Lorsque vous ne ressentez rien pendant une dépression

12 juillet 2018 dans Psychologie 0 Partagés
la dépression chez les femmes

Chaque personne vit la dépression d’une manière différente. Certains ressentent un mélange de tristesse, de colère et de découragement. D’autres, en revanche, ne perçoivent qu’un vide et l’absence totale d’émotions. C’est comme avoir du plomb dans le corps et du brouillard dans l’esprit, parce que lorsque vous ne ressentez rien pendant une dépression, c’est comme si votre propre être devenait flou pour rester suspendu dans un néant absolu…

Phillip Lopate, un essayiste et écrivain américain bien connu, a un jour décrit cette même situation dans un poème accablant intitulé Numbness. Il y dessine un portrait au millimètre près de ce genre de dépression dans laquelle la personne vit un vide émotionnel complet. C’est, dit-il, comme se déplacer dans les champs de glace, c’est l’indifférence totale et un cœur qui bat à zéro degré, une illusion anorexique qui nous éloigne du monde.

« Le contraire de la dépression n’est pas le bonheur, mais la vitalité, la vie elle-même. »

-Andrew Solomon-

Une chose que nous devons d’abord comprendre au sujet de la dépression, c’est que peu de maladies peuvent être plus complexes et multiformes. Certaines personnes présentent des symptômes clairs, d’autres, à leur tour, les portent invisibles pendant des mois, voire des années. Elle affecte le sommeil, la concentration, la mémoire, le mouvement et même les habiletés langagières d’une personne.

Cependant, au milieu de ce tableau clinique, il y a un aspect qui n’est pas toujours discuté. C’est celui où le patient montre une insensibilité absolue, où il dit qu’il ne ressent aucune émotion et ne perçoit qu’un mur qui l’a complètement déconnecté du monde et même de lui-même.

Lorsque vous ne ressentez rien pendant une dépression, c’est comme si votre propre moi était flou.
Partager

homme qui consulte car il souffre d'une dépression
Quand vous ne ressentez rien pendant une dépression : de quoi s’agit-il ?

Lorsque vous ne ressentez rien pendant une dépression, c’est simplement parce que vous avez ressenti quelque chose de trop intense avant, que vous ne saviez pas comment gérer. Ainsi, un aspect de la littérature clinique sur ce sujet indique que de nombreux patients présentant cette caractéristique connaissent un type de « gueule de bois émotionnelle ». C’est le résultat de quelque chose qui, à un moment donné, les a complètement surpassés. De plus, après la dépression elle-même, il peut y avoir d’autres conditions, comme des troubles anxieux ou même des traumatismes non résolus.

D’un autre côté, il y a aussi le préjugé classique qui affecte beaucoup de personnes atteintes de dépression. Ce trouble est encore exclusivement associé à la tristesse. Cependant, dans la plupart des cas, cette réalité présente d’autres couches, une autre architecture. Parce que la dépression n’est pas seulement la tristesse, c’est le pessimisme, c’est la colère, c’est le découragement…Et ce qui arrive aussi, c’est l’insensibilité, une neutralité émotionnelle qui se mêle souvent à d’autres symptômes physiques : migraines, douleurs musculaires, problèmes digestifs…

Les patients avec ce profil sont également caractérisés par une hypersomnie, ils peuvent dormir entre 10 et 15 heures par jour. Ils se sentent également incapables de sourire ou de pleurer comme ils le prétendent. C’est comme si leur esprit et leur corps avaient oublié non seulement comment cela se fait, mais le sens même de ces gestes émotionnels. Quelque chose de si dévastateur en apparence a plusieurs explications que nous allons maintenant détailler.

une dépression associée aux peurs

Les émotions refoulées

Lorsque vous ne ressentez rien pendant une dépression, c’est parce qu’on vous a peut-être enseigné depuis votre enfance qu’il vaut mieux camoufler, cacher, avaler ce qui vous fait mal, vous dérange ou vous inquiète. En fait, c’est courant lorsque, par exemple, nous vivons des moments familiaux complexes, des situations de travail stressantes ou des moments d’adversité.

Ces situations génèrent une forte anxiété, qui devient progressivement chronique, jusqu’à ce que la personne devienne déprimée. Habitué depuis des mois ou des années à ne pas libérer, gérer ou exprimer des inquiétudes, des peurs ou des chagrins, le cerveau lui-même finit par montrer ce « degré zéro » sur l’échelle émotionnelle. A ceci s’ajoute également la formation d’un brouillard mental classique, où il est non seulement difficile de réagir à notre environnement, mais qui réduit également l’attention, la concentration, la mémoire…

Un passé traumatisant

Si nous lisons le poème cité au début, celui de Phillip Lopate décrivant l’insensibilité de sa dépression, nous trouverons une partie vraiment révélatrice. Celle où il parle du fait que son père l’appelait depuis l’âge de neuf ans « poisson froid ». La critique précoce par une figure d’autorité de son comportement timide, se moquant de son apparence et de son comportement, conditionne la façon dont il se perçoit lui-même.

Ainsi, on a souvent vu comment le poids d’un passé complexe ou d’un traumatisme non résolu, à son tour, intervient dans le développement de ce type de dépression caractérisée par une insensibilité émotionnelle.

Quelle est la stratégie thérapeutique la plus adaptée dans ce cas ?

Notre cerveau est un organe étonnant. Cependant, en plus d’être merveilleux, sophistiqué et crucial pour assurer notre succès évolutif, sa complexité est aussi ce qui le caractérise. C’est pourquoi il est parfois si difficile pour nous d’utiliser efficacement un organe aussi compliqué pour résoudre précisément ces situations tout aussi complexes que la vie elle-même nous présente.

Une chose que nous devons tout d’abord comprendre est que, peu importe à quel point certains répètent que le cerveau est comme un ordinateur, il y a très peu de vérité dans cette idée. Nous ne sommes pas des machines, et cet organe sensationnel est fondamentalement régi par les émotions. Comprendre leurs processus, comprendre comment les gérer et les mettre de notre côté est la seule façon de sortir de notre propre prison, de la dépression.

une dépression et son traitement

Ainsi, quelque chose que les psychologues recommandent dans ces cas où vous ne ressentez rien pendant une dépression est de commencer vos phrases par un « je ressens ». Il est nécessaire de faire un voyage intérieur pour enlever ces émotions incrustées, piégées et infectées couche par couche. Par conséquent, les thérapies telles que la thérapie cognitivo-comportementale peuvent nous aider, sans exclure d’autres traitements visant à contrôler et à résoudre les troubles anxieux que ces conditions cliniques présentent habituellement.

Au moment où nous commençons à libérer notre colère, nos peurs et nos inquiétudes, nous serons sur la voie du rétablissement.

A découvrir aussi