La relaxation : les bénéfices mentaux de la désactivation du corps

11 mars 2017 dans Psychologie 525 Partagés

Il y a des jours où nous en avons tellement marre de tout que nous voulons seulement rentrer à la maison et lire un bon livre, prendre un bain rempli de mousse ou aller prendre un verre avec d-e-es amis. Nous faisons ceci dans le but de nous relaxer et de déconnecter. Au cours de ces moments plus tranquilles, nous nous libérons de toutes nos inquiétudes et nous nous sentons mieux, n’est-ce pas ?

Dans la société actuelle, emplie d’obligations et de tâches à réaliser, il devient nécessaire de consacrer du temps à notre relaxation. Il est très bien de pouvoir déconnecter en faisant ce qui est décrit ci-dessus mais, et si nous pouvions vraiment nous relaxer, quel que soit l’endroit où l’on se trouve ? Les situations évoquées suggèrent davantage une forme de distraction qu’une méthode de relaxation propre. Voyons de quoi il s’agit en réalité !


« Parfois, la chose la plus productive que vous puissiez faire est de vous relaxer. »

-Mark Black-


Qu’est-ce que la relaxation ?

La première chose à éclaircir est ce que j’ai dit au début… Aller se promener, aller boire un verre avec nos proches, regarder un film, faire des mots croisés, etc, ne sont pas des techniques de relaxation. Mais il est vrai qu’en général, cela nous aide à déconnecter des problèmes et des inquiétudes que nous avons.

Ces activités nous aident à fixer notre attention sur autre chose et à nous distraire de ce qui nous cause de l’anxiété, mais elles ne nous relaxent pas. Au cours des ces activités, nous nous maintenons actif-ve-s à un certain niveau, tandis que le but de la relaxation est de nous désactiver physiologiquement : en fait, elle fait en sorte que notre corps entre dans un état de repos.

Ainsi, comme l’indique Herbert Benson, la relaxation est un état physique de profond repos qui produit des changements dans la réponse émotionnelle et physiologique au stress, en opposition à la réponde de lutte-fuite. Cela signifie qu’elle sert à faire baisser le niveau d’activation produit par les processus de stress ou d’anxiété. Pour l’atteindre, nous devons contrôler notre activation corporelle.

Pourquoi la relaxation nous aide à réguler nos émotions ?

Les émotions sont les réponses que génère notre organisme quand des changements se produisent autour de nous, afin que nous puissions mieux nous y adapter. De cette manière, les émotions se manifestent à travers trois systèmes :

  • Physiologique : on fait ici référence aux sensations corporelles qui se produisent avec une émotion. Ce système inclut un changement de rythme cardiaque, une transpiration, une variation du rythme respiratoire, etc.
  • Subjectif : il inclut les pensées et tout ce qui passe par notre tête quand une émotion apparaît.
  • Moteur : il englobe tout ce qui va de l’expression faciale aux mouvements de notre corps quand une émotion surgit. C’est-à-dire les conduites que nous adoptons.

Ces systèmes sont complémentaires. Cela signifie que le moindre changement dans l’un deux va produire des changements dans un autre et l’émotion va ainsi se réguler. La désactivation du système physiologique va conduire, par conséquent, aussi bien à la désactivation du système moteur que du système subjectif.


« La partie ne peut jamais bien aller si le tout ne va pas bien. »

-Platon-


De manière générale, l’augmentation des niveaux d’activation du corps est une réponse utile pour faire face aux demandes qui viennent de l’extérieur. Elle nous aide à surmonter des situations qui exigent un grand investissement de notre part. Quand cette activation apparaît face à des conditions qui ne présentent pas d’exigences externes réelles ou trop intenses, durables ou réitérées, elle entraîne des effets néfastes pour notre santé.

La relaxation, en recherchant le contraire, nous aide à gérer l’anxiété. Il a également été montré qu’elle est utile pour traiter l’insomnie, les dysfonctions sexuelles, la douleur chronique, les tics… Elle suppose une ressource très importante pour contrôler la tension quotidienne, prévenir les troubles et améliorer la qualité de vie. Pour cela, il est nécessaire de prendre en compte les demandes de la situation, en même temps que les aspects cognitifs (nos pensées) et comportementaux qui provoquent l’activation.

Il a été démontré qu’en réduisant l’activation corporelle, des bénéfices apparaissent dans notre système subjectif. La sensation de la calme et de tranquillité augmente, ainsi que l’impression de paix et de bien-être. La relaxation nous aide à rediriger notre attention, à avoir un plus grand contrôle de nous-même et à connaître les sensations corporelles associées aux différentes émotions. De cette façon, nous sommes capables de mieux les réguler et nous verrons peu à peu comment les réponses d’anxiété se réduisent.

Que dois-je faire pour que la relaxation soit efficace ?

Certains d’entre vous doivent penser : bien, je suis convaincu-e des bénéfices de la relaxation, mais j’ai réellement du mal à me relaxer, que puis-je faire ? En premier lieu, ne désespérez pas ! Y a-t-il quelqu’un capable de courir 20 kilomètres sans s’être entraîné au préalable ? Non, n’est-ce pas ? Avec la relaxation, c’est la même chose.

Il est nécessaire de pratiquer, de pratiquer et de pratiquer, tous les jours. Il s’agit du facteur le plus déterminant en ce qui concerne l’efficacité de la relaxation. Mais ce n’est pas le seul. Il faut aussi prendre d’autres choses en compte. Le fait est que “vider son esprit” n’est pas réalisable. C’est pour cela que nous devons constamment concentrer notre attention sur un stimulus comme notre respiration.

Par ailleurs, il est nécessaire de se laisser porter, sans se soucier de la façon dont on le fait. Il est très important, surtout quand nous commençons à pratiquer la relaxation, de choisir le moment et l’endroit où nous allons nous entraîner. Il est nécessaire d’éviter les distractions et les interruptions. Il est également important de se mettre dans une position confortable.

Le but de la pratique de la relaxation est de l’utiliser dans des situations qui nous provoquent du mal-être. Par exemple, si nous nous sentons nerveux-ses au travail, l’idée est de pouvoir se déconnecter et de poursuivre avec une autre activité. Voilà une chose qui est pertinente. L’objectif de la relaxation n’est pas de s’endormir, mais de se reposer et de déconnecter pour réaliser une autre tâche.


« Un esprit calme est votre meilleur arme pour faire face à vos défis, alors détendez-vous. »

-Bryan McGill-


Pour pouvoir généraliser l’entraînement, il est nécessaire de le faire de façon progressive. Dans un premier temps, nous commencerons par nous entraîner dans un environnement calme et silencieux. Une fois que ceci est contrôlé, nous devons utiliser la relaxation dans des situations qui nous rendent de plus en plus nerveux-ses. Nous débuterons par celles qui ne génèrent pas beaucoup d’anxiété et nous augmenterons peu à peu leur niveau.

La relaxation est, par conséquent, une aptitude que nous pouvons acquérir et améliorer. Une fois son usage généralisé, nous serons capables de la mettre en place dans des situations qui nous causent beaucoup de mal-être. Ainsi, nous disposerons d’une ressource qui nous apporte de la tranquillité et qui va nous aider à faire face à des situations désagréables que, d’une autre façon, nous éviterions, alors… Pratiquez-la !

Images de Ryan McGuire.

A découvrir aussi