Les personnes hypersensibles et le monde du travail : un environnement complexe

20 janvier 2017 dans Psychologie 0 Partagés

Les personnes hypersensibles perçoivent très souvent l’environnement du travail comme un terrain hostile et complexe. La compétitivité, la rigueur structurelle, les critiques, les sons et les conversations forcées épuisent totalement leur esprit et leur énergie. Et ce n’est que rarement qu’on apprécie leurs exceptionnelles capacités.

Daniel H. Pink est un expert dans le champ de la motivation au travail et auteur de plusieurs livres à succès sur le monde de la psychologie appliquée aux affaires. Selon lui, le futur appartient à « l’hémisphère droit ». Nous en sommes arrivé-e-s à un point où la systématisation, l’informatique et l’automatisation se transforment pour laisser place à de nouvelles compétences connues sous le nom de « grandes qualités ». C’est là qu’on intègre l’intuition, la créativité et l’empathie.


Ne méprisez la sensibilité de personne. La sensibilité de chacun, c’est son génie.

-Charles Baudelaire-


Nous savons bien qu’aujourd’hui, ces nouveaux environnement de travail ne s’apprécient pas, ne se voient pas et ne se trouvent pas facilement. Les personnes hypersensibles doivent souvent s’intégrer dans un contexte très structuré et qui ne leur facilite pas la vie, où elles sont incapables de « s’épanouir » au niveau professionnel.

C’est pour cette raison qu’elles sont épuisées physiquement et émotionnellement du fait de leurs efforts continus pour cadrer à un contexte peu simple et même contraire à leur essence ainsi qu’à leur personnalité. Une réalité délicate dont nous voulons vous parler par la suite.

persona-altamente-sensible

Les personnes hypersensibles et leurs problèmes dans le monde du travail

Le docteur Elaine Aron, experte dans le thème de l’hypersensibilité, nous indique qu’en réalité, peu de personnes hypersensibles se sentent vraiment bien dans leur travail. En fait, dans de nombreux contextes de travail, on voit la sensibilité comme une dimension passive et peu utile à l’organisation.

D’un autre côté, nous savons que toute personne, hypersensible ou non, a besoin de se sentir valorisée et respectée dans son travail pour être productive, pour donner le meilleur d’elle-même. Cependant, l’hypersensibilité a besoin de quelque chose de plus que tout cela. Elle a besoin d’un « habitat » personnel où elle pourrait germer, où elle pourrait se sentir bien émotionnellement et psychiquement. Elle a besoin de syntoniser son cœur à un contexte.

hombre-con-globos

Les principaux problèmes des environnements de travail actuels pour l’hypersensibilité

La personne hypersensible est comme un « radar ». Toute altération, tout désaccord ou tout dysfonctionnement dans le climat de travail seront d’abord perçus par la personne hypersensible. Ces situations la soumettent à un état d’anxiété permanent.

  • Un environnement de travail avec une lumière et des bruits excessifs où l’interaction personnelle est continue suppose une surexcitation pour son système neuronal. Elle se sentira épuisée très rapidement.
  • Un autre aspect singulier, c’est que l’hypersensibilité est capable d’anticiper toute nécessité qui surgit dans l’environnement de travail. Une chose comme cela fait que la personne en arrive à assumer des responsabilités d’autres personnes. Mais elle ne le fait pas pour le simple besoin de plaire aux autres : elle comprend que cela doit être fait. Ceci, sur le long terme, fait grossir de plus en plus sa charge déjà élevée.
  • De son côté, le département de Ressources Humaines ne fait pas toujours attention au climat de travail et n’est pas non plus réceptif à ce type de subtilités qui enveloppent les personnes hypersensibles. En outre, généralement, on a des a priori sur ce type de personnalité. À savoir : elles sont vulnérables, n’ont aucune capacité de réussite et encore moins de compétences en matière de leadership.

Une idée complètement fausse que nous allons maintenant éclaircir.

Le futur des organisations intelligentes et de l’hypersensibilité

Nous l’indiquions au début ; le modèle actuel des grandes entreprises et autres organisations est en plein changement. On a besoin d’un capital humain plus intuitif, créatif et sensible à l’environnement pour anticiper ce dont a besoin la société. Cette supposée distorsion culturelle à l’égard des personnes hypersensibles comme un secteur « passif » commence à changer.

  • L’hypersensibilité est un outil précieux pour percevoir et anticiper de nouveaux marchés. Les personnes hypersensibles sont capables de faire preuve de beaucoup plus d’empathie avec le client pour savoir ce dont il a besoin.
  • Les entreprises du futur cherchent à mieux gérer la diversité de leur personnel. Les environnements de travail ne cherchent désormais plus à avoir une armée de « professionnels identiques ». Elles ont maintenant besoin de personnes capables d’apporter un capital humain unique et exceptionnel. Voilà pourquoi la créativité et l’intuition sont deux stratégies très puissantes.

chica-con-la-mano-en-la-luz

Les personnes hypersensibles intègrent aussi cette aptitude connue comme de « grande qualité » que nous avons signalée au début. Il s’agit d’une dimension qui caractérise à son tour les bons dirigeants. Car à la surprise générale, les personnes hypersensibles disposent d’un profil idéal pour cela : elles sont visionnaires, intuitives et capables de voir en perspective, jamais de forme atomique, tordue ou réductionniste.

Elles sont réfléchies et créent un bon climat social. Elles sont également attentives, recherchent l’excellence dans tout ce qu’elles font et favorisent cet esprit conscient et novateur qui, sans doute, sera la clé du futur de nombreuses organisations. Il faut juste croire suffisamment en soi-même pour que, tôt ou tard, le monde découvre tout ce que peut offrir ce regard qui comprend la vie à partir du cœur et à travers l’hémisphère droit.

A découvrir aussi