Mythes sur le deuil : les pièges habituels dans la gestion de la perte

· 26 juillet 2018

Il existe autant de deuils que de pertes importantes. Chaque personne les vit de façons très diverses. Cependant, comme cela se produit pour de nombreux phénomènes, certains mythes sur le deuil restent bien présents et devraient être précisés parce qu’ils conditionnent en grande partie les émotions qui accompagnent la perte.

Beaucoup des croyances que nous avons apprises tout au long de la vie ont été construites sur la base de mythes qui nous rendent vulnérables. Être conscients de la douleur produite par la perte ne nous affaiblit pas. Cela nous aide, au contraire, à considérer cette réponse si humaine et adaptative comme naturelle.

Mythes sur le deuil

Les pertes et tout ce qu’elles impliquent font partie de la vie. Cependant, le deuil qui accompagne ces pertes est souvent mal compris. Il est donc nécessaire de revoir ces mythes qui continuent à vivre dans l’inconscient collectif :

  • Vous devez être fort. Déterrons l’idée selon laquelle la tristesse est un sentiment propre aux faibles et aux personnes peu résilientes. Pour ne pas projeter cette image de fragilité, nous mettons précisément des masques tandis que nous nous noyons intérieurement. Nous le faisons si bien que l’exercice d’empathie devient impossible; il est donc beaucoup plus compliqué que quelqu’un nous aide.
  • Le deuil est comme une dépression. Il est vrai que ces deux phénomènes ont des points communs, comme les larmes, la profonde tristesse, l’apathie, le détachement… Mais nous devons nous rappeler que le deuil est une réaction normale face à une perte significative.
mythes sur le deuil

  • Le deuil ne se produit que lorsque quelqu’un que nous aimons meurt. Non. Le deuil est une réponse normale face à l’expérience d’une perte de tout type. Une relation, un animal de compagnie, un état de santé, un objet sont des types de pertes qui peuvent déboucher sur un processus de deuil. Ils sont hélas moins reconnus et moins pris au sérieux.
  • Des médicaments sont nécessaires pour soulager la douleur et l’anxiété liée au deuil. Le deuil n’est pas une maladie qui doit être guérie. Les émotions ressenties sont parfaitement normales. Les médicaments peuvent être indiqués dans certains cas mais les symptômes habituels requièrent surtout de la patience et de la compréhension.
  • Le mieux est d’éviter le sujet. Les amis pensent souvent que la meilleure façon de nous aider est d’éviter d’en parler et de nous distraire. Or, les personnes qui en souffrent veulent généralement parler de cette perte. Elles en ont besoin.

Plus de croyances erronées sur le deuil

Les idées que nous venons de citer ne sont pas les seules qui existent. En voici d’autres :

  • Si vous ne pleurez pas, cela veut dire que vous n’êtes pas triste. Les larmes ne sont pas la seule réponse face à une perte. Elles ne représentent pas une manifestation nécessaire de la tristesse. Les personnes peuvent ressentir une profonde douleur et l’afficher d’une autre façon.
  • Le deuil est un processus linéaire. Il est vrai que beaucoup d’auteurs ont décrit des phases communes dans le processus de deuil. Or, il s’agit d’un processus d’élaboration personnelle.
  • Quand la mort est naturelle, il n’y a pas de deuil. La mort d’une personne âgée est plus prévisible, oui. Mais cela ne signifie pas que le processus de deuil sera moins profond.
  • Vous devez aller de l’avant. Plus nous nous adapterons au processus de deuil, plus nous reprendrons goût à la vie. En revanche, la relation avec la personne décédée restera toujours dans notre mémoire et dans notre coeur.
  • Celui qui pleure le plus souffre davantage. Le deuil ne se réduit pas à une tristesse et à des larmes. Ce processus implique aussi de la culpabilité, de la rage, de la peur, de la honte, etc. Des moments de joie et de paix peuvent aussi apparaître de temps en temps.
  • Le temps guérit tout. Le deuil est une réponse adaptative qui ne se termine jamais réellement. Nous apprenons à vivre avec au fur et à mesure que le temps passe. Cependant, certaines émotions peuvent resurgir à partir du moment où nous nous souvenons de notre perte.
femme et gestion de la perte

  • Un clou chasse l’autre. Des phrases du style « il y a beaucoup de poissons dans la mer » nous disent que pour surmonter une perte, nous devons la remplacer. Or, c’est une grande erreur. Le remplacement ne nous procurera jamais le soulagement dont nous avons besoin.
  • Il vaut mieux ne pas connaître les détails de l’événement ou voir le corps du défunt. Connaître les détails liés à la mort de l’être aimé aide à accepter la réalité de la perte et à réduire la possible confusion ou le manque d’informations. Même s’il est vrai que, dans certains cas très violents, il est recommandé d’expliquer verbalement et avec beaucoup de tact ce qu’il s’est passé.
  • Croire que voir la personne décédée est un signe de folie ou de dépressionAu début du deuil, il est très fréquent de voir ou de sentir la personne décédée. Il est important de prêter attention à ces signaux qui montrent une altération dans le processus de deuil et d’avoir recours à un médecin en cas de besoin.
  • Plus on appréciait la personne décédée, plus le deuil est douloureux. Il n’existe pas de règles qui expliquent comment doit se dérouler le processus de deuil. Il s’agit d’une expérience qui dépend de nombreux facteurs et pas seulement de l’amour que l’on ressentait.
  • La personne qui souffre de cette perte doit immédiatement reprendre ses activités. Plus elle sera occupée, mieux ce sera. Non. Il est préférable que la personne dispose d’un certain temps pour pouvoir réfléchir et ressentir ses émotions. Un retour très rapide aux activités quotidiennes pourrait empêcher le processus de deuil de se réaliser de façon satisfaisante.
  • Les enfants ne peuvent pas comprendre ce qu’est la mort ou le processus de deuil. Il vaut mieux ne rien leur dire et les protéger de cette réalitéLes enfants captent très bien les réactions émotionnelles des personnes. Penser qu’ils ne se rendent compte de rien est une énorme erreur. Il est important qu’ils vivent ce processus de deuil en même temps que le reste de la famille.

Briser les mythes sur le deuil est très important pour aider les personnes à traverser ce processus si naturel. Le chemin qui conduit à la guérison de la douleur engendrée par une perte implique de nous déplacer vers cette douleur. Nous permettre de ressentir ce que nous ressentons et l’exprimer est la véritable essence de l’affrontement du deuil.