Le syndrome du sauveur

· 21 septembre 2018

Aider les autres est l’un des comportements qui jouit d’une grande reconnaissance sociale. En général, lorsque nous sommes altruistes, nous améliorons la vie de l’autre personne. C’est donc pour cela que sur le plan social, il s’agit de l’une des façons d’agir les plus récompensées. Cependant, est-ce toujours une bonne chose d’aider les autres? L’existence du syndrome du sauveur semble remettre cette idée en cause.

Le syndrome du sauveur est une condition psychologique qui fait qu’une personne ressent constamment le besoin d’aider les autres. Cette façon d’être pousse l’individu à agir de façon un peu extrême et ses actes peuvent même devenir très nocifs.

Dans cet article, nous essayerons de comprendre en quoi consiste cette façon d’être. Vous pourrez ainsi l’identifier chez vous et chez les autres personnes. Et vous pourrez aussi éviter des situations au cours desquelles l’aide peut devenir très nocive pour les autres.

En quoi consiste le syndrome du sauveur

Selon la définition officielle, une personne souffrant du syndrome du sauveur ressent constamment le besoin de sauver les autres. Ces personnes ont souvent tendance à chercher des individus qui ont besoin d’aide et d’assistance et sacrifient même leurs propres besoins, désirs et aspirations.

Le problème est que ces caractéristiques peuvent facilement déboucher sur la création de relations toxiques. En général, les personnes qui souffrent de ce complexe ont tendance à vivre des relations de couple co-dépendantes. Dans la majorité des cas, il s’agit de l’un des pires types de relation qui puisse exister.

main tendue et syndrome du sauveur

Dans ces relations, l’un des individus a constamment besoin de l’aide de l’autre pour se sentir bien. Il pense qu’il ne peut pas vivre sans cette personne. Le sauveur, lui, se sent plus fort grâce à la dépendance de son/sa conjoint-e. Mais au bout d’un certain temps, il finira par se lasser et se sentir limité par le besoin de l’autre.

Ainsi, dans un couple co-dépendant formé par le syndrome du sauveur, aucun des membres n’est réellement heureux. La personne accro à l’amour aura de moins en moins d’estime de soi et de confiance en soi tandis que l’autre se sentira étouffé et rejettera la faute sur son/sa conjoint-e.

Il faut souligner que cette dynamique ne se produit pas seulement dans les relations de couple. Il est possible de la voir apparaître entre des amis, des membres de la famille, des collègues de travail… Cependant, elle a généralement lieu dans le domaine des relations amoureuses.

Comment éviter cette dynamique

Vous allez maintenant trouver une série de clés qui vous aideront à éviter de former des relations de co-dépendance. Si vous pensez que, dans une certaine mesure, vous souffrez de ce syndrome du sauveur, les appliquer à votre vie pourra vous être d’une grande aide.

  • Souvenez-vous que vous n’êtes responsable que de vous-même. Chaque personne doit prendre les rênes de sa propre vie, de ses émotions et de ses actions. Vous n’êtes pas obligé-e de sauver les gens si cela ne vous rend pas heureux-se.
  • Apprenez à dire non. Pour beaucoup de personnes, refuser de faire ce qu’un proche leur demande est extrêmement difficile. Cependant, ne pas le faire mène inévitablement à la dépendance et au ressentiment. Dominer des techniques comme l’assertivité peut donc énormément vous aider à améliorer vos relations.
  • Fixez des limites. Si vous avez des caractéristiques liées au complexe du sauveur, cela veut sûrement dire que vous aimez aider les autres. Vous devez donc savoir jusqu’où vous pouvez aller. Y a-t-il quelque chose que vous n’appréciez pas particulièrement? À quel moment le fait d’aider les autres devient-il trop lourd pour vous?
  • Votre bonheur est votre priorité. Nous avons toujours grandi avec l’idée que se préoccuper de son propre bien-être avant celui des autres est un peu égoïste. Or, si une action va vous rendre malheureux-se, la réaliser n’a aucun sens. Si vous voulez vraiment aider, essayez de trouver une façon de le faire en évitant de souffrir.
syndrome du sauveur

En définitive, si vous voulez vous libérer du syndrome du sauveur, vous devez vous examiner de manière complètement honnête. Ce n’est qu’en le faisant et en vous rappelant que vous êtes responsable de votre bonheur que vous pourrez créer et entretenir des relations qui vous apportent du bien-être.