Le souci obsessionnel de garder les enfants en sécurité

7 janvier 2018 dans Psychologie de l'éducation et du développement 100 Partagés
Garder les enfants en sécurité

Lorsque vous êtes père ou mère, la sécurité de vos enfants est une priorité qui naît et s’installe au niveau des motivations les plus puissantes. Bien que nous sachions que cela est impossible, de nombreux parents ne renoncent pas, dans leur structure mentale, à les protéger de tous les dangers réels, probables et improbables qui peuvent les préoccuper. Dès lors, les protéger de la souffrance et de la privation devient également une nécessité.

Un grand nombre de ces parents comprennent généralement que garder leurs enfants à l’abri de toute menace, notamment lorsque ces derniers commencent à acquérir une autonomie dans leurs mouvements, est une tâche impossible. Malgré tous les efforts qu’ils peuvent fournir, il y aura des souffrances qu’ils ne pourront et ne devront pas soustraire à leurs enfants, car ils feront partie de cette boîte de stimuli nécessaire à leur croissance.

“Les personnes parlent de la maturité. Ça n’existe pas. Lorsque vous avez un enfant, vous êtes condamné à être père tout au long de votre vie. Ce sont les enfants qui se détournent de vous. Mais les parents ne peuvent pas s’en éloigner.

-Graham Greene-

Certains parents, cependant, décident de ne pas accepter ce fait. Ils assument également une position, pour ainsi dire, omnipotente face à la vie de leurs enfants. Ils croient qu’en leur présence il ne leur arrivera jamais rien. Comme si cela était vrai. Comme s’il n’existait pas des milliers de dangers impossibles à éviter, même pour une mère ou un père qui consacre toutes ses ressources à cette fin.

Garder les enfants en sécurité se transforme alors en une obsessionCela se traduit avant tout par une vigilance constante qui les épuise progressivement. En même temps, ce type de parents ont tendance à entretenir une attitude de suspicion face aux autres et face au monde.

Garder les enfants en sécurité

Garder les enfants en sécurité : un défi qui implique la censure

Sans s’en rendre compte, un père ou une mère qui coïncide avec le portrait que nous sommes en train de dessiner devient une voix de censure. Le mot “Non” est toujours dans leur bouche et presque toujours accompagné d’une menace. “Ne faites pas ça … parce que ceci peut arriver”.

De la même manière, et souvent involontairement, au moins consciemment, ils commencent à sévèrement limiter l’expérience des enfants. “Mieux vaut ne pas aller au parc car il fait très froid et vous pouvez attraper un rhume.” “Ne reste pas longtemps dehors parce que la rue est pleine de dangers.”

Les animaux transmettent des maladies, le feu brûle, l’eau mouille … Le monde entier devient un grand danger. Et il se transmet l’idée selon laquelle seule la présence de ce père ou de cette mère permet de s’en protéger. Et l’enfant croit parfois que cela est vrai.

Obsession et contrôle

Un père ou une mère obsédé par la sécurité des enfants diront qu’ils veulent juste les protéger. Ils ajouteront qu’ils le font pour leur propre bien. Et si quelqu’un remet en cause ce comportement, ils disposent d’une longue liste d’arguments afin de défendre leur attitude, qui passe souvent par le fait d’accuser les autres. Untel a laissé le garçon seul, voici la raison pour laquelle il est tombé et s’est cassé un doigt. Tel autre ne s’occupe pas de ses enfants et ne se rend pas compte qu’ils sont mal éduqués.

Ces parents appellent cela “protection”, mais en réalité il s’agit de quelque chose de moins présentable. Le mot correct est “contrôle”. Ils s’agit de parents contrôleurs, qui n’ont aucun problème à diriger et à protéger la vie de leurs enfants jusqu’à des degrés extrêmes. Ils veulent surveiller chacun de leurs pas. Avoir une intervention directe dans chaque projet que leurs enfants entreprennent. Être là, présent tout le temps, comme une ombre omnipotente. Et cette attitude a tendance à se prolonger une fois que leurs enfants quittent l’enfance.

Garder les enfants en sécurité

Ce qui se cache derrière l’obsession

Chaque parent, à un moment donné, a été tenté d’agir avec son enfant comme s’il s’agissait d’un objet qui lui appartenait. Ce n’est pas que ceux qui agissent de la sorte sont de mauvaises personnes, simplement voir naître l’enfant et en prendre la responsabilité génère un lien très étroit. Tout le monde n’est pas préparé à vivre un tel niveau d’affections et, en même temps, à comprendre qu’il doit assumer le risque intrinsèque que la condition de parent génère.

De nombreux pères ou mères obsédés par la sécurité de leurs enfants veulent, au fond, autre chose. Il se peut qu’ils veuillent prolonger ce lien autant que possible. Ne pas abandonner l’idée qu’ils en auront toujours besoin, écartant l’idée selon laquelle le fait qu’ils finissent par faire leur vie sans eux fait partie des lois de la nature. Ce qui se existe en réalité est la peur d’admettre qu’il s’agit d’une relation vouée à changer, d’une séparation progressive.

Il est très probable que ces parents obsessionnels n’aient pas connus de bonnes expériences avec les pertes. Peut-être ont-ils encore des deuils à résoudre. Ils sont terrifiés à l’idée que leurs enfants cesseront d’avoir besoin d’eux comme ils le font maintenant et qu’ils iront à la conquête du monde, seuls. Par conséquent, ils se chargent de les effrayer. De leur montrer toutes les choses horribles qu’ils pourraient trouver sur leur chemin lorsqu’ils seront hors de portée de leurs protecteurs.

Une surprotection dissimulent aussi parfois un rejet. Le père ou la mère n’aime pas autant l’enfant qu’ils le voudraient. Et ils se défendent de ce sentiment inconscient en exagérant les soins. En tout état de cause, derrière ces formes obsessionnelles de protection, il se trouve toujours quelque chose qui ne va pas et qui doit être analysé.


A découvrir aussi