Les pensées obsessionnelles limitent votre vie

9 juillet 2017 dans Psychologie 283 Partagés

Les pensées peuvent être une partie très importante de nos vies parce qu’elles nous permettent de prendre conscience de nos sentiments et de notre façon d’agir. Elles nous aident à réfléchir et à donner un sens à nos expériences quotidiennes. Le problème apparaît quand ces pensées deviennent obsessionnelles et limitent nos actions. Toutes les pensées n’aident pas ; en fait, elles peuvent parfois devenir complètement toxiques.

Il existe certains types de pensées qui, au lieu de nous aider, nous bloquent totalement et produisent des sensations telles que l’anxiété et le stress. Par exemple, imaginez une personne qui se demande si elle a bien fermé la porte de la voiture ; ses pensées ne cessent de tourner dans sa tête alors qu’elle a bien vérifié que sa voiture était fermée. Apprendre à gérer des pensées répétitives peut être une clé pour récupérer votre bien-être émotionnel.

Trop penser est épuisant

Normalement, nous réfléchissons à nos problèmes en essayant de trouver des solutions. De cette façon, nous découvrons de nouveaux points de vue qui nous aident à gérer plus facilement ce qui nous arrive. Cependant, ce processus naturel de réflexion interne n’agit pas toujours comme nous le voudrions et, au lieu de nous offrir une plus grande clarté, embrume notre jugement en entrant dans une spirale de pensées négatives qui se répètent indéfiniment.

Les pensées se transforment en intrus dans notre propre esprit et si nous leur prêtons une quelconque attention, elles peuvent finir par devenir de véritables obsessions qui limitent nos actions. Ce besoin de ruminer toutes ces choses qui nous préoccupent peut surgir à n’importe quel moment. Par exemple, quand nous sommes au travail, quand nous faisons les courses ou quand nous nous lavons les dents. Sans nous en rendre compte, elles peuvent occuper tout notre espace mental en affectant aussi l’état d’âme.

Les pensées obsessionnelles, qu’est-ce que c’est ?

Les pensées obsessionnelles sont des idées répétitives, récurrentes et involontaires qui se centrent normalement sur les préoccupations, les peurs et les angoisses qui vous empêchent de fixer votre attention sur le présent. L’anxiété et le stress sont la source principale de ce type de pensées qui peuvent aussi affecter votre comportement.

Imaginez une personne qui ne peut cesser de penser qu’elle est contaminée (par la pollution, un virus, etc). Cette idée la poussera probablement à se laver plus souvent et à éviter certains lieux qu’elle considère sales. Ces types de pensées négatives peuvent également apparaître sous forme d’images mentales qui se répètent inlassablement, sans que l’on puisse les contrôler. Une sorte de cercle se crée alors, un cercle dont il est très difficile de sortir.

C’est comme si vous étiez pris-e dans un ouragan de pensées qui tourbillonnaient sur elles-mêmes avec une force dévastatrice. La rumination est si intense qu’elle peut devenir addictive : plus nous essayons d’arrêter de penser et plus les pensées obsessionnelles surgissent.

Est-il normal d’avoir ce type de pensées ?

Un trouble de l’anxiété intense ou une période de stress prolongé peuvent provoquer des pensées invasives qui interfèrent momentanément dans notre quotidien. Être en contact avec des pensées négatives qui engendrent des peurs et des doutes est quelque chose de naturel chez tous les êtres humains et à des moments déterminés de la vie. Le fait qu’elles se transforment en pensées obsessionnelles dépend de la relation que nous entretenons avec elles.

Une pensée devient pathologique quand nous commençons à croire en elle et ne la remettons plus en question. Par exemple, imaginez une mère qui pense que son fils est en train d’être volé. Si cette idée est immédiatement écartée, il s’agit d’une pensée intrusive qui ne se transforme pas en obsession car elle n’est pas jugée importante. Même si nous pouvons tou-te-s avoir, à un moment donné, des pensées de ce genre, il est plus habituel de les observer fréquemment chez des personnes qui souffrent d’un trouble obsessionnel compulsif (TOC).

Types de pensées obsessionnelles

Les personnes qui souffrent d’un trouble obsessionnel compulsif ou tout simplement ces gens qui traversent une grande période d’anxiété peuvent faire l’expérience de différents types de pensées obsessionnelles. Nous allons voir ci-dessous des exemples de pensées obsessionnelles habituelles chez des personnes préoccupées.

  • Peur de contracter des maladies, d’être contaminé par un virus, de ne pas être suffisamment propre.
  • Besoin d’organiser les choses d’une façon déterminée, obsession pour la symétrie ou l’ordre.
  • Pensées liées à la peur de laisser la porte ouverte, le gaz allumé, de se faire cambrioler.
  • Ruminations à caractère sexuel qui sont liées à des attaques, des viols, etc.
  • Peurs et sensations de danger à propos de sa propre intégrité physique ou de celle des autres, en lien avec la capacité de faire mal aux autres ou avec la capacité qu’ont les autres à faire du mal.

Les conséquences du piège des pensées obsessionnelles

Ces pensées se nourrissent elles-mêmes et ont des conséquences négatives dans la vie des personnes. Si vous songez à un homme qui est obsédé par le fait de vérifier constamment son travail, il est possible que cet homme ne soit jamais satisfait de lui et qu’il rentre toujours très tard à la maison en raison de cette obsession.

Voici certaines tentatives de solutions que les gens mènent et certaines conséquences de cette emprise :

  • Eviter de faire des choses à cause d’une peur : quand une situation nous fait peur, nous pouvons éviter de sortir de la maison, de prendre la voiture, de toucher des objets que nous croyons sales, etc. Cela limite notre quotidien et nous empêche de vivre normalement notre vie.
  • Vérifier constamment une chose afin d’en être sûr-e : il s’agit d’un type de compulsion très typique chez celleux qui souffrent d’un trouble obsessionnel compulsif. Quand nous fermons la porte de la maison ou de la voiture et retournons vérifier 10 fois qu’elle est bien fermée, nous obéissons à une compulsion qui peut nous calmer sur le moment mais qui nourrit en réalité l’anxiété et l’obsession.
  • Reporter les activités à un autre moment : le fait de penser que nous réaliserons cette activité un autre jour peut en fait nous mener à ne jamais la réaliser. Par exemple, imaginez que vous voulez vous occuper de vos plantes mais que vous avez cette peur irrationnelle qu’une araignée surgisse au milieu de leurs feuilles. Vous êtes tellement obsédé-e par cette pensée que vous finissez par ne plus faire ce qui vous passionnait peut-être dans le passé.
  • Le besoin que tout soit parfait : la perfection est l’ennemie du bien. Par conséquent, essayer d’atteindre l’impossible peut vous faire perdre le nord. La personne qui est obsédée par son travail perdra par exemple beaucoup de moments importants dans sa vie familiale parce qu’elle voudra rester concentrée sur ses obligations professionnelles.

5 étapes pour vous libérer des pensées obsessionnelles

Acceptez vos pensées au lieu d’essayer de les supprimer de votre tête

Chaque fois que vous essayez de faire disparaître les pensées obsessionnelles, vous leur donnez plus de force pour continuer à se multiplier. Dites-vous que vous pouvez les observer à distance comme s’il s’agissait de voitures passant sur une route. De cette manière, vous ne vous y accrochez pas mais pouvez les laissez partir à travers un processus d’acceptation.

Repoussez la pensée à plus tard

En remettant la pensée à plus tard, vous trompez votre cerveau afin que cette pensée perde ensuite de l’intensité et puisse s’en aller. Voici une phrase que vous pouvez vous dire : “J’y penserai plus tard, elle peut attendre”.

Fixez des limites à vos obsessions

Ne laissez pas vos obsessions vous contrôler. Emparez-vous d’elles. Pour cela, vous pouvez dire “Ça suffit !” à voix haute à chaque fois qu’une obsession apparaît. La pensée qui vous dérange s’arrêtera alors.

Programmez vos obsessions

Fixez un horaire pour vos pensées obsessionnelles. Par exemple, pensez à la peur que vous avez de vous salir de 16h à 17h. De cette façon, vous prenez le contrôle de la situation au lieu de vous laissez déborder par les pensées négatives.

Essayez une technique de relaxation

Essayer une quelconque technique de relaxation, par exemple la respiration profonde ou la relaxation progressive de Jakobson quand l’anxiété apparaît, sera très utile pour neutraliser les obsessions.

Pour conclure, les pensées obsessionnelles peuvent interférer dans notre vie et la contrôler totalement. Si nous commençons à les accepter et à les remettre en question, nous pourrons plus facilement les gérer. Souvenez-vous que nous sommes beaucoup plus que nos pensées : si nous apprenons à nous en détacher, nous serons libérés des attaches et préoccupations excessives qui nous gâchent la vie.

A découvrir aussi