Les expériences de Rupert Sheldrake et la critique scientifique

Les expériences de Rupert Sheldrake sont vraiment fascinantes, même si elles ont suscité le rejet de la plupart de la communauté scientifique. Nous voulons ici entrer au cœur de la polémique pour que vous les découvriez.
Les expériences de Rupert Sheldrake et la critique scientifique

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 17 octobre, 2022

Les expériences de Rupert Sheldrake ont suscité de vives controverses, principalement parce qu’elles n’ont pas pu être reproduites, ce qui empêche de prouver la véracité ou la fausseté de ses hypothèses. Même ainsi, ses théories ont donné beaucoup à dire et constituent, sans aucun doute, une proposition très intéressante sur l’esprit humain.

Rupert Sheldrake a étudié les sciences naturelles à l’Université de Cambridge ; à la fin de ses études, il a reçu le prix de botanique universitaire en 1963. Il a ensuite étudié la philosophie et l’histoire des sciences à l’université de Harvard et a obtenu plus tard un doctorat en biochimie, également à Cambridge.

Quelque temps plus tard, il occupera des postes importants, l’un d’eux en tant que consultant à l’Institut international de recherche sur les cultures des tropiques semi-arides (ICRISAT) à Hyderabad, en Inde. Pendant son séjour dans ce pays, il est entré en contact avec le moine Bede Griffiths au Tamil Nadu et cela a changé son travail. Ainsi, c’est en 1981 que les expériences de Rupert Sheldrake ont commencé.

« Darwin pensait que les animaux et les plantes, plutôt que des espèces, pouvaient être considérés comme des habitudes. »

-Rupert Sheldrake-

esprit éclairé

La base des expériences de Rupert Sheldrake

Les expériences de Rupert Sheldrake ne sont pas faciles à assimiler pour la science la plus orthodoxe car elles sont proches de concepts traditionnellement rejetés par les secteurs les plus positivistes. Des idées telles que la télépathie, la perception extrasensorielle, etc., sont présentes dans son travail. Même ainsi, des scientifiques tels que le physicien David Bohm ont soutenu son travail.

La base des expériences de Rupert Sheldrake a émergé dans les années 1920 à Harvard. Les chercheurs ont effectué une série de tests avec un groupe de rats. Ils leur ont essentiellement appris à s’échapper des labyrinthes de plus en plus vite. Ce qui est frappant, c’est que les générations suivantes de rats semblaient avoir hérité de cette mémoire : dès le début, ils allaient plus vite pour sortir de labyrinthes similaires.

Jusqu’à présent, le sujet est intéressant ; mais peut-être que, pour beaucoup, il n’y a là rien d’extraordinaire. La chose vraiment surprenante s’est produite lorsque des laboratoires identiques à ceux de Harvard en Australie et en Écosse ont été construits avec des rats qui n’avaient rien à voir avec ceux utilisés aux États-Unis.

Il a été constaté que ceux-ci avaient également appris à résoudre le labyrinthe aussi rapidement que ceux de l’expérience initiale. Les données sont partagées par l’écrivaine de renom Rosa Montero.

Les trouvailles de Sheldrake

Rupert Sheldrake a commencé à faire des expériences avec des animaux et a obtenu des résultats qui n’ont pas été bien accueillis par la science la plus orthodoxe. Il a souligné qu’il existait des formes de communication télépathique entre individus d’une même espèce et que cela pouvait expliquer le cas des rats de Harvard. Plus tard, le biologiste a souligné que cela pouvait également arriver chez l’homme.

C’est à ce stade que l’une des expériences les plus célèbres de Rupert Sheldrake a eu lieu : on la connaît sous le nom d’ « expérience de télépathie téléphonique ». Il s’agissait essentiellement de rassembler un groupe de personnes et de leur demander de deviner qui les appelait lorsque leur téléphone a sonné. Les personnes qui ne pouvaient recevoir que quatre appels avaient des résultats limités.

Au cours du premier tour de l’expérience, le taux de réussite moyen était de 40 %. Cependant, lors des rondes suivantes, il a été constaté que la télépathie présumée était plus efficace lorsque le volontaire se sentait plus confiant et avait un lien émotionnel fort avec l’appelant. Dans ces conditions, les bonnes réponses augmentaient jusqu’à 85 %.

Deux personnes connectées par télépathie

Vérité ou charlatanisme ?

Rupert Sheldrake a fait de nombreuses autres expériences dans lesquelles, par exemple, des animaux de compagnie lisaient apparemment dans les pensées de leurs propriétaires. En fait, il expérimente toujours le sujet et quiconque souhaitant y participer peut les rejoindre via sa page personnelle.

De ses expériences, Sheldrake a conclu qu’il existe une réalité qu’il appelle « champs morphiques ». Ceux-ci sont présents et opèrent dans toute la matière, des minéraux à l’être humain. L’idée de base est qu’un apprentissage – ou un changement – se transmet entre les membres de cette espèce, par un mécanisme qui serait télépathique, sans la médiation de la volonté.

Sheldrake a été fortement interrogé par divers scientifiques qui, pour la plupart, définissent sa théorie comme une pseudoscience. Cependant, Lee Smolin, un physicien quantique, a récemment soulevé des idées similaires à celles du Britannique, sous un postulat qu’il appelle le principe de provenance. Ce sera le sujet d’un autre article.

Note d’édition : ce qui est exposé dans cet article se trouve dans ce que l’on pourrait considérer comme la « limite de la science ». Les expériences qui apparaissent dans l’article ont été très critiquées. Dans tous les cas, il y a un débat et nous encourageons le lecteur à faire ses propres recherches et à tirer ses propres conclusions.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que la parapsychologie ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Qu’est-ce que la parapsychologie ?

La parapsychologie est l'étude de la perception extrasensorielle, de l'interaction esprit-matière et des phénomènes qui suggèrent la survie.



  • Sheldrake, R., Smart, P., & Avraamides, L. (2015). Rupert Sheldrake. Explore: The Journal of Science and Healing, 11(4), 310-319.


Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.