Pourquoi est-ce que je prends la responsabilité des problèmes des autres ?

« Pourquoi est-ce que je prends la responsabilité des problèmes des autres ? » Pour certaines personnes, malgré l'usure impliquée, cela semble être une tendance inévitable. Dans cet article, nous voulons explorer ce qui se cache derrière.
Pourquoi est-ce que je prends la responsabilité des problèmes des autres ?
Laura Ruiz Mitjana

Rédigé et vérifié par le psychologue Laura Ruiz Mitjana.

Dernière mise à jour : 11 novembre, 2022

Vous êtes-vous déjà demandé « pourquoi est-ce que je prends la responsabilité des problèmes des autres » ? Si vous sentez que vous êtes trop impliqué dans ce qui arrive aux autres, mais trop peu dans ce qui vous préoccupe, vous souffrez peut-être du syndrome du sauveur.

Nous allons ici vous dire en quoi cela consiste et quelles autres causes se cachent derrière cette tendance ou besoin inconscient de toujours aider les autres (au point de se sentir hyper-responsable).

Les principales causes de la prise en charge des problèmes des autres

Peut-être assumez-vous les problèmes des autres par excès d’empathie, parce qu’il vous est difficile de dire « non », du fait de votre forte tendance à aider… mais il y a peut-être autre chose derrière (lorsque ces aides sont « excessives » ou nous causent du mal-être).

Ainsi, au-delà de ce qui a été évoqué, voici les causes possibles qui expliquent pourquoi vous assumez la responsabilité des problèmes des autres (alors qu’en réalité, ce ne devrait pas être à vous de le faire) :

Amis parlant dans la rue

1. Syndrome du sauveur et manque de confiance envers les autres

Le concept de syndrome ou complexe du sauveur est utilisé pour parler de ces personnes qui ont tendance à assumer la responsabilité des problèmes des autres. Elles se placent en position paternelle ou maternelle devant les autres qui sont leurs pairs, qu’ils soient leurs partenaires, amis ou collègues.

Cependant, cette attitude cache souvent un manque de confiance dans la capacité des autres à assumer et résoudre leurs propres problèmes. Ce sont des personnes qui considèrent qu’elles seules ont la capacité, les ressources ou les outils pour résoudre les problèmes des autres.

Il peut aussi y avoir une base traumatique dans la genèse de ce syndrome, par exemple si dans l’enfance les parents n’en ont pas pris la responsabilité (ou si l’on a dû « prendre en charge » les parents dès le plus jeune âge, soit à cause d’une situation de négligence, ou parce que les parents ou d’autres proches étaient malades, etc.).

2. Attachement insécure dans l’enfance

Le type d’attachement construit dans l’enfance influence également l’apparition de ce syndrome. Ainsi, si nous avons développé un attachement insécure par rapport à nos modèles principaux, ce qui affecte directement nos relations avec les autres à l’âge adulte, nous pouvons finir par développer ce syndrome du sauveur.

Ce serait quelque chose comme « ils n’ont pas été à mes côtés quand j’en avais besoin, c’est pourquoi maintenant, pour combler ce manque, j’essaie d’aider tout le monde » (inconsciemment, bien sûr).

3. Dépendance

Comme nous l’avons dit, la façon dont nous nous lions à l’âge adulte en dit long sur la façon dont nous avons construit notre attachement avec nos parents dans l’enfance, et cela a à voir avec la satisfaction de nos besoins physiques et émotionnels.

Les attachements insécures, qui apparaissent parce que cet attachement n’a pas été de qualité, soit parce que nous avons reçu des messages contradictoires de nos parents, parce que nos besoins n’ont pas été satisfaits, parce qu’ils étaient parfois disponibles et d’autres fois non… nous font construire, bien souvent, des relations de dépendance avec les autres.

Et dans ces dynamiques dépendantes peut aussi se créer le « besoin » de prendre la responsabilité des problèmes des autres. C’est comme si nous avions besoin que l’autre ait aussi besoin de nous pour nous sentir comblés et satisfaits. Ainsi, « si je prends en charge les problèmes des autres », l’autre finit aussi par développer une dépendance vis-à-vis de nous, car nous finissons toujours par résoudre ses problèmes.

4. Incapacité à fixer des limites

Le manque d’assertivité peut aussi expliquer le fait que nous assumions – de manière excessive – les problèmes des autres. Ainsi, si nous ne savons pas dire « non » et fixer des limites et, en plus, que d’autres en profitent, nous finissons par assumer comme nos propres problèmes des problèmes qui, en réalité, ne le sont pas.

5. Une façon de ne pas s’occuper de nos problèmes

D’autre part, si je prends la responsabilité des problèmes des autres, alors je n’assume pas les miens. Ce temps que nous consacrons aux autres, nous ne le consacrons pas à nous-mêmes, à ce qui se passe dans notre monde personnel.

Ainsi, manifester cette tendance à assumer les problèmes des autres comme les nôtres peut être une manière – consciente ou inconsciente – de ne pas affronter nos propres problèmes.

Homme parlant à son partenaire

Je prends la responsabilité des problèmes des autres et je veux changer cela

Une chose est de se soucier des autres, de chercher à aider, et l’autre est d’être hyper-responsable de ce qui « ne nous incombe pas », au point de se surcharger.

Si vous avez détecté que vous assumez la responsabilité des problèmes des autres, que cela vous met mal à l’aise et que vous voulez commencer à faire des changements dans votre vie, la bonne nouvelle est que vous avez déjà parcouru une bonne partie du chemin : vous vous en êtes rendu compte. Une fois que vous avez identifié ce comportement, voici quelques conseils qui peuvent vous aider :

  • Réfléchissez à la cause : pourquoi le faites-vous ? Les causes expliquées peuvent vous aider à mieux comprendre votre situation.
  • Identifiez les facteurs qui entretiennent cette situation : peut-être une dépendance affective ? Une faible estime de soi ? Le besoin d’être utile à quelqu’un ?
  • Notez vos problèmes sur une feuille, dans une colonne et, à côté d’eux, les problèmes des autres ; commencez à différencier cette ligne qui sépare la vôtre des autres.
  • Travaillez votre assertivité pour apprendre à vous fixer des limites et à dire « non ».
  • Cherchez à renforcer votre estime de soi par d’autres actions qui ne dépendent que de vous et qui ne sont liées qu’à vous.
  • Commencez par de petits changements : essayez de ne pas prendre la responsabilité de l’un de ces problèmes ; ne soyez pas « en contrôle » et voyez comment vous vous sentez.
  • Demandez de l’aide professionnelle si vous sentez que vous en avez besoin.
Cela pourrait vous intéresser ...
Les absorbants, des personnes qui absorbent les problèmes des autres
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les absorbants, des personnes qui absorbent les problèmes des autres

Qu'est-ce que les absorbants ? Découvrons ce qui caractérise les personnes qui absorbent, et les dangers de cette pratique.



  • Castelló, J. (2000, March). Análisis del concepto dependencia emocional. In I Congreso Virtual de Psiquiatría (Vol. 5, No. 8).
  • Gaeta González, Laura; Galvanovskis Kasparane, Agris. (2009). Asertividad: Un análisis teórico-empírico. Enseñanza e Investigación en Psicología, 14(2), 403-425. Consejo Nacional para la Enseñanza en Investigación en Psicología A.C. Xalapa, México.
  • Morales, J.F. (2007). Psicología social. Editorial: S.A. McGraw-Hill / Interamericana de España.