicat où chaque chose que vous faites et dites peut avoir un impact déterminé qui peut même ensuite vous affecter d’une manière ou d’une autre.

Pour finir, et ce n’est pas moins important, comprenez aussi que la vie n’a pas de plan conçu à l’avance pour vous. Avec nos responsabilités et notre volonté, nous donnons forme à notre destin. Nous pouvons, finalement, être les architectes d’un futur plus comblé, plus digne, plus beau.

Lisez aussi : Ne pas s’aimer soi-même : quelles conséquences ?

A découvrir aussi